Inde

En Inde, l’attitude change à l’égard de la malnutrition et de l’égalité des sexes

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans le Centre pour la réhabilitation de la nutrition de Kolaras, on enseigne aux parents à prendre soin des besoins nutritionnels de leurs enfants et on les incite à transmettre ces connaissances cruciales au sein de leurs communautés.

Par Amy Bennett

KOLARAS, Inde, 30 octobre 2007 – Lorsque Devki et Rahul, des jumeaux de neuf mois, ont été amenés par leur mère au Centre pour la réhabilitation de la nutrition de Kolaras – situé dans l’État indien de Madhya Pradesh – le poids et la taille de Rahul étaient normaux pour son âge, alors que sa sœur pesait à peine la moitié du poids qui aurait dû être le sien. L’état de Devki était la conséquence d’une grave malnutrition.

Devant une telle différence de santé et de poids, les médecins ont soupçonné que Devki était moins nourrie, ce qui arrive souvent dans certaines régions indiennes où on accorde plus d’attention aux garçons qu’aux filles.

Lorsque Devki a été amenée pour la première fois au centre, elle souffrait d’une grave insuffisance pondérale et les médecins ont déclaré qu’elle n’avait qu’une semaine à vivre. Les experts estiment que ce cas est l’illustration d’un problème social bien plus répandu dans les villes et les villages où il arrive souvent que la naissance des garçons soit fêtée alors que les filles seront au mieux tolérées et au pire maltraitées.

La condition inférieure des femmes

L’Inde et d’autres pays de l’Asie du Sud sont globalement loin d’avoir une nutrition adéquate. Ce qui contribue à ce problème, c’est la condition de la femme, considérée comme inférieure, et le manque de connaissances en matière de nutrition. La prévalence élevée de l’insuffisance pondérale chez les enfants de la région se trouve ainsi aggravée.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans le Centre pour la réhabilitation de la nutrition, une mère apprend à préparer une alimentation saine.

D’après un rapport de l’UNICEF, la moitié des enfants souffrant de malnutrition dans le monde vivent en Asie du Sud. En Inde, 30 pour cent des enfants ont un poids insuffisant à la naissance et près de 50 pour cent conservent cette insuffisance pondérale à l’âge de trois ans.

L’un des Objectifs du Millénaire pour le développement  est l’éradication de l’extrême pauvreté et de la faim d’ici 2015, ce qui signifie qu’il faut réduire de moitié le pourcentage des enfants souffrant d’insuffisance pondérale. L’UNICEF a prévenu que le monde n’était pas sur la voie conduisant à la réalisation de cet objectif.

Enseigner des pratiques saines, qui sauvent la vie

Pour des enfants dénutris de villages comme celui de Kolaras, cet état qui affaiblit et met la vie en péril a diverses causes, allant du manque d’alimentation saine à la discrimination entre les garçons et les filles. Au Centre pour la réhabilitation de la nutrition, on enseigne aux mères la préparation d’une alimentation saine, hautement calorique et à forte teneur en protéines – et on les incite à rapporter ces recettes et pratiques culinaires dans leurs villages.

Pendant ce temps-là, les jumeaux Devki et Rahul sont rentrés chez eux à Kolaras, où deux conseillers sanitaires doivent suivre chaque semaine les progrès réalisés par la petite fille. Si l’état de Devki se détériore, elle sera ramenée au centre pour y être soignée plus systématiquement. Mais on espère que, grâce à ce changement de comportement et à de meilleurs soins, elle se portera bientôt aussi bien que son frère.


 

 

Vidéo (en anglais)

Anwulika Okafor, de l’UNICEF, parle des niveaux préoccupants atteints en Inde par la malnutrition touchant les enfants, notamment les filles.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Liens

Recherche