Nutrition

Introduction

UNICEF Angola/2005
© UNICEF Angola/2005
Des mères allaitent leur enfant

Une bonne nutrition est un bien précieux : les gens bien nourris ont de meilleures chances d’être en bonne santé, d’être productifs et de pouvoir s’instruire. Tout le monde bénéficie d’une bonne nutrition : les familles, leurs communautés et l’ensemble de la planète.

En appliquant la même logique, la malnutrition est dévastatrice. Elle joue un rôle dans plus d’un tiers des décès d’enfants intervenant dans des pays en développement. Elle affaiblit les capacités intellectuelles, limite la productivité de tous ceux qui en sont victimes et perpétue la pauvreté.  

Bien que le nombre d’enfants sous-alimentés ait diminué par rapport aux années 1990, un enfant de moins de cinq ans sur quatre, soit 143 millions de ces enfants dans le monde en développement, souffre toujours d’insuffisance pondérale, et 38 pour cent seulement des enfants de moins de 6 mois sont nourris exclusivement au sein. Même si des progrès notables ont été enregistrés concernant la supplémentation en vitamine A et l’iodation du sel, la carence en micronutriments  représente toujours un problème de santé publique dans de nombreux pays. Le seul espoir d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) est de s’attaquer à la dénutrition.

Une nutrition appropriée permet d’assurer à l’enfant un bon départ dans la vie. L’UNICEF, dès sa création, a élaboré des programmes de nutrition dans le but de veiller à ce que le droit de chaque enfant à une nutrition adéquate soit respecté. L’UNICEF s’engage à élargir et maintenir la couverture de ses interventions à fort impact en faveur de la nutrition dans les domaines de programmation suivants :

  1. Alimentation du nourrisson et du jeune enfant ;
  2. Micronutriments ;
  3. Sécurité nutritionnelle lors des situations d’urgence ; et 
  4. Nutrition et VIH/SIDA

L’UNICEF a adopté l’approche du cycle de vie en collaboration sur ses partenariats, en créant et en renforçant les interventions intégrées pour maximiser leur efficacité, par exemple en combinant la supplémentation en vitamine A avec d’autres interventions accélérées en faveur de la survie de l’enfant dans le cadre de manifestations pour la santé de l’enfant.


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche