Nutrition

Lors de la Clinton Global Initiative, des partenaires promettent une aide supplémentaire pour lutter contre la carence en zinc

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-1423/Markisz
Lors de la réunion annuelle 2009 de la Clinton Global Initiative (de gauche à droite), la Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman, l'ancien Président des États-Unis Bill Clinton, le Directeur exécutif de l'Association internationale du Zinc (IZA) Stephen Wilkinson et le Président et PDG de Teck Resources Limited Donald Lindsay s'engagent publiquement à appuyer l’Initiative pour le zinc et la nutrition.

Par Amy Bennett

NEW YORK, États-Unis, 24 septembre 2009 – Lors de la cinquième réunion annuelle de la Clinton Global Initiative (CGI) à New York, la CGI a accueilli l'UNICEF et les partenaires de l'industrie du zinc pour la présentation d'une initiative sans précédent destinée à éliminer la carence en zinc et améliorer la sécurité alimentaire dans les pays en développement. 

Au cours d'une séance plénière, la Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman est montée à la tribune avec l'ancien Président des États-Unis Bill Clinton, le Président et PDG de Teck Resources Limited Donald Lindsay et le Directeur exécutif de l'Association internationale du Zinc (IZA) Stephen Wilkinson. Ils se sont publiquement engagés à assurer leur soutien à l’Initiative pour le zinc et la nutrition.

Conduite par l'IZA avec l'appui et la coopération de Teck ressources, de l'UNICEF et de divers partenaires, cette initiative de nutrition opèrera de façon à assurer la survie, la croissance et le développement des enfants grâce à une plus grande consommation de zinc.

L'IZA, une association d'industriels composée de dirigeants des principales entreprises du secteur du zinc, a annoncé qu'elle s'engageait à verser 5 millions de dollars pour aider l'UNICEF à étendre la distribution de suppléments en zinc au Népal et au Pérou.

Zinc et nutrition

M. Clinton a lancé un appel pour mieux sensibiliser  le public à l'importance du zinc dans la nutrition et la comprenne mieux. « C'est quelque chose dont 90% d'entre nous n'ont pas conscience et on  ne sait pas du tout ce qu’il faut faire, » a-t-il dit.

La carence en zinc a été reconnue comme un problème de santé publique important contribuant chaque année aux décès d'environ 450 000 enfants et, dans l'ensemble, à près de 800 000 décès. Mondialement, environ 2 milliards de personne risquent une carence en zinc.

Mais l'expérience montre qu'il est possible d'effectuer des procédures de routine susceptibles de sauver des vies – comme l'administration de suppléments en sulfate de zinc ou de sels de réhydratation orale – auprès des enfants des communautés locales les plus pauvres et les plus isolées du monde.  Étendre l'utilisation du zinc à des fins thérapeutiques pourrait éviter chaque année environ 300 000 décès chez les enfants liés à la diarrhée.

Introduction de suppléments

Depuis la publication en 2004 d'une déclaration commune de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la Santé recommandant une supplémentation en zinc et des sels de réhydratation orale pour le traitement de la diarrhée, environ 50 gouvernements ont modifié leurs politiques de santé envers les enfants afin d'inclure du zinc pour gérer les problèmes liés à la diarrhée.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-1424/Markisz
L'ex-Président des États-Unis Bill Clinton annonçant les promesses d'un engagement actif lors de la cinquième réunion annuelle de la Clinton Global Initiative à New York.

Cependant, l'introduction réelle de suppléments en zinc au niveau national s’est faite lentement. Parmi les problèmes figurent la difficulté de modifier les programmes de santé et les directives de traitement dans certains pays ainsi que la difficulté d'assurer un approvisionnement correct en suppléments en zinc de qualité.

L'UNICEF s'est chargé d'une gamme d'interventions avec plusieurs partenaires pour faire avancer ce processus. L'institution  a notamment pris la tête des efforts menés dans  l'approvisionnement en sulfate de zinc afin que celui-ci soit distribué dans les pays en développement.

Comme les intervenants de la réunion de la CGI l'ont suggéré, la collaboration avec l'industrie du zinc accélèrera davantage la baisse du nombre de  décès d'enfants de moins de cinq ans. Au-delà, une nutrition basée sur un meilleur apport en zinc permettra d'établir les bases d'un plus grand progrès de la croissance et du développement des enfants. 


 

 

Recherche