En bref : Viet Nam

Un programme soutenu par l'UNICEF apporte l'espoir aux enfants sévèrement malnutris du Viêt-Nam

Image de l'UNICEF
© UNICEF Viêt-Nam/2011/Huong
Le petit A-Thau, deux ans, dans les bras de sa soeur. Quand ses parents l'ont amené à l'hôpital du district avec une forte fièvre et des difficultés respiratoires ,on a diagnostiqué chez lui une pneumonie et une malnutrition sévère aiguë.

Par Nguyen Thi Thanh Huong

KON TUM, Viêt-Nam, 13 octobre 2011 – Le petit A-Thau, deux ans, vit avec sa famille dans une simple maison dans un village distant de Kon Tum, une province montagneuse du centre du Viêt-Nam. A-Thau est le plus jeune d’une fratrie de six enfants, et ses ainés s’occupent de lui, car ses parents sont bien trop occupés dans les champs pour pouvoir se soucier de lui tout le temps. Son faible poids à la naissance ainsi qu’un manque d’apport nutritionnel ont provoqué chez lui un état maladif récurrent, et à la fin une forte fièvre et de difficultés respiratoires. Quand ses parents se sont décidés à l’amener à l'hôpital du district, on a diagnostiqué chez lui une pneumonie accompagnée d’une malnutrition aiguë sévère.

Un cercle vicieux

La malnutrition est une menace sérieuse pour la survie et le développement de l'enfant. Cependant, beaucoup de parents de Kon Tum, alors même que leur enfant est dans une situation de santé critique, viennent consulter pour avoir un simple avis médical.

« Mon fils est petit depuis sa naissance et je pensais que c'était normal », explique le père d'A-Thau. « Je croyais qu'il finirait par grandir comme mes autres enfants. Je ne savais pas que l’on peut mourir de malnutrition ».

Les enfants dénutris ont une moindre résistance à l'infection et risquent plus de succomber à des maladies de l'enfance courantes comme la diarrhée et les infections respiratoires. Une convalescence difficile accompagnée de maladies fréquentes mine l’état nutritionnel des survivants qui peuvent être pris dans un engrenage de maladies à répétition, de problèmes de croissance et au final de retards du développement.

Alors qu'il était soigné pour sa pneumonie, A-Thau a été transféré en service de pédiatrie où on lui a donné du lait thérapeutique, également connu sous l'appelation F75 et F100, pour traiter sa malnutrition aiguë. Au bout de deux semaines, après avoir regagné un niveau de poids significatif et retrouvé une santé satisfaisante, il est autorisé à quitter l'hôpital, pourvu en nourriture thérapeutique prête à l'emploi produite localement, ou HEBI. A-Thau a ainsi ccontinué son traitement à la maison pendant une semaine entière et il est maintenant sur la voie d'un rétablissement total.

Gestion et prévention

A-Thau fait partie des premiers bénéficiaires du Programme de gestion intégrée de la malnutrition aiguë soutenu par l'UNICEF au Viêt-Nam. Celu-ci vise à toucher plus d'enfants atteints de malnutrition en combinant la prise en charge tant au niveau des installations de santé que des communautés. L'UNICF participe au renforcement des installations sanitaires  en apprenant au personel de santé à détecter la malnutrition aiguë, mais aussi comment en assurer le suivi et le traitement.

Au niveau communautaire, le programme se concentre sur la prévention, ainsi que sur l'identification et le traitement préventif de la malnutrition aiguë avant que les symptômes ne nécessitent l'hospitalisation du malade. Les agents de santé organisent également des cours de cuisine pour montrer aux parents et aux proches comment préparer pour les tout petits une alimentation nutritive à partir de la nourriture localement disponible. Sensibiliser les communautés est essentiel pour lutter contre la malnutrition dans les régions affectées.

L'UNICEF a également appuyé le Gouvernement à conduire des recherches et à développer des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi pour le traitement de la malnutrition dans les communautés. Connus au Viêt-Nam sous le vocable HEBI, ces aliments thérapeutiques qui sont mous et agréables au goût, peuvent être facilement consommés par les enfants sans aucune préparation.

« De nouvelles conclusions mondiales suggèrent qu'un grand nombre d'enfants souffrant de malnutrition aiguë peuvent être traités dans leurs communautés et que la disponibilité d'aliments thérapeutiques prêts à l'emploi est très importante pour le traitement en consultation externe », explique Roger Mathisen, spécialiste nutrition à l'UNICEF « En encourageant le Viêt-Nam à produire ses propres aliments thérapeutiques prêts à l'emploi, nous espérons assurer la sécurité des approvisionnements et améliorer la durabilité du programme ».

Aller de l'avant

La réduction de la malnutrition demeure une priorité majeure dans l'agenda de la santé publique au Viêt-Nam. Le programme devrait aider le Gouvernement du Viêt-Nam à développement ses capacités locales et ses systèmes de Gestion intégrée de la malnutrition aiguë. Après la période pilote, le programme sera étendu au niveau national et les services et produits mis en oeuvre pour l'identification, le traitement et le suivi de la malnutrition aiguë seront incorporés au système national d'assurance maladie, ainsi qu'à d'autres mécanismes semblables de financement de la santé.


 

 

Recherche