Tchad

Au Tchad, trouver des solutions à long terme à la crise nutritionnelle

Par Héloïse Vilain

MAO, Tchad, 4 juin 2012 – « Mes autres enfants, à huit mois marchaient, mais pas ma fille Ereta », explique  Zaïnabou Mamataya. À 8 mois, elle  pèse à peine 2,6 kg et vient d'être admise à l’hôpital de Nokou dans la région de Kanem située dans l’ouest du Tchad.

Vidéo - 24 avril 2012 : Le reportage de la correspondante de l'UNICEF, Héloïse Vilain, sur la façon dont l’organisation organise des solutions à long terme pour résoudre la crise nutritionnelle au Tchad.  Regarder dans RealPlayer

 

Kanem est l’une des régions de la bande sahélienne du Tchad touchée par la crise alimentaire et nutritionnelle qui sévit dans l’ensemble du Sahel. Depuis début 2012, la crise nutritionnelle s'est aggravée au Tchad où la faible pluviométrie continue d’affecter  la production agricole.

Cette situation a des conséquences dévastatrices non seulement sur la santé d’Ereta, mais également sur celle de milliers d’autres enfants qui sont dans le même cas. L’UNICEF estime qu’au Tchad 127 000 enfants souffriront cette année de malnutrition aiguë sévère, un état de santé qui peut s’avérer mortel. L’UNICEF intensifie actuellement son soutien aux hôpitaux et centres de santé en les approvisionnant en fournitures essentielles pour traiter la malnutrition.

Deux semaines après son admission, Ereta va mieux. Elle a déjà repris 500 grammes. « Maintenant, quand je lui donne du lait, elle le boit normalement. Elle a pris du poids, je constate beaucoup de changements, elle n’est plus comme avant », affirme Zaïnabou.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
À 8 mois, Ereta pèse à peine 2,6 kg et vient d'être admise à l’hôpital de Nokou dans la région de Kanem située dans l’ouest du Tchad. Les pluies sont insuffisantes dans l’ensemble du Sahel, et au Tchad le problème est aggravé par l’un des taux d’allaitement maternel les plus faibles du monde.

L’allaitement maternel pour prévenir la malnutrition

En plus du traitement thérapeutique, l’UNICEF travaille sur la prévention en s'attaquant aux causes de la malnutrition. « Au Tchad, les gens ont un régime alimentaire déséquilibré, principalement basé sur les céréales. Les mères ne pensent pas non plus à pratiquer l'Allaitement maternel exclusif », explique Roger Sodjinou, responsable Nutrition à l’UNICEF.

Au Tchad,  seulement 3 femmes sur 100 pratiquent l'Allaitement maternel exclusif, un des taux les plus faibles au monde. Pourtant, cette pratique pourrait permettre de réduire de  13 pour cent le taux de mortalité parmi  les enfants de moins de cinq ans. De plus, l'eau donnée à l'enfant n'est pas potable le plus souvent, ce qui peut aussi entraîner la diarrhée et d’autres maladies.

« Après mon accouchement, j’ai commencé à donner de l'eau à mon enfant ou de l'eau de mil mélangée à de l'huile », explique Zaïnabou. « Je faisais cela, car c'est une tradition qui nous vient de nos grands-mères. Je ne sais pas vraiment pourquoi ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une animatrice en santé communautaire explique à des femmes tchadiennes les avantages de l’Allaitement maternel exclusif.

Oeuvrer pour un avenir plus sain

L’UNICEF travaille en collaboration étroite avec Médecins du Monde, un partenaire qui organise des séances de discussion villageoises avec des  groupes communautaires composés de  jeunes mères. Ces discussions sont menées par des animatrices communautaires afin de sensibiliser les femmes tchadiennes aux avantages de l'allaitement maternel exclusif.  Une mère raconte aux autres femmes du village sa propre expérience de l’allaitement maternel exclusif.

 « Si on a des théories, il faut les mettre en pratique », explique Achta Mahamt Saleh, animatrice en santé communautaire.

« Changer les croyances et les pratiques traditionnelles prend du temps. Pour lutter contre ce problème, il faut un plan de développement. La première étape est d'améliorer les connaissances et ensuite, mettre en place un système qui améliore l'accès à une nourriture variée », explique Roger Sodjinou.

Si les causes de la malnutrition sont multiples, les solutions pour réduire ce fléau le sont aussi. Dans une situation de crise nutritionnelle, la priorité immédiate est de sauver des vies. Mais pour répondre à cette situation chronique, des stratégies intégrées de développement  à long terme sont également essentielles pour conduire à l’avenir à l'amélioration durable des conditions de vie des enfants et de la population.


 

 

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel

L'Éducation, une première étape pour améliorer la sécurité nutritionnelle au Burkina Faso

Au Niger, en pleine crises nutritionnelle et des réfugiés, l'UNICEF réagit contre l'épidémie de choléra

Enseigner aux écoliers les principes d'une bonne hygiène
 avec vidéo

Des services en ambulatoire sauvent la vie des enfants sévèrement malnutris au Nigéria
 avec vidéo

L'UNICEF et ses partenaires soutiennent la distribution de suppléments nutritionnels aux enfants en danger de malnutrition en Mauritanie

L'UNICEF lance la plus grande opération jamais menée contre la malnutrition au Tchad
 avec vidéo

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel
 avec vidéo

Au Tchad, trouver des solutions à long terme pour résoudre la crise nutritionnelle
 avec vidéo

Les femmes nigériennes prennent l’initiative afin de se doter de pratiques leur permettant de protéger leurs familles pendant la crise nutritionnelle

Au Mali, grâce aux programmes de santé communautaire, les enfants malnourris sont en voie de rétablissement
 avec vidéo

Ewan McGregor publie un appel en faveur des enfants du Sahel
 avec vidéo

Alors que la crise nutritionnelle s'intensifie, les mères nigériennes luttent pour sauver leurs enfants

Carnets de route : le chemin de la guérison de la malnutrition aiguë sévère au Niger

Mia Farrow lance un appel pour venir en aide aux enfants du Sahel

Questions - Réponses avec Mike Golden : mettre fin à la malnutrition en Mauritanie

L'UPS aide l'UNICEF à délivrer des fournitures essentielles et vitales à la Mauritanie frappée par la sécheresse
 avec vidéo

Au Niger, les enfants sont obligés de quitter l’école pour aider leur famille

Plus d'articles sur la crise au Sahel

Recherche