Tchad

Au Tchad, l’UNICEF et ses partenaires renforcent l’intervention d’urgence face à la crise alimentaire

Par Eva Gilliam

N’DJAMENA, Tchad, 11 avril 2012 – Nawal, 6 mois, le fils de Khadija, a souffert pendant des jours de vomissements et de diarrhées, mais la maman pensait qu’il faisait ses dents. Mais finalement, comme la fièvre ne baissait pas, elle l’a amené à une clinique de N'Djamena. Le diagnostic est tombé : malnutrition aiguë sévère.

VIDÉO (en anglais) : Eva Gilliam, correspondante de l’UNICEF, présente les taux alarmants de malnutrition au Tchad, un pays affecté par la crise alimentaire et nutritionnelle au Sahel.  Regarder dans RealPlayer

 

« On a du mal à trouver suffisamment de quoi manger », explique Khadija. « Mon mari opère un taxi-moto mais l’argent qu’il gagne ne suffit plus à nourrir la famille ».
Khadija n'est pas la seule. Des centaines de mères amènent leurs enfants à la clinique Notre Dame des Apôtres dans la capitale de la nation.

« Hier, nous avons traité 62 cas de malnutrition sévère », affirme Soeur Merceline M'po, une infirmière spécialiste de nutrition à la clinique. « Et aujourd'hui, nous en avons plus de 70 ».

Une crise pour des enfants déjà fragiles

Même en temps normal, le Tchad a  l'un des taux les plus élevés de malnutrition chronique du monde. La région connaît chaque année une « saison maigre », encore appelée « saison de la faim », et selon des données de l’UNICEF pour 2012, 15,7 pour cent des enfants de moins de 5 ans souffraient déjà de malnutrition aiguë sévère.

Mais en 2011, les pluies ne sont pas venues.

Image de l'UNICEF
© UNICEF VIDEO
À la Clinique Notre Dame des Apôtres à N’Djamena, Tchad, une femme nourrit son enfant avec des aliments thérapeutiques qui font partie du traitement de l’enfant contre la malnutrition.

Cette absence de pluies, aggravée par le faible rendement des cultures, provoque une augmentation spectaculaire des taux de malnutrition - non seulement au Tchad, mais dans toute la région du Sahel.

Cette année, la saison maigre du Tchad devrait durer d’avril à septembre au lieu de juin à septembre comme à l’accoutumée. Pire, le Gouvernement du Tchad estime que le prix des céréales a augmenté de 22 à 43 pour cent. La hausse des coûts affecte non seulement les enfants mais aussi le système de santé chargé de les traiter.

« L'an dernier, un sac de farine pour nourrir les enfants souffrant de malnutrition modérée nous coûtait 15 000 francs CFA [30 dollars E.-U.]. Cette année, il est à 24 000 francs CFA [48 dollars E.-U.], affirme Mlle M'po. « S’il est difficile pour nous d'acheter ces céréales, imaginez ce que c'est que pour les familles ».

Une intervention rapide
Soucieux de tirer les enseignements de la crise alimentaire de l’an dernier dans la Corne de l’Afrique, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'UNICEF ont modifié leurs directives concernant la détection des cas de malnutrition aiguë sévère, ce qui permet une intervention plus rapide.

« L'OMS et ses partenaires ont introduit de nouveaux critères qui nous permettent de diagnostiquer plus vite les enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition sévère aiguë , et cela nous permet d’orienter plus tôt les enfants vers les centres de santé, avant que leur situation ne devienne critique », explique le Dr Yaron Wolman, Chef de la santé et de la nutrition à l'UNICEF.

L’UNICEF et ses partenaires n'ont pas perdu de temps. Au Tchad, plus de 276 centres d'alimentation sont soutenus par l'UNICEF, et des efforts supplémentaires sont en cours.

« Cela fait des mois que nous voyons la crise arriver, et nous avons travaillé avec le Ministère tchadien de  la santé et d'autres partenaires pour transposer les programmes à plus grande échelle, y compris en augmentant le nombre de centres de dépistage. Mais au-delà de ces efforts,  nous avons besoin de l'aide internationale », ajoute le Dr Yaron Wolman.

Image de l'UNICEF
© UNICEF VIDEO
Le Tchad affiche un des taux de malnutrition chronique les plus élevés du monde.

L'intervention d'urgence est en place, mais des ressources supplémentaires sont absolument nécessaires.

Un problème aux nombreuses racines
« Cette crise est due à une combinaison de facteurs, le principal étant l'insécurité alimentaire », affirme  Roger Sodjinou, un agent des programmes de nutrition à l'UNICEF -Tchad. « Mais il y a aussi d'autres causes, comme le manque d'accès à une alimentation appropriée du nourrisson et du jeune enfant, le manque d’accès des pauvres aux soins de santé,  à l'hygiène et l'assainissement ».

Pour résoudre ce problème, l'UNICEF et ses partenaires affrontent la crise en adoptant une démarche  intégrée.

« Répondre aux besoins immédiats en matière de malnutrition, c’est bien sûr l’élément clé de notre intervention, déclare le Dr  Wolman. Mais notre réponse inclut également des interventions pour la santé, l'eau et l'assainissement, l'éducation, le VIH/SIDA, la protection et toute une série de mesures à impact élevé, ce qui réduira l'incidence des cas, et principalement la mortalité, qui est liée à la malnutrition ».

Selon une estimation de l'UNICEF, 127 000 enfants tchadiens de moins de 5 ans seront menacés par la malnutrition aiguë sévère au cours des huit prochains mois. Environ 300 000 enfants supplémentaires de moins de 5 ans souffriront de malnutrition aiguë modérée dans le même laps de temps.

« Si nous ne réagissons pas rapidement, la situation va s'aggraver », dit Mlle M'po. « Nous allons être submergés et les enfants vont mourir ».


 

 

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel

L'Éducation, une première étape pour améliorer la sécurité nutritionnelle au Burkina Faso

Au Niger, en pleine crises nutritionnelle et des réfugiés, l'UNICEF réagit contre l'épidémie de choléra

Enseigner aux écoliers les principes d'une bonne hygiène
 avec vidéo

Des services en ambulatoire sauvent la vie des enfants sévèrement malnutris au Nigéria
 avec vidéo

L'UNICEF et ses partenaires soutiennent la distribution de suppléments nutritionnels aux enfants en danger de malnutrition en Mauritanie

L'UNICEF lance la plus grande opération jamais menée contre la malnutrition au Tchad
 avec vidéo

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel
 avec vidéo

Au Tchad, trouver des solutions à long terme pour résoudre la crise nutritionnelle
 avec vidéo

Les femmes nigériennes prennent l’initiative afin de se doter de pratiques leur permettant de protéger leurs familles pendant la crise nutritionnelle

Au Mali, grâce aux programmes de santé communautaire, les enfants malnourris sont en voie de rétablissement
 avec vidéo

Ewan McGregor publie un appel en faveur des enfants du Sahel
 avec vidéo

Alors que la crise nutritionnelle s'intensifie, les mères nigériennes luttent pour sauver leurs enfants

Carnets de route : le chemin de la guérison de la malnutrition aiguë sévère au Niger

Mia Farrow lance un appel pour venir en aide aux enfants du Sahel

Questions - Réponses avec Mike Golden : mettre fin à la malnutrition en Mauritanie

L'UPS aide l'UNICEF à délivrer des fournitures essentielles et vitales à la Mauritanie frappée par la sécheresse
 avec vidéo

Au Niger, les enfants sont obligés de quitter l’école pour aider leur famille

Plus d'articles sur la crise au Sahel

Recherche