En bref : Niger

Les enfants du Niger affectés par des pénuries alimentaires

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ93-1898/Pirozzi
Une petite fille de l’ethnie Peule Bororo surveille accroupie une marmite dans la fumée du foyer. Village de Kehene, Niger.

Par Jane O’Brien

NEW YORK, 2 juin 2005 – Des centaines de milliers d’enfants du Niger sont menacés de malnutrition grave provoquée par des pénuries alimentaires. Des nuages de criquets pélerins ont dévoré la plus grande partie des récoltes de l’année dernière et le bétail a été décimé par la faim et la soif à la suite de la sécheresse qui a brûlé les pâturages.

Environ 40 pour cent des enfants du Niger souffraient déjà de retards de croissance modérés à graves (un des indicateurs clés de la malnutrition) avant même la crise actuelle. Le Représentant de l’UNICEF au Niger, Karim Adjibade, déclare que le nombre d’enfants qui ont besoin d’une aide immédiate a maintenant triplé.

« Des enfants meurent. La malnutrition n’est pas seule en cause, mais elle y contribue. Ces enfants souffrent du paludisme et d’autres maladies, et la malnutrition s’ajoute à cela. Dans les centres de nutrition thérapeutiques, nous voyons mourir deux ou trois enfants par semaine. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ93-1898/ GIACOMO PIROZZI
Deux femmes de l’ethnie Peule Bororo pillent du millet dans un mortier en bois à l’aide de longs pilons de bois au village de Kehene (Niger).

L’UNICEF s’est associé à un appel de fonds pour obtenir 16,2 millions de dollars. L’UNICEF a besoin de plus d’un million de dollars pour acheter des céréales et des suppléments alimentaires fortifiés pour les enfants. L’organisation montre également aux habitants comment détecter les premiers signes de la malnutrition et comment prendre des mesures de prévention.

« Nous enseignons aux villageois comment repérer les signes de malnutrition chez les enfants et comment préparer de meilleurs repas et donner des suppléments alimentaires. Nous les aidons aussi à accroître leurs revenus afin d’obtenir un meilleur accès aux ressources alimentaires », déclare M. Adjibade.

Environ un quart des enfants du Niger meurent avant l’âge de cinq ans. Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est l’un des plus élevés du monde. On pense que 150 000 jeunes enfants souffrent aujourd’hui de malnutrition grave et que 650 000 autres sont devenus extrêmement vulnérables.

Les familles du Niger survivent d’une année à l’autre en comptant sur la prochaine récolte. Une mauvaise saison peut jeter le pays dans la crise et la situation va encore empirer cette année s’il subit une autre sécheresse ou une autre invasion de criquets.


 

 

Audio (en anglais)

2 juin 2005:
Au Niger, les enfants sont les plus durement touchés par les pénuries alimentaires

Recherche