Madagascar

A Madagascar, une réponse rapide à la crise alimentaire sauve la vie des enfants souffrant de malnutrition

Image de l'UNICEF
© UNICEF Madagascar/2006/Martin
Grâce à un traitement intensif, Anastasia, 2 ans, récupère enfin d’une malnutrition aiguë.

Par Sandrine Martin

DISTRICT DE VANGAINDRANO, Madagascar, 16 mars 2006 – Après 27 jours de soins intensifs, d’alimentation thérapeutique avec sa maman à côté de son lit, Anastasia, deux ans, est enfin en voie de guérison. A son arrivée, on voyait dans son regard sans expression qu’elle était malade, aujourd’hui elle est pleine de vie. On la reconnaît à peine, cette petite fille qui respirait avec peine lorsqu’elle s’est présentée au centre de soins.

Anastasia fait partie des milliers enfants qui ont été touchés par la malnutrition dans ce district du Sud Est de Madagascar. Avec la dernière récolte de riz et de manioc anéantie par les inondations, et les cultures de patates douces dévastées par les maladies , un enfant sur cinq souffre de malnutrition.

Une mauvaise récolte veut dire non seulement une nourriture mal adaptée mais aussi un revenu pour la famille considérablement réduit, ce qui diminue sa possibilité de se procurer les médicaments urgents et de pourvoir au minimum. Comme toujours, ce sont les enfants qui souffrent le plus dans ce type de situation.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Madagascar/2006/Martin
La dernière récolte a été anéanties par les inondations et par les maladies des cultures. Un enfant sur cinq souffre de malnutrition, dans le district de Vangaindrano, Madagascar.

Démarrage rapide, obstacles difficiles

L’UNICEF a réagi rapidement à la crise, lançant un programme alimentaire avec le Gouvernement de Madagascar et d’autres partenaires humanitaires. A ce jour, 24 000 enfants de moins de cinq ans et 4 500 femmes enceintes ou mères allaitantes ont bénéficié de cet effort.

Cinq centres d’alimentation thérapeutique ont été mis en place pour prendre soin des enfants particulièrement sous-alimentés. Vingt-quatre nouvelles équipes mobiles viennent au secours de quelque 5 000 autres enfants pour leur fournir des services d’alimentation thérapeutique et autres compléments.

La Commission européenne participe à hauteur de 600 000 dollars pour soutenir l’intervention de l’UNICEF, et le Gouvernement norvégien a offert 1,5 tonne d’alimentation thérapeutique. C’est un très bon début, mais  il est très difficile d’atteindre les femmes et enfants des villages isolés.

« La plupart des villages sont bien isolés. Les routes et les ponts sont en très mauvais état, » explique Virginie Razanantsoa, coordinatrice de l’UNICEF à Vangaindrano. « Nous essayons d’aller aussi vite que possible pour atteindre ces populations, mais parfois, c’est très difficile. »

Traitement et prévention

Malgré les obstacles logistiques et financiers, le bureau local rapporte que l’UNICEF touche 70 pour cent de l’ensemble des enfants sous-alimentés – y compris plus de 90 pour cent des plus gravement malnutris. Les enfants à risque reçoivent des rations de nourriture à base de riz, haricots, huile et sel.

Les équipes de l’UNICEF sur place cherchent à traiter et à prévenir la malnutrition. Elles surveillent la santé des enfants, organisent la distribution alimentaire, proposent des compléments comme des vitamines A ou encore des vaccins contre la rougeole. Pour ceux et celles qui son gravement malnutrits, l’UNICEF et ses partenaires mettent en place des interventions thérapeutiques comme le traitement dont la jeune Anastasia a bénéficié.

Maintenant Anastasia est assez forte pour rentrer chez elle. Mais les médecins lui conseillent de continuer à suivre le programme de renforcement de la nutrition offert par les unités mobiles alimentaires supportées par l’UNICEF jusqu’à ce qu’elle soit complètement rétablie.

« Si je n’avais pas eu de farine enrichie et la ration familiale, je n’aurais pas pu nourrir mon enfant ni le reste de la famille, », constate la maman d’Anastasia. « Nous espérons seulement que la récolte de l’année prochaine sera bonne. »


 

 

Vidéo (en anglais)

16 mars 2006:
 Sandrine Martin de l’UNICEF enquête sur les efforts déployés pour sauver la vie des enfants malnutris, à Madagascar.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche