Pakistan

L’UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations

Inondations au Pakistan, un an après

Une année après les catastrophiques inondations qui ont frappé le Pakistan pendant la mousson, enfants et familles continuent à lutter pour reconstruire leurs vies ; l’histoire qui suit fait partie d’une série de reportages sur leur situation, un an après.

Par David Youngmeyer

NOWSHERA, Pakistan, 2 août 2011 – Depuis que les inondations ont détruit ses récoltes, Ibrahim, 36 ans, enseignant et père de quatre enfants, a du mal à joindre les deux bouts pour nourrir sa famille. Ses deux plus jeunes enfants se relèvent d’une malnutrition sévère aiguë.

VIDÉO (en anglais) : Le reportage de la correspondante de l’UNICEF Priyanka Pruthi sur les efforts que poursuit l’UNICEF, un an après les inondations dévastatrices de 2010 au Pakistan, afin d’aider les enfants et leur famille en proposant un dépistage de la malnutrition, une alimentation thérapeutique et un suivi nutritionnel.  Regarder dans RealPlayer

 

Le diagnostic a été posé un peu plus tôt cette année lorsqu’une agente de santé communautaire s’est rendue chez Ibrahim, dans le district de Nowshera, province de Khyber Pakhtunkhwa, dans le  nord-ouest du Pakistan. Au cours d’un dépistage de routine, elle a découvert que Fiza Gul, 1 an, et Sohaib Ahmed, 4 ans, avaient tous deux besoin de soins urgents. Le diamètre de leur bras, entre l’épaule et le coude, était en dessous du minimum pour un enfant en bonne santé.

« Je me demandais pourquoi ils s’affaiblissaient, explique Ibrahim, qui tient Fiza sur ses genoux. J’étais très inquiet ».

Suivi et traitement

Les deux enfants ont été admis dans un centre de santé appuyé par l’UNICEF et d’autres agences et géré par le partenaire d’exécution People’s Empowerment and Consulting Enterprise (PEACE). Ensuite, ils ont continué à s’y rendre une fois par semaine pour bénéficier d’un suivi et recevoir des rations d’aliments thérapeutiques à emporter chez eux, sous forme de sachets contenant une pâte à base d’arachides très nutritive.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2011/Quraishi
Dans les bras de son père, Fiza Gul, 1 an, subit un examen au centre de santé du district de Nowshera – qu’appuie l’UNICEF – pour réévaluer son degré de dénutrition après traitement. Son état est bon, comme l’indique la marque verte. Nowshera, qui a été touché par les inondations, se trouve dans la province de Khyber Pakhtunkhwa au Pakistan.

Au bout d’un mois, les enfants avaient bien progressé et ont pu recevoir une alimentation complémentaire, dont une autre forme de cette pâte d’arachide, ainsi que des sachets de micronutriments dont ils saupoudrent leurs repas. Les enfants sont maintenant en bonne santé et pleins de vie.

« J’ai été très heureux de recevoir de l’aide pour mes enfants, nous dit Ibrahim. Fiza Gul et Sohaib sont bien plus heureux maintenant, ils ont plus d’énergie et s’intéressent davantage à tout ce qui les entoure. Mais j’ai peur que cela ne se reproduise ».

Les ressources du ménage ne suffisent plus

Avant que les inondations ne dévastent cette communauté ainsi que d’autres au Pakistan, Ibrahim vendait le blé qu’il récoltait sur ses terres, près du fleuve Kaboul, pour compléter son salaire d’enseignant. Lorsque les pluies de la mousson ont gonflé le fleuve, les champs ont été inondés et les eaux en se retirant ont laissé une couche de boue qui rend les sols inutilisables.

Le ménage n’a pas assez d’argent pour améliorer sa terre. Depuis les inondations, ses ressources ne suffisent plus, et la qualité et la quantité de nourriture qu’Ibrahim peut donner à ses enfants s’en sont trouvées compromises.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2011/Quraishi
Fiza Gul, 1 an, tient en main un sachet de “granulés” de micronutriments qui l’ont aidée à surmonter la malnutrition à Nowshera. Ce district, qui a été touché par les inondations, se trouve dans la province de Khyber Pakhtunkhwa dans le nord-ouest du Pakistan.

« Ils ont perdu leurs récoltes, leur cheptel et leur maison, explique  Fehmida Khattak, éducatrice en nutrition et hygiène de PEACE, en parlant de l’impact des inondations sur la population locale. Un an plus tard, ils sont toujours confrontés aux mêmes problèmes. Ils n’ont pas encore pu reconstruire leur maison, et leur terre n’est pas prête pour la moisson. Les inondations ont aggravé leur situation financière, ce qui contribue à la malnutrition des enfants. Ils n’ont ni nourriture convenable ni eau salubre ».

Les effets de la malnutrition

L’UNICEF et ses partenaires ont fait passer des tests à près de 730 000 enfants pour dépister la malnutrition dans les régions affectées par les inondations au Khyber Pakhtunkhwa et dans les zones tribales sous administration fédérale. Plus de 62000 de ces enfants, âgés de 6 mois à cinq ans, ont reçu un traitement pour divers niveaux de dénutrition.

Sans ces soins, ils seraient exposés à toutes sortes de maladies et risqueraient des retards de croissance et des handicaps mentaux irréversibles.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2011/Quraishi
Une mère monte sur la balance avec son enfant dans le cadre d’un dépistage de la malnutrition dans un centre de santé qu’appuie l’UNICEF à Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan.

À travers le Pakistan, quelque deux millions d’enfants et 600 000 femmes enceintes ou allaitant, ont subi un dépistage pour la malnutrition. Plus d’un demi-million de femmes et d’enfants qui présentaient des symptômes de dénutrition ont reçu une aide et un traitement avec l’appui de l’UNICEF.

Enfants en danger

Le Dr. Mohammad Najeeb est coordinateur du groupe Nutrition pour les agences humanitaires travaillant ici. Selon lui, même si la malnutrition était déjà présente avant les inondations, la catastrophe a exacerbé cette situation pour les enfants.

« Les enfants des ménages à faible revenu couraient déjà le risque d’être dénutris, mais les effets du déplacement, du manque d’eau salubre et d’assainissement, la perte des moyens de subsistance et des soins de santé primaires inadéquats, tout cela fait que dans bien des cas, ils deviennent encore plus vulnérables », explique-t-il.

« C’est pourquoi certains ménages sont tout bonnement incapables de répondre aux besoins nutritionnels d’enfants en train de grandir, continue-t-il. Il suffit de voir le nombre d’admissions dans les centres de traitement des zones affectées par les inondations ».


 

 

Inondations au Pakistan

Au Pakistan, les familles déplacées par les nouvelles inondations font face à un avenir incertain
avec vidéo

L'UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations
avec vidéo

L’UNICEF aide à reconstruire une école dans un village du nord-ouest du Pakistan ravagé par des inondations
avec vidéo

Des services de santé améliorés pour les mères et les nouveau-nés dans les villages touchés par les inondations au Pakistan
avec vidéo

L'histoire d'Ejaz : ce jeune garçon garde espoir après les inondations du Pakistan
avec vidéo

Les cliniques mobiles protègent les enfants contre la malnutrition au Pakistan après les inondations
avec vidéo

Des enfants suivent des cours dans un centre d'éducation temporaire mis en place par l'UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan
avec vidéo

Au Pakistan, l'UNICEF et ses partenaires apportent une assistance vitale malgré l'hiver rigoureux
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations de 2010, les enfants et les familles sont confrontés à des défis de plus en plus grands
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la situation reste désespérée
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations et le conflit, les écoles de la vallée de Swat accueillent de nouveau les enfants
avec vidéo

Toutes les nouvelles
sur le Pakistan

Recherche