Soudan

À la veille de l'indépendance, le gouvernement du Sud-Soudan et l'UNICEF inaugurent un nouveau service dans l'unique hôpital pour enfants du pays

Image de l'UNICEF
© UNICEF SOUDAN/2011/Ashleigh
Regina câline sa fille Sunday à l'hôpital pour enfants Al Sabbah appuyé par l'UNICEF, à Djouba, au Sud-Soudan, en attendant patiemment son petit frère John qui reçoit un traitement contre la malnutrition.

Par Simon Ingram

Djouba, Sud-Soudan, 8 juillet 2011 : Alors que le Sud-Soudan se prépare à l'indépendance, l'ouverture d'un nouveau service dans l'hôpital pour enfants marque une petite avancée, mais une avancée certaine, dans la lutte menée par les représentants de la santé publique de la région.

« C'est un très bon départ pour fêter notre indépendance », a affirmé le Dr Emmanuel Baya, ministre délégué à la Santé en Equatoria centrale, lors de l'inauguration officielle du nouveau service équipé de 28 lits qui a eu lieu jeudi à l'hôpital pour enfants Al Sabbah situé dans la capitale, Djouba.

Un nouvel élan

Établi par le gouvernement du Koweït en  1983, cet hôpital demeure la seule institution spécialisée  dans le traitement des enfants au Sud-Soudan. Ces dernières années, l'hôpital a subi une rénovation complète grâce au financement de l'UNICEF, de l'Union africaine et d'autres donateurs. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF SOUDAN/2011/Ashleigh
Konga Scobia est assise avec son fils Domonic Doko dans le service dédié aux enfants souffrant de malnutrition à l'hôpital pour enfants Al Sabbah appuyé par l'UNICEF, à Djouba, au Sud-Soudan.

La majorité des patients sont des enfants souffrant de malnutrition, de paludisme et de diarrhée. Avec ses 100 lits, y compris ceux du nouveau service, l'hôpital peut également traiter jusqu'à 150 patients ambulatoires.

Le plus dur reste à faire

Le renforcement du système de santé publique, décimé par de longues années de conflits, de négligence et de sous-investissement, représentera une priorité majeure pour le gouvernement de ce nouveau pays. 

Le ministre fédéral de la Santé, le Dr Luka Monoja, a affirmé que le manque d'infrastructures physiques et  le manque de ressources humaines compétentes, tout aussi sévère, représentaient les principaux défis à relever pour le gouvernement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF SOUDAN/2011/Ashleigh
Le Dr Emmanuel Baya, ministre délégué à la Santé en Equatoria centrale au Sud-Soudan, la directrice de l'UNICEF au Sud-Soudan, le Dr Yasmin Ali Haque et le Dr Justin Bruno, directeur de l'hôpital pour enfants Al Sabbah, visitent l'hôpital dans le cadre du lancement du nouveau service à Djouba.

La directrice de l'UNICEF au Sud-Soudan, le Dr Yasmin Ali Haque, a affirmé que le développement de l'hôpital pour enfants permettrait également de remplir une fonction vitale d'enseignement, à savoir la formation des agents de santé, des mères et des soignants professionnels grâce à des méthodes simples et efficaces pour améliorer la santé des enfants.

« C'est ainsi que nous devons continuer à soutenir le Sud-Soudan, en diffusant les règles de base, en garantissant que tous les enfants soient complètement vaccinés, qu'ils puissent dormir sous des moustiquaires, qu'ils aient accès à l'eau potable et à l'assainissement et qu'ils ne soient pas exposés aux risques de malnutrition sévère ».

 Le Dr Haque a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait que d'une première étape, et qu'il en faudra bien davantage pour soutenir les enfants du Sud-Soudan. « Il est très important que nous démontrions qu'il est possible d'avoir (des soins efficaces pour les enfants), même dans les régions lointaines où ils sont les plus nécessaires ».


 

 

Recherche