Fact Sheet Expert Opinion Photo Essay
UNICEF logo

Nutrition

Vitamine A

Le problème : à propos des carences en vitamine A


La vitamine A est essentielle au fonctionnement du système immunitaire. En donnant des suppléments de vitamine A aux enfants qui en ont besoin, on accroît leur résistance à la maladie et on améliore leurs chances de survie, de croissance et de développement.

La carence en vitamine A, ou avitaminose A, est un problème mondial, qui touche plus de 100 millions d’enfants de moins de 5 ans et est à l’origine d’un décès d’enfant sur quatre dans les régions, pays et collectivités où l’on constate des carences en vitamine A. Des données de plus en plus nombreuses indiquent maintenant que l’avitaminose A accroît également le risque de décès maternel.

Par le passé, l’avitaminose A était considérée seulement comme un facteur de cécité, et dans de nombreux pays, les activités menées dans ce domaine se limitent encore aux programmes de prévention de la cécité. Dans d’autres pays, aucune mesure n’a jamais été prise pour réduire l’avitaminose A ou l’étendue du problème n’a même pas été évaluée.

La solution : apport de suppléments, enrichissement, allaitement


Il existe différents moyens d’améliorer la consommation de vitamine A des populations. Les habitants ne peuvent pas toujours se procurer facilement des aliments riches en vitamine A. Dans de nombreux pays industrialisés, les produits alimentaires sont enrichis de façon à ce que la population consomme suffisamment de vitamine A. Dans de nombreux pays en développement, la distribution de supplément de vitamine A est le moyen le plus rapide et à la fois le plus efficace et le plus économique d’améliorer la consommation de vitamine A de la population, parce qu’elle est :

- Efficace et économique
- Sûre
- Viable
- Facile à mettre en œuvre à l’échelle nationale
- Peut s’effectuer pendant de nombreuses années.

L’apport de suppléments sous forme de capsules de vitamine A devrait commencer dès l’âge de six mois dans les régions où les enfants ne consomment pas assez de vitamine A dans leur alimentation. Il est ainsi possible d’éviter un grand nombre de décès et les bienfaits des suppléments à forte dose sont nettement supérieurs aux effets secondaires qui sont très rares et temporaires. Les capsules ne coûtent que quelques centièmes de dollars l’unité et peuvent être distribuées dans le cadre des vaccinations systématiques et des Journées nationales de vaccination, ou d’autres opérations de santé publique.

Pour réduire l’avitaminose A parmi les enfants en bas âge, il est essentiel de soutenir l’allaitement maternel. Dans les régions où des carences existent, les mères ayant récemment accouché devraient recevoir des suppléments de vitamine A à forte dose dans les huit semaines suivant la naissance.

Dans certains pays disposant d’une infrastructure industrielle et commerciale adéquate, enrichir des aliments de base comme la farine, le sucre et la margarine peut contribuer à mettre fin à l’avitaminose A. L’enrichissement peut être à la fois très efficace et très économique. L’amélioration de l’alimentation, notamment la consommation régulière d’aliments naturellement riches en vitamine A, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie à long terme dans de nombreux pays.

L’impact : l’apport de suppléments de vitamine A sauve des vies


Améliorer la consommation de vitamine A des enfants :

Autres avantages sanitaires possibles :

Prévention de l’héméralopie, de la xérophthalmie (un assèchement de la conjonctive et de la cornée), de la destruction de la cornée et de la cécité
- Peut réduire les anomalies congénitales
- Peut prévenir plusieurs types de cancer, dont celui des tissus épithéliaux comme la peau et les muqueuses

Objectif


Eliminer les carences en vitamine A à l’échelle mondiale d’ici à 2010.

Comment y parvenir ?


L’Initiative mondiale sur la vitamine A est un réseau informel de donateurs et d’organisations internationales. Elle compte parmi ses partenaires l’Initiative Micronutriments (IM), l’Agence canadienne de développement international (ACDI), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agency for International Development (USAID) des Etats-Unis.