Nutrition

L’action de l’UNICEF

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ92-0440/Toutounji
Une femme allaite sa fille au centre de santé Quarantine de Beyrouth Est, auquel l’UNICEF fournit des médicaments et du matériel médical.

Combattre vigoureusement le VIH/SIDA est une priorité absolue du plan stratégique à moyen terme de l’UNICEF pour 2002-2005. « Combattre le VIH/SIDA » est l’une des cinq priorités organisationnelles de l’UNICEF pour les quatre ans à venir. L’une des stratégies précisément définies dans le plan stratégique consiste à « fournir orientation et conseils pour garantir une alimentation adéquate des enfants nés de mères séropositives ».

L’UNICEF a défini cinq actions prioritaires dans le domaine du VIH et de l’alimentation des nourrissons :

1. Aider les gouvernements à élaborer des politiques et recommandations nationales complètes relatives à l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, comportant des consignes relatives au VIH et à l’alimentation des nourrissons.

2. Intensifier les efforts visant à aider les gouvernements à mettre en pratique et appliquer le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et les résolutions ultérieures de l’Assemblée mondiale de la santé, au moyen d’une législation, de réglementations et d’un suivi efficace à l’échelle nationale.
 
3. Intensifier les efforts visant à protéger, à promouvoir et à encourager des pratiques optimales d’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, grâce au développement de capacités des agents de santé, des conseillers, des collectivités, des familles et des parents, et notamment au renforcement de l’initiative Hôpitaux amis des enfants.

4. Aider les gouvernements à veiller à ce que les femmes séropositives bénéficient d’un soutien adéquat pour choisir une méthode d’alimentation du nourrisson et qu’elles aient la possibilité de mettre véritablement en pratique leur décision en toute sécurité, en renforçant l’accès aux services de conseils et de dépistage volontaire et en informant et formant des agents de santé, conseillers et groupes d’entraide à l’apport de conseils relatifs au VIH et à l’alimentation des nourrissons.

5. Apporter à l’échelle des pays un appui en matière de formation, de suivi et d’évaluation et de recherche opérationnelle. Il s’agit notamment d’évaluer la faisabilité, l’acceptabilité, le coût, la sûreté et la viabilité de différentes méthodes d’alimentation des nourrissons dans différentes circonstances et d’évaluer les pratiques d’alimentation des nourrissons et l’impact des interventions sur la santé et la survie des enfants.

Depuis avril 1999, l’UNICEF participe à un programme interorganisations des Nations Unies visant à prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Parmi les activités entreprises au cours des dernières années figurent : des études préparatoires portant sur la faisabilité, l’acceptabilité, le coût, la sûreté et la viabilité de différentes méthodes d’alimentation des nourrissons pour les mères séropositives ont été réalisées dans plus de dix pays, dont : Haïti, le Malawi, la Namibie, le Swaziland et la Zambie. Les résultats de ces études facilitent l’élaboration de politiques et de recommandations nationales.

L’UNICEF a aidé plusieurs pays, dont le Botswana, l’Inde, le Kenya et l’Ouganda, à élaborer des politiques et recommandations nationales sur le VIH et l’alimentation des nourrissons. Depuis 1998, 13 pays ont adopté (dans son intégralité ou en partie) le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel. Pour l’instant, seize autres pays ont proposé des mesures restant à adopter et 26 autres étudient comment mettre en pratique au mieux le Code.

En collaboration avec l’OMS, l’UNICEF a apporté son soutien à la formation de plus de 100 personnes à l’allaitement maternel et à l’apport de conseils sur le VIH et l’alimentation des nourrissons. Ces formateurs ont à leur tour formé plus d’un millier de conseillers qui ont aidé des milliers de mères en ce qui concerne les questions liées au VIH et à l’alimentation des nourrissons. L’UNICEF a aidé des pays comme le Botswana, l’Ouganda, l’Inde et le Guyana à élaborer une stratégie de communication sur la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant, portant notamment sur le VIH et l’alimentation des nourrissons. On met actuellement la dernière main à un outil de communication portant sur cette question.

À la fin de l’année 2001, environ 15 000 centres de santé du monde entier ont obtenu le label « amis des bébés »  dans le cadre de l’initiative Hôpitaux amis des bébés. Chaque année, de nouveaux centres de santé adoptent cette approche.

Avec l’appui de l’UNICEF, des évaluations des pratiques alimentaires des nourrissons de mères séropositives ont été effectuées ou sont planifiées dans les pays suivants : Inde, Afrique du Sud, Botswana, Rwanda, Malawi, Kenya et Ouganda. En Afrique du Sud, une étude est menée sur une méthode simple de pasteurisation du lait maternel et sur la faisabilité du recours aux banques de lait. Une étude réalisée en Ouganda a porté sur l’abandon rapide de l’allaitement chez les mères séropositives. Ce type d’études permet de mieux comprendre les questions relatives au VIH et à l’alimentation des nourrissons et d’améliorer les conseils et l’appui apportés aux mères séropositives.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

HIV/AIDS Unit, UNICEF, 3 UN Plaza New York NY 10017, USA

Tél : (212) 824-6555

E-mail: nyhq.hivaids@unicef.org

Site Web : www.unicef.org/aids


 

 

Recherche