Nutrition

L’UNICEF présente le dernier rapport « Progrès pour les enfants »

Image de l'UNICEF: UN Standing Committee on Nutrition Chief Catherine Bertini and UNICEF Executive Director Ann M. Veneman
© UNICEF/HQ05-1921/LeMoyne
Le retard de croissance est commun dans les pays les plus pauvres d’Amérique Latine et des Caraïbes. Les enfants des zones rurales sont deux fois plus susceptibles de présenter un faible poids que ceux des zones urbaines. Ci-dessus, un enfant à risque en Haïti.

Par Chris Niles et Rachel Bonham Carter

NEW YORK, États-Unis, 2 mai 2006 – La Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, affirme que la mauvaise nutrition des enfants menace de tourner à la catastrophe à l’échelle de la planète en l’absence de mesures immédiates.

Lors du lancement du rapport « Progrès pour les enfants : un bilan de la nutrition », au Siège des Nations Unies à New York, elle a déclaré que la vie et l’avenir de millions d’enfants sont menacés, parce qu’ils n’ont pas assez à manger ou alors parce qu’ils n’obtiennent pas les éléments nutritifs nécessaires à un bon développement.

Mme Veneman a insisté sur le fait que l’avenir de la communauté internationale était lié à la santé de ses enfants.

« Malheureusement, trop de gens – les individus et les familles aussi bien que les décideurs et les responsables politiques – ne sont pas conscients de l’importance vitale de la nutrition et du degré de gravité de la dénutrition dans le monde, a-t-elle dit. Un enfant souffrant d’insuffisance pondérale et de dénutrition, c’est une tragédie. Mais multipliée par des dizaines de millions, la dénutrition devient une menace pour les sociétés et les économies du monde entier.»

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006/Susan Markisz
Au siège de l’ONU, la Présidente du Comité permanent des Nations Unies sur la nutrition, Catherine Bertini (gauche) et la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, lancent le dernier rapport « Progrès pour les enfants : un bilan de la nutrition ».

Prenant la parole à l’occasion du premier anniversaire de son accession au poste de Directrice générale, Mme Veneman a déclaré qu’il était nécessaire d’aborder ce problème de manière intégrée.

« L’aide alimentaire est insuffisante par elle-même », a-t-elle averti. « Inverser les tendances mises en lumière dans ce rapport, cela veut dire qu’il faut en premier lieu aborder simultanément tous les  facteurs qui contribuent à maintenir les enfants en bonne santé et à leur assurer un développement correct. Ceci comprend la bonne santé des mères au cours de la grossesse, une meilleure éducation, une lutte efficace contre la maladie et une politique qui garantisse l’accès à l’alimentation, même en temps de crise. »

Une table ronde sur la faim

Après le lancement du rapport, Mme Veneman a accueilli au siège de l’UNICEF à New York d’éminents spécialistes venus participer à une table ronde sur les moyens de réaliser le premier des Objectifs du Millénaire pour le développement – l’élimination de la pauvreté extrême et de la faim.

 « Si vous envisagez la question de la faim, vous devez également envisager la question des enfants, a dit Mme Veneman, ils sont au coeur des préoccupations des Objectifs du Millénaire pour le développement. La question de la nutrition revêt une importance capitale. Elle a des rapports avec pratiquement tous les autres objectifs. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0277/Markisz
L’organisateur du Consensus de Copenhague, Bjorn Lomborg, (deuxième à partir de la gauche) intervient au cours de la table ronde organisée par l’UNICEF sur l’élimination de la pauvreté extrême et de la faim.

Saad Houry, Directeur de la Division des politiques et de la planification de l’UNICEF, a présenté le groupe de participants et fait remarquer le chemin qu’il restait à faire à la communauté internationale pour éliminer la faim dans un monde ou un enfant de moins de cinq ans sur quatre est victime d’insuffisance pondérale et de dénutrition. Au cours du débat qui a suivi, animé par Rainer Gross, le Chef de la section de la nutrition à l’UNICEF, diverses démarches ont été envisagées, allant d’investissements économiquement efficaces pour le développement à un développement durable assuré par la protection des droits humains.

Le Directeur des programmes de l’UNICEF, Alan Court, a conclu la discussion. Il a demandé aux participants de continuer à veiller à ce que les questions de la faim et de la nutrition restent des priorités importantes pour les décideurs politiques du monde entier et les a remercies des efforts accomplis à ce jour.

Les participants à la table ronde comprenaient (de gauche à droite sur la photo ci-dessus à gauche) : Saad Houry, Directeur de la Division des politiques et de la planification de l’UNICEF ; Bjorn Lomborg, organisateur du Consensus de Copenhague ; la coprésidente de l’alliance des entreprises pour la fortification des aliments (Business Alliance for Food Fortification, BAFF), Huaying Zhang ; Rainer Gross, le responsable de la nutrition à l’UNICEF ; le Rapporteur national sur les droits humains à l’alimentation, à l’eau et à la terre du Brésil, Flavio Valente.


 

 

Vidéo (en anglais)

2 mai 2006 :
 Le reportage de Rachel Bonham Carter, correspondante de l’UNICEF, sur la table ronde organisée au siège de l’UNICEF sur l’élimination de la grande pauvreté et de la faim.

bas | haut débit
(Real player)

Vidéo (en anglais)

2 mai 2006 :
Le reportage de Chris Niles, correspondant de l’UNICEF, sur le lancement du rapport de l’UNICEF « Progrès pour les enfants : un bilan de la nutrition ».

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche