Tchad

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Mia Farrow rend visite aux enfants souffrant de malnutrition au Tchad

Par Guy Hubbard

MAO, Tchad, 15 février 2012 – Une couche de poussière voile l’horizon à Mao, ville située à l’ouest du Tchad, au fin fond de la région du Sahel, en Afrique. La pluie n’est pas tombée depuis des années, et quatre saisons de mauvaises récoltes se sont succédées. Ici, cela fait longtemps que les animaux ont commencé à mourir, mais dernièrement, c’est le sort que subissent également les enfants.

VIDÉO (en anglais) : La correspondante de l’UNICEF Anja Baron relate la visite de l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Mia Farrow dans un centre d’alimentation thérapeutique au Tchad.  Regarder dans RealPlayer

 

Ils sont victimes d’une crise alimentaire émergente dans la région du Sahel, où, cette année, il est estimé qu’un million d’enfants de moins de 5 ans risquent de souffrir de malnutrition aiguë sévère, potentiellement mortelle. Rien qu’au Tchad, 127 000 enfants sont concernés.

Des cas de malnutrition en hausse constante

Le centre d’alimentation thérapeutique de Mao est un regroupement de huttes en boue séchée. Dernièrement, des tentes blanches ont été montées dans la cour poussiéreuse, des ajouts nécessaires pour soigner le nombre toujours croissant d’enfants souffrant de malnutrition. Ici, les pleurs des enfants affamés résonnent dans les services, mais les enfants les plus malades restent silencieux ; ils sont trop faibles pour pleurer.

Awa Abakar a amené son fils ici il y a deux semaines. Il souffrait de diarrhée et perdait du poids très rapidement.

« Il souffrait de diarrhée, de fièvre et avait des croûtes sur la tête, explique Awa Abakar, alors je l’ai emmené au centre de santé de Bira. Ils lui ont fait deux piqûres et m’ont envoyée au centre de santé de Tula, où ils ont diagnostiqué une malnutrition sévère, puis ils m’ont envoyée ici ».

Son fils a eu de la chance. Il est arrivé ici à temps, et après un traitement intensif, il est en voie de guérison.

VIDÉO : regardez le message d'intérêt général appelant les donateurs à aider d'urgence les enfants du Sahel affectés par la crise.  Regarder dans RealPlayer

 

Mais les mauvaises récoltes ne constituent pas l’unique cause du problème. Les années de conflit et d’instabilité ont réduit le système de santé du pays à néant. Au Tchad, l’accès à l’eau potable salubre et aux services d’assainissement figure parmi les pires au monde, et cette situation est à l’origine des cas de diarrhée et de malnutrition. De plus, le recours à l’allaitement exclusif au sein est insuffisant et diverses pratiques culturelles néfastes fragilisent les enfants.

La sensibilisation

L’UNICEF et ses partenaires ont travaillé en collaboration avec le Gouvernement du Tchad afin d’identifier la crise et d’y réagir ; l’année dernière, 68 000 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition sévère aiguë ont été traités dans des centres d’alimentation appuyés par l’UNICEF comme celui de Mao.

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Mia Farrow s’est rendue dans cette ville recouverte de sable et dans ses centres d’alimentation thérapeutique, afin de participer à la sensibilisation à la crise alimentaire à venir. Elle a parlé aux mères et réconforté les enfants souffrant de malnutrition. Il s’agissait de sa quatorzième visite au Tchad et de sa troisième visite dans le pays avec l’UNICEF.

« C’est mon quatorzième voyage au Tchad, et je ne suis jamais repartie sans avoir vu des bébés souffrant de malnutrition aiguë », affirme Mia Farrow, un bébé en voie de guérison dans les bras.  « Dans le Sahel, où nous sommes aujourd’hui, à l’ouest du Tchad, plus d’un million de bébés risquent d’être exposés à la famine au cours des six prochains mois. Sans aide, cette petite fille ne serait pas dans mes bras ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0047/Asselin
L'Ambassadrice itinérante de l'UNICEF Mia Farrow visite un entrepôt d'approvisionnement de l'UNICEF dans la ville de Mao, à l'ouest du Tchad.

ll faut une aide immédiate

Mia Farrow a également visité l’entrepôt de l’UNICEF, où sont préparés les cartons de suppléments nutritionnels essentiels destinés à être distribués dans toute la région de Kanem. Bien que l’entrepôt soit rempli, les besoins sont tellement énormes que l’approvisionnement sera vite écoulé.

« C’était rassurant de voir l’entrepôt où l’UNICEF a stocké l’équivalent de trois mois d’aliments thérapeutiques pour la survie, dit-elle, mais trois mois ne suffiront pas ».

 Elle a également visité un jardin en périphérie de Mao où l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lutte contre le désert pour entretenir une petite oasis de récoltes comme des oignons et des pommes de terre. Ce genre de programme sera essentiel pour créer des solutions d’alimentation durables dans le futur.

Mia Farrow a quitté Mao en exhortant la communauté internationale à réagir à une crise qui d’après l’UNICEF ne risque que de s’aggraver. « Le monde entend peu parler de la situation d’urgence du Sahel, ajoute-t-elle, et sans une aide immédiate, il n’y a pas d’espoir ».


 

 

Recherche