Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF condamne les violences commises en République Démocratique du Congo contre les enfants et les femmes

GENEVE/KINSHASA, 6 juin 2003 – Alarmé par de récents rapports selon lesquels des milliers de femmes et de jeunes filles ont été sauvagement violées, mutilées et tuées dans la province d’Ituri, dans l’est de la République démocratique du Congo, l’UNICEF a déclaré aujourd’hui que tous les responsables – politiques et militaires – devaient mettre fin à de tels actes.

« Ces attaques, menées contre des civils innocents, sont commises en toute impunité », a déclaré Mme Carol Bellamy, la Directrice générale de l’UNICEF. « Les individus et les groupes qui perpètrent ces horribles forfaits ne doivent jamais oublier qu’ils auront à en répondre en vertu de la loi internationale. Lorsque le temps sera venu, le monde devra les tenir pour responsables. »

Femmes et enfants, sans discrimination, sont attaqués, mutilés et tués. Une grande partie des infrastructures de base de la zone ont été détruites le mois dernier, laissant la majorité de la population privée de nourriture, d’eau, des services essentiels et sans abri.

On estime que 20 000 enfants et 20 000 femmes ont été déplacés depuis le récent début des combats. De nombreux enfants, témoins du meurtre et des tortures de leurs parents, de leurs frères et de leurs sœurs, vivent dans une peur constante.

Des milliers d’enfants, certains âgés de moins de dix ans, ont été récemment recrutés et sont utilisés comme enfants soldats par les différents groupes armés. Un bon nombre de ces enfants ont été forcés à participer à ces horribles violences. D’autres ont été tués ou blessés au combat. Les enfants représentent jusqu’à un tiers des 30 000 combattants.

« Le recrutement d’enfants soldats dans ce conflit est tout simplement inacceptable », a dit Mme Bellamy. « Ces enfants sont protégés par la loi internationale et celle du Congo ; ils doivent être démobilisés immédiatement. »

Tout en recommandant au Conseil de sécurité de prendre une décision rapide sur le déploiement d’une force multinationale, afin d’aider à la protection des civils, Mme Bellamy a lancé un appel aux groupes armés et aux forces gouvernementales pour que, immédiatement et sans conditions, ils :

  1. arrêtent toute attaque, directe et indirecte, contre des civils ;
  2. cessent de recruter des enfants, pour quelque objet que ce soit, et entament immédiatement la procédure de démobilisation de tous les enfants soldats ;
  3. cessent de détruire tout service et infrastructure de base;
  4. garantissent la sécurité des populations civiles dans les zones sous leur contrôle ou leur influence ;
  5. garantissent l’arrêt immédiat des atteintes aux droits de l’enfant et aux droits fondamentaux ; et cessent immédiatement, dans un premier temps, de s’en prendre aux civils – dont la majorité sont des enfants et des femmes ;
  6. permettent aux organisations humanitaires d’atteindre sans restriction, sans danger et sans encombre toutes les populations vulnérables et garantissent leur sécurité dans les zones qu’ils contrôlent. 

***

De nouvelles images vidéo sur la situation à Bunia sont disponibles :

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Damien Personnaz, UNICEF Médias, Genève, (41) 22 909 5517, dpersonnaz@unicef.org
Joyce Brandful, UNICEF Médias, Kinshasa, 243 88 46746, jbrandful@unicef.org
Jehane Sedky-Lavandero, UNICEF Médias, New York, (212) 326 726, jsedky@unicef.org


 

 

 

Recherche