Éthiopie

La Directrice générale de l'UNICEF inaugure la première usine Plumpy'nut d'Éthiopie

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Wiggers
Des enfants offrent des fleurs à la Directrice générale de l’UNICEF, Mme Ann M. Veneman, à son arrivée, lors de l’inauguration de l’usine Plumpy'nut d’Addis-Abeba, Éthiopie.

Par Indrias Getachew

ADDIS-ABÉBA, Éthiopie, 21 février 2007 - La Directrice générale de l’UNICEF, Mme Ann M. Veneman, a inauguré hier à Addis-Abéba la première usine Plumpy’nut d’Éthiopie, qui fabrique des produits alimentaires thérapeutiques.

Cette inauguration salue le partenariat entre l’UNICEF, la donatrice privée, basée aux États-Unis, Amy Robbins, et le Hilina Enriched Foods Processing Centre (Centre de traitement des aliments enrichis Hilina).

Plumpy’nut est une pâte à base d’arachide à haute valeur protéïnique et énergétique, utilisée dans le traitement des enfants souffrant d’une grave malnutrition, ce qui serait le cas d’un million et demi d’enfants en Éthiopie. Le Hilina Enriched Foods va atteindre une capacité de production de 12 tonnes de pâte.

« Dans la lutte contre la malnutrition, avec l’ouverture en Afrique, aujourd’hui, de la quatrième usine – la plus importante – de production de Plumpy’nut, nous franchissons une étape dans la bonne direction » a déclaré Mme Veneman.

Une solution généreuse

En 2005, une femme d’affaires basée aux États-Unis, Amy Robbins, a fait un don de 1,3 million de dollars E.-U. à l’UNICEF, afin de permettre l’achat et l’importation de 267 tonnes de Plumpy’nut en Éthiopie.

Plumpy’nut, qui a été conçu par le chercheur français André Briend en 1999, a permis de sauver des vies d’enfants dans de graves situations d’urgence au Darfour, au Niger et au Malawi.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Wiggers
De gauche à droite : la philanthrope Amy Robbins, le Ministre du commerce et de l’industrie Ato Girma Birru et le Ministre d’État, Ministre de l’intérieur, lors de l’inauguration de l’usine Plumpy'nut Addis-Abeba, Éthiopie.

Plumpy’nut n’exige aucune préparation ou surveillance spéciale, de telle sorte qu’un adulte sans formation, tel qu’un parent, peut donner à domicile cette pâte à un enfant souffrant de malnutrition, ce qui permet aux gouvernements de réduire les dépenses consacrées aux centres d’alimentation thérapeutique. Les barres de Plumpy’nut restent propres à la consommation pendant deux ans lorsqu’elles ne sont pas ouvertes et le produit reste en bon état même après l’ouverture.

Bien que Plumpy’nut soit relativement bon marché et d’un transport facile, Mme Robbins s’est aperçue des coûts énormes qu’entraînait son importation et de la capacité limitée de l’usine française, rendant difficile un approvisionnement en temps voulu depuis l’Europe.

Afin de résoudre ce problème, la fondation de sa famille a accordé un don de 340 000 dollars pour investir dans les équipements nécessaires à la fabrication de Plumpy’nut en Éthiopie.

Elle s’est rendue hier dans l’Omo Sud, en Éthiopie, auprès d’une mère dont l’enfant de 10 mois souffrait de malnutrition mais qui est en train de reprendre des forces grâce à Plumpy’nut. « C’était impressionnant de voir vos investissements, vos partenariats qui deviennent une réalité concrète, sous la forme d’enfants heureux et en bonne santé, de mères et même de communautés entières soulagées », a dit Mme Robbins.

« Je suis une mère de famille. J’ai quatre fils. Ils habitent à New York  et disposent de tout, alors qu’il y a tant d’enfants dans le monde qui n’ont rien. Cela me préoccupe beaucoup. J’ai donc pensé qu’il était judicieux d’utiliser ici en Éthiopie mes compétences acquises à New York dans le domaine des affaires ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Wiggers
À l’extérieur de la nouvelle usine Plumpy'nut d’Addis-Abéba, Éthiopie.

Remis sur pied

En Éthiopie, la malnutrition contribue à plus de la moitié de la mortalité infantile. L’Enquête démographique et de santé 2005 concernant ce pays indique que 47 pour cent des enfants souffrent d’un retard de croissance, 38 pour cent d’insuffisance pondérale et 11 pour cent de cachexie.

« En ayant recours, pour les enfants souffrant d’une grave malnutrition, à Plumpy’nut dans un but thérapeutique, on est parvenu à remettre sur pied de 90 à  95 pour cent des enfants », a indiqué Mme Veneman. « Les aliments thérapeutiques aident également les malades du SIDA dont le traitement antirétroviral qui prolonge leur vie rend nécessaire une nutrition appropriée ».

Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans en Éthiopie a baissé, passant à 123 pour 1 000 naissances vivantes, après les sommets atteints en 1990, lorsqu’un enfant sur cinq mourait avant d’avoir l’âge de cinq ans.

« L’Éthiopie a progressé contre la malnutrition. Néanmoins, la faim est très répandue et son coût demeure énorme en termes de souffrances humaines et de potentiel perdu », a dit Mme Veneman.

Avec la contribution de Sabine Dolan à New York.


 

 

Vidéo (en anglais)

22 février 2007 :
La correspondante de l’UNICEF, Sabine Dolan, décrit l’inauguration par Mme Ann M. Veneman de la première usine Plumpy’nut en Éthiopie, qui fabrique des produits alimentaires thérapeutiques.
 VIDEO  haut | bas

Recherche