Nutrition

Vue d'ensemble

«  Le monde produit suffisamment d’aliments pour nourrir tous les hommes, femmes et enfants de la terre. La faim et la malnutrition ne sont donc pas dues aux seules pénuries alimentaires, mais sont également les conséquences de la pauvreté, de l’inégalité et de priorités inadéquates. » Kul C. Gautam, Directeur général adjoint de l’UNICEF [Discours directif au Sommet mondial de l’alimentation : cinq ans plus tard, 11/6/02]

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ98-0529/ Pirozzi
Un enfant atteint de malnutrition aiguë regarde sa mère et lui tient la main dans un centre d’alimentation géré par l’ONG Action contre la Faim. Sierra Leone

La malnutrition est qualifiée de situation d’urgence « invisible » car, tout comme un iceberg, ses effets mortels sont en grande partie cachés. Chaque année, la malnutrition joue un rôle dans environ 40 % des 11 millions de décès d’enfants de moins de cinq ans que l’on recense dans les pays en développement, et le manque d’ allaitement exclusif et immédiat des nourrissons est à l’origine de 1,5 million de ces décès. Cependant, contrairement à ce que l’on croit généralement, seule une petite minorité de ces enfants meurt de faim dans des circonstances catastrophiques dues à la famine ou à la guerre. Dans la majorité des cas, l’effet mortel de la malnutrition et des pratiques d’allaitement inadéquates est beaucoup plus insidieux : elles paralysent les enfants, les rendent plus vulnérables face à la maladie, affaiblissent leur intellect, diminuent leurs motivations et sapent leur productivité.

Qu’est-ce que la malnutrition?

La malnutrition – le fait d’être mal nourri – s’explique non seulement par une  quantité insuffisante d’aliments mais aussi par un ensemble de facteurs : insuffisance des protéines, des aliments énergétiques et des micronutriments, infections ou maladies fréquentes, soins et pratiques alimentaires inadéquates, services de santé insuffisants et eau et assainissement insalubre.   Les effets les plus dévastateurs de la malnutrition se produisent avant la naissance – lorsque le fœtus ne peut pas se développer correctement – et pendant les premières années de la vie d’un enfant, lorsque son développement physique et mental est freiné. La malnutrition prend différentes formes et un enfant peut en subir plusieurs conséquences à la fois. Près d’un tiers des enfants des pays en développement souffrent de malnutrition – 150 millions sont d’un poids insuffisant pour leur âge.

175 millions d’enfants sont atteints de retards de croissance, dus à des maladies chroniques et à une alimentation inadéquate. Et plus de 60 % de tous les enfants ne sont pas exclusivement nourris au sein pendant la période essentielle des six premiers mois.   Des millions d’enfants souffrent de malnutrition liée aux carences en micronutriments : leur organisme manque de minéraux essentiels - iodie, fer et zinc – et de vitamines – vitamine A, folate. L’organisme a besoin de micronutriments en quantités infimes pour produire des enzymes, des hormones et d’autres substances nécessaires à la croissance, au développement et au fonctionnement des systèmes immunitaires et reproductifs. Les carences en iode peuvent entraîner de graves troubles mentaux ou physiques, les carences en fer peuvent causer des cas d’anémie mortelle ou entraîner une baisse de la productivité, les carences en vitamine A peuvent entraîner la cécité ou l’affaiblissement du système immunitaire et les carences en folate l’insuffisance pondérale à la naissance ou des anomalies congénitales comme la spina bifida (une anomalie de la colonne vertébrale dans le cadre de laquelle une ou plusieurs vertèbres ne se forment pas correctement, ce qui laisse un vide ou une division endommageant le système nerveux central).

L’allaitement maternel est la première source de micronutriments vitaux et contribue également à une santé et une nutrition générales adéquates. Des facteurs immunitaires, facteurs de croissance et autres facteurs protecteurs présents dans le lait maternel ne se trouvent nulle part ailleurs dans la nature. Le fait de ne pas allaiter fait courir aux nourrissons un risque supplémentaire de mortalité et de morbidité pendant l’enfance, et accroît le risque de maladies chroniques comme le diabète et les cancers des enfants.   Les principaux moyens de vaincre la malnutrition sont : une alimentation adéquate, qui comprend l’allaitement immédiat et exclusif pendant les six premiers mois, et la poursuite de l’allaitement avec des aliments complémentaires adaptés à l’âge, des micronutriments, la prévention et le traitement des maladies et des soins et pratiques alimentaires adéquats.

Il est également essentiel de protéger les droits des femmes et des filles. Dans toutes les régions où les femmes sont victimes de discrimination, la malnutrition est plus importante. Les enfants nés de mères n’ayant reçu aucune instruction ont deux fois plus de risques de mourir en bas âge que les enfants de mères ayant suivi ne serait-ce que quatre années de scolarité. La santé en matière de reproduction, y compris l’espacement des naissances pendant au moins trois ans, réduit également les retards de croissance et la mortalité.   La Convention de 1989 relative aux droits de l’enfant consacre le droit de tous les enfants à bénéficier de la meilleure santé possible, et notamment le droit à une nutrition adéquate. Les gouvernements ont la responsabilité juridique de protéger ce droit et il est de l’intérêt de tous qu’ils s’acquittent de cette obligation. La malnutrition est à la fois une conséquence et une cause de la pauvreté. La nutrition et le bien-être des enfants constituent le fondement des sociétés saines et productives.


 

 

Compte à rebours 2015

La situation des enfants dans le monde 2010

Tracer les progrès de la Nutrition infantile et Maternelle

Recherche