Madagascar

À Madagascar, la Semaine de la mère et de l'enfant, appuyée par l'UNICEF, touche des millions d'enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF Madagascar/ 2011
La campagne « la Semaine de la mère et de l'enfant » permet aux mères ayant des enfants de moins de cinq ans de bénéficier d'un ensemble d'interventions intégrées à fort impact et nécessaires à leur survie.

Par Narinda Raharijaona

ANTANANARIVO, Madagascar, 27 octobre 2011 – La semaine dernière, Madagascar a célébré la Semaine de la mère et de l'enfant, une campagne menée à l'échelle nationale appuyée par l'UNICEF et ses partenaires pour s'attaquer au problème du manque d'accès aux services de santé de base pour les mères. La campagne a cherché à favoriser l'apport d'interventions à fort impact et à faible coût visant à assurer la survie de l'enfant. Parmi celles-ci : la supplémentation en vitamine A pour les nouvelles mères et les enfants de moins de cinq ans, des traitements par vermifuges et des vaccinations de routine, des tests de dépistage du VIH pour les femmes enceintes ainsi qu'une détection de la malnutrition.

Un autre but de la campagne était d'encourager l'allaitement exclusif au sein pour les enfants jusqu'à l'âge de cinq mois. 

 « La santé n'a pas de prix »

L'allaitement au sein, précoce et exclusif, est largement perçu comme une mesure importante qui réduit la mortalité néonatale, infantile et juvénile. Quelque 13 pour cent de la totalité des décès d'enfants de moins de cinq ans pourraient être évités grâce à des stratégies favorisant une augmentation des taux d'allaitement au sein. 

« Les Semaines de la mère et de l'enfant, qui se déroulent tous les six mois, offrent aux mères et aux enfants de moins de cinq ans un ensemble d'interventions à fort impact et nécessaires pour la survie », constate le Représentant de l'UNICEF à Madagascar, Bruno Maes. « Cela est extrêmement important dans un pays où les  services de santé sont utilisés par seulement 33 pour cent de la population et où la mortalité maternelle et infantile reste élevée ».  

Image de l'UNICEF
© UNICEF Madagascar/ 2011
Elysa Rasoanatoandro avec sa fille, Rojo, âgée de 22 mois, au dispensaire d'Alasora, à Madagascar.

Au dispensaire d'Alasora, Elysa Rasoanatoandro, une mère de six enfants, a amené sa fille, Rojo, âgée de 22 mois, pour qu'elle reçoive des suppléments de vitamine A et un traitement vermifuge. Elle a veillé à ce que tous ses enfants, y compris Rojo, aient subi leurs vaccinations de routine depuis la naissance. Pour Elysa, c'est le meilleur cadeau qu'elle puisse leur offrir « car leur santé n'a pas de prix », a-t-elle expliqué.

L'UNICEF apporte son soutien

Selon Sahondra Razanarisoa, responsable du dispensaire d'Alasora, lors de la campagne précédente, en avril 2011, 3438 enfants ont reçu ici un traitement vermifuge et 277 ont reçu de la vitamine A. « Cette fois, nous visons 541 enfants avec une supplémentation en vitamine A » a-t-elle expliqué.  

À Madagascar, l'accès aux services de santé de base reste faible pour plusieurs raisons. Lors des dernières années, le manque de ressources financières a entraîné une érosion extrême des prestations, une pénurie de médicaments et de personnel qualifié. Pour nombre de personnes, l'accès est limité à cause des distances et du mauvais état des routes dans les parties isolées du pays.  

« L'UNICEF a toujours été ici et il y restera pour épauler les femmes et les enfants de Madagascar en surmontant les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur vie quotidienne », a expliqué Bruno Maes. « Les Semaines de la mère et de l'enfant sont une façon de les toucher et, heureusement, malgré la récente crise socio-politique de Madagascar, cette initiative, introduite en 2006, s'est poursuivie avec l'appui de tous les partenaires du secteur de la santé ».


 

 

Recherche