Éthiopie

En Éthiopie, des services de santé protègent de la malnutrition les enfants touchés par la sécheresse

Par Indrias Getachew

KORRE ROGICHA, Éthiopie, 3 juillet 2012 – Dans le village de Korre Rogicha, Shilime Erbo, mère célibataire de deux enfants, est assise à l'extérieur de sa case, réfléchissant à l'avenir de sa famille.

VIDÉO (en anglais) : le reportage de la correspondante de l'UNICEF, Chris Niles, sur les efforts des agents sanitaires de proximité qui permettent de sauver les vies des enfants en Éthiopie.  Regarder dans RealPlayer

 

L'économie agricole de Korre Rogicha dépend de deux saisons annuelles de pluies. Les fortes pluies « kiremt » se produisent normalement de juin à septembre et sont à l'origine de l'essentiel des récoltes. Les petites pluies « belg », de février à avril ou mai, produisent des récoltes plus faibles et aident les agriculteurs pendant la période de soudure.
 
Mais cette année, les petites pluies sont en retard. La famille de Shilime Erbo espérait que la récolte de maïs les aiderait à attendre les pluies kiremt mais la récolte ne s'est pas produite. Le retard des pluies aggrave leur situation déjà précaire ; la sécheresse de 2011 a laissé leur ménage sans réserve alimentaire. « Il n'y pas eu de récolte l'an dernier », dit-elle. « Nous avons replanté cette année mais les plants sont petits et je ne sais pas s'ils arriveront à maturité ».

Présence vitale des agents sanitaires de proximité
Shilime Erbo essaye de compléter le revenu familial en travaillant comme journalière mais le travail est rare et ses employeurs payent souvent avec retard. Par conséquent, ses enfants ont perdu du poids. Sa fille, Shegitu Tule, 18 mois, a commencé à souffrir de sous-alimentation sévère. « Quand je l'ai vue si malade, je ne savais pas quoi faire. Je pensais qu'elle allait mourir », dit Shilime Erbo.

Elle a amené Shegitu au dispensaire du village où les agents sanitaires de proximité, qui sont formés avec l'appui de l'UNICEF, offrent une alimentation thérapeutique de jour aux enfants malnutris.

Worke Bati Julati est l'une des deux agents sanitaires de proximité du dispensaire de Korre Rogicha. Elle fait partie des 34 000 agents sanitaires de proximité rétribués par le gouvernement qui ont été déployés dans 15 000 dispensaires de village à travers tout le pays pour apporter un ensemble intégré de prestations en matière de santé, de nutrition, d'assainissement et d'hygiène.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2012/Getachew
Shilime Erbo, 20 ans, et son bébé, Shegitu Tule, 18 mois, actuellement traité pour cause de malnutrition dans un dispensaire du village de Korre Rogicha, en Éthiopie.

« Shegitu était une enfant très malade quand elle est venue me voir », dit Worke Bati Julati. Shegitu a été placée sous un régime d'aliments thérapeutiques prêts à l'emploi (RUTF). Une semaine après, l'état de la petite fille s'est considérablement amélioré.  

Renforcement de la résilience dans les zones rurales
« Avant le démarrage du programme d'alimentation thérapeutique de jour, la malnutrition sévissait à Korre Rogicha et beaucoup d'enfants mouraient », dit Worke Bati Julati. Mais aujourd'hui, les enfants survivent.

« Nous avons commencé à donner des RUTF en 2009 », dit-elle. « Avant cela, les familles devaient aller jusqu'au dispensaire de Fajee Gole [à deux heures à pied d'ici] et beaucoup d'enfants mouraient. Mais après la mise en place du dispensaire, le changement a été énorme ».

Tout cela entre dans le cadre d'une stratégie destinée à renforcer la résilience chez les habitants des zones rurales qui représentent plus de 80 pour cent de la population éthiopienne.

Les femmes bénévoles sélectionnées par la communauté pour assurer le suivi de la santé des familles vivant dans le secteur sont également un élément central de cette stratégie. Elles ont été formées pour dépister les enfants malades et souffrant de malnutrition et les orienter vers le dispensaire pour une évaluation et un traitement. Cela a permis des consultations rapides, prévenant ainsi la malnutrition sévère, le retard de croissance et diverses conséquences indésirables.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2012/Getachew
Worke Bati Julati (debout), agent sanitaire de proximité, donne des conseils aux mères sur la façon d'alimenter les enfants dans un dispensaire du village de Korre Rogicha, en Éthiopie.

« Avant, les enfants étaient dans une très mauvaise condition », dit Worke Bati Julati. « Mais à présent, il y a une forte amélioration. Et la raison est que, chaque semaine, ils reçoivent les RUTF. Ceux-ci sont si efficaces qu'à présent, ils ne meurent plus. Au cours des quatre dernières années, beaucoup de vies d'enfants ont été sauvées ».

Les agents sanitaires de proximité offrent aussi un ensemble intégré de services comprenant la vaccination contre des maladies comme la rougeole et la pneumonie ; le suivi de la croissance pour les enfants de moins de deux ans ; l'administration de suppléments de vitamine A et de comprimés vermifuges. Ils encouragent aussi le lavage des mains avec du savon et l'allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie.

À pied d'œuvre pour empêcher une catastrophe
Alors qu’une nouvelle sécheresse menace, le nombre d'enfants souffrant de malnutrition modérée est en augmentation à Korre Rogicha. « Je redoute une augmentation du nombre de cas de malnutrition », dit Worke Bati Julati.
 
Les agents sanitaires, avec le gouvernement et les partenaires, sont à pied d'oeuvre pour empêcher ceci d'arriver.

Le nombre de centres offrant des services thérapeutiques de jour est passé de 500, en 2008, à plus de 10 000 aujourd'hui. Cette augmentation de moyens – aux côtés du Programme de filet de sécurité productif (PSNP), le programme du gouvernement vivres/nourriture contre travail pour les districts touchés par l'insécurité alimentaire – assure  que les communautés vulnérables pourront surmonter les épreuves.

Le gouvernement et ses partenaires de développement veillent aussi à ce que les agriculteurs soient capables de renouveler leurs semences pour la saison agricole kiremt.

En attendant, Shilime Erbo est soulagée de voir sa fille se rétablir. « Mon souhait est que les enfants survivent et atteignent l'âge adulte », dit-elle.


 

 

Recherche