Somalie

Des interventions dans le domaine des produits alimentaires sont essentielles, alors que la Somalie est confrontée à un scénario catastrophe

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalia/2008
Des agents sanitaires pèsent un jeune enfant dans une clinique mobile pour personnes déplacées, à Bossaso, dans le nord-est de la Somalie.

Par Iman Morooka

BOSSASO, Somalie, 21 août 2008 – La malnutrition est l’un des défis les plus difficiles auxquels les enfants somaliens sont confrontés aujourd’hui et cela pourrait s’aggraver, selon un rapport des Nations Unies à paraître prochainement.

Ce rapport, provenant de l’Unité d’analyse de la sécurité alimentaire, de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, évoque un « scénario catastrophe », selon le Représentant de l’UNICEF en Somalie, Christian Balslev-Olesen. Il indique qu’au cours des 12 mois à venir 3,6 millions de personnes  – la moitié de la population – vont dépendre totalement de l’aide alimentaire et des secours d’urgence.

« Nous ne nous sommes jamais trouvés dans une situation aussi grave. Cela n’est jamais arrivé, » a déclaré M. Balslev-Olesen.

Mise en place de centres pour l’alimentation

L’UNICEF et ses partenaires effectuent, pour les enfants somaliens, des ensembles d’interventions d’urgence qui sauvent des vies. Ainsi, 5 200 enfants souffrant d’une sévère malnutrition sont soignés dans les camps chaque mois, au sein de centres pour l’alimentation traitant en externe ou accueillant les enfants pour assurer leur survie.

Au camp «100 Bush » pour personnes déplacées à cause du conflit, qui se trouve à Bossaso, dans le nord-est de la Somalie, chaque enfant de moins de cinq ans reçoit 10 kg d’UNIMIX, un supplément alimentaire nourrissant,  à haute teneur en protéines et riche en vitamines. L’action de l’UNICEF se fait en coordination avec des agents locaux de l’administration et des villageois, dans le cadre d’un programme de proximité pour la fourniture de l’aide alimentaire.

On estime que 36 pour cent des enfants somaliens auraient une insuffisance pondérale et qu’un sur six souffriraient d’une grave malnutrition.

« La bonne nouvelle, c’est qu’il est visible – et nous pouvons le prouver – que notre programme alimentaire a eu de l’effet », a dit M. Balslev-Olesen.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalia/2008
Un site de distribution de produits alimentaires dans le camp « 100-Bush », à Bossaso, où des mères déplacées reçoivent des sacs d’UNIMIX pour leurs enfants âgés de moins de cinq ans.

À la recherche de sécurité

Dernièrement, la recrudescence des combats dans le centre et le sud de la Somalie a entraîné de lourdes pertes dans la population civile. Les enfants sont les premiers à payer au prix fort ce conflit qui se prolonge, la violence et les déplacements.

Asha, qui n’a pas encore deux ans, était encore en bonne santé lorsqu’elle et sa mère ont quitté Mogadiscio, où elles habitaient, cherchant davantage de sécurité. Huit mois ont passé depuis qu’elles sont arrivées à Bossaso, et Asha souffre maintenant d’une grave malnutrition. 

« Asha allait bien lorsque nous avons quitté Mogadiscio », a dit Khadija, la mère d’Asha, en essuyant ses larmes. « Auparavant, je pouvais nourrir mes enfants trois fois par jour car j’avais un travail stable. Ici, je peux à peine les nourrir une fois par jour. Je n’ai pas les moyens ».

Traiter les cas aigus et graves

Les récentes interventions de proximité faites à Bossaso ont permis à Khadija d’amener Asha à la clinique mobile bénéficiant de l’appui de l’UNICEF, dans le cadre du programme de soins thérapeutiques en externe (Outpatient Therapeutic Programme – OTP). Des agents sanitaires de la communauté indiquent les cas de grave malnutrition.

À la clinique OTP, des enfants bénéficient d’une alimentation thérapeutique riche en protéines, à haute valeur énergétique, notamment de l’UNIMIX et du Plumpy’nut. Par ailleurs, leur état est suivi de très près et régulièrement par du personnel formé par l’UNICEF.

L’équipe OTP a envoyé Asha au Centre  accueillant les enfants pour assurer leur survie, basé à l’hôpital de Bossaso. Il s’agit d’un autre projet soutenu par l’UNICEF  qui traite des enfants souffrant de malnutrition grave, associée à des complications médicales.

« Les enfants, souffrant de malnutrition grave associée à des complications médicales, telles qu’une perte de poids, des diarrhées et des vomissements, ont besoin de soins spécifiques avant qu’on les aide à prendre du poids. « Cela pourrait causer leur mort de leur donner des produits alimentaires habituels », a précisé Mathieu Joyeux, le responsable Nutrition de l’UNICEF.

Les enfants, admis au Centre accueillant les enfants pour assurer leur survie, reçoivent des soins médicaux 24 h sur 24, prodigués par du personnel qualifié, et leurs mères sont hébergées et nourries gratuitement.

« Une crise oubliée »

La réussite importante, constatée dans les camps accueillant les personnes déplacées, montre qu’on peut réduire la malnutrition partout en Somalie grâce à une sécurité accrue, à davantage de ressources et à une meilleure coopération des organisations non gouvernementales locales et des communautés, a constaté M. Balslev-Olesen. Mais une telle réalisation nécessite un accroissement de l’effort de sensibilisation.

«  Pour des raisons de sécurité, il n’y a pas de journalistes effectuant des reportages en Somalie. Vous ne voyez donc pas de photos, et vous ne saisissez pas la réalité », explique-t-il. « Vous n’avez pas d’impact sur les hommes politiques et sur l’opinion publique – il s’agit donc d’une crise oubliée. »

Elizabeth Kiem a participé à la rédaction de cet article depuis New York.


 

 

Audio (en anglais)

Le Représentant de l’UNICEF en Somalie, Christian Balslev-Olesen, parle des tristes perspectives en matière de sécurité et d’approvisionnement alimentaire en Somalie.
AUDIO écouter

Vidéo (en anglais)

10 août 2008 :
La correspondante de l’UNICEF, Elizabeth Kiem, décrit les actions de l’UNICEF en vue de réduire la malnutrition dans les camps de déplacés du nord-est de la Somalie.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche