Nutrition

Code international de commercialisation des substituts du lait maternel

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ-093-0986/Toutounji
Assise sur les marges de leur maison, une mère allaite le plus jeune de ses deux enfants, dans la région d’Iklim El Teffah dans le sud du Liban.

En 1981, l’Assemblée mondiale de la santé a adopté le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, afin de protéger et de promouvoir l’allaitement maternel, en fournissant des informations adéquates sur l’alimentation appropriée des nourrissons et en réglementant la commercialisation des substituts du lait maternel, des biberons et des tétines. Dans les années qui ont suivi, le Code a été plus précisément défini et renforcé par d’autres résolutions.

Le code stipule qu’il ne saurait y avoir, auprès de la population, de promotion de substituts du lait maternel, du biberon et des tétines ; que les installations de soins et les professionnels de la santé ne doivent pas non plus jouer de rôle dans la promotion des substituts du lait maternel et que des échantillons gratuits ne doivent pas être distribués aux femmes enceintes, aux mères de nourrissons ou aux familles. Tous les gouvernements devraient adopter le Code dans leur législation nationale. Depuis 1981, 65 pays ont statué la législation en exécutant une partie ou la totalité du Code et des résolutions de l'assemblé de la santé Mondiale. Plus de 20 pays ont des projets de loi qui attendent leur ratification.  L’UNICEF travaille avec les législateurs et les juristes à la mise en œuvre dans un plus grand nombre de pays du Code et d’autres lois protégeant la maternité.

Voici certaines stratégies novatrices adoptées dans le cadre de la mise en œuvre du Code :

En Iran, le Gouvernement contrôle l’importation et la vente de substituts du lait maternel. Les préparations pour nourrissons ne peuvent être obtenues que sur ordonnance, et les boîtes doivent porter une étiquette générique – aucun nom de marque, aucune photo ou message promotionnel n’est autorisé.

En Inde, la loi stipule que les boîtes de préparation pour nourrissons doivent porter un message avertissant des dangers potentiels de l’alimentation artificielle, placé au centre de l’étiquette.

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, la vente de biberons, de tasses pour bébés et de tétines est strictement réglementée et il est interdit de faire de la publicité pour ces produits ainsi que pour les substituts du lait maternel.

Si vous souhaitez mettre en place et renforcer le Code dans votre pays, veuillez contacter votre Comité national pour l’allaitement, le bureau de l’UNICEF ou le Comité national de l’UNICEF de votre région.


 

 

Recherche