Centre de presse

Communiqué de presse

La santé et l'éducation des enfants souffrent en l'absence d'eau propre et de services d'assainissement

New York, 10 mars 2003 - Des millions d'enfants du monde en développement sont victimes de maladies parce que leurs foyers n'ont pas accès à de l'eau salubre, a déclaré l'UNICEF aujourd'hui, en ajoutant que des millions de filles ne peuvent aller en classe car il n'y a pas suffisamment d'installations sanitaires dans les écoles.

L'UNICEF a affirmé que ce manque d'accès à de l'eau salubre provoque de graves maladies d'origine hydrique qui tuent chaque année 1,6 million de jeunes enfants. L'absence d'installations sanitaires décentes et réservées aux filles les oblige souvent à abandonner l'école primaire. La majorité des 120 millions d'enfants qui ne vont pas l'école, alors qu'ils en ont l'âge, sont des filles.

« Parce qu'elles n'ont pas reçu d'éducation lorsqu'elles étaient petites, ces filles sont souvent condamnées à une vie de pauvreté et de dépendance », a déclaré Carol Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF.

Des millions d'enfants souffrent d'infections intestinales causées par des parasites. Chaque année, 19,5 millions de personnes sont infectées par les seuls ascaris et trichures, et ce sont les enfants en âge d'aller à l'école qui souffrent des taux d'infection les plus élevés. Par ailleurs, on estime à 118,9 millions le nombre d'enfants de moins de 15 ans atteints chaque année de bilharziose (schistosomiase), une maladie provoquée par des vers plats parasites. Ces parasites consomment des nutriments, aggravant ainsi la malnutrition, retardent le développement physique des enfants et entraînent des absences fréquentes et de mauvais résultats scolaires.

« Les sommes nécessaires à l'approvisionnement en eau et aux services d'assainissement sont infimes par rapport aux avantages qu'elles procurent », a constaté Mme Bellamy, et elle a exhorté les gouvernements à investir davantage dans l'approvisionnement en eau salubre et dans la protection des sources et réserves en eau, qui se raréfient.

L'UNICEF a affirmé que les études montrent qu'en investissant un dollar seulement en faveur des enfants - y compris l'argent nécessaire pour améliorer l'accès à l'eau salubre et aux services d'assainissement - on diminue de 7 dollars les coûts des services publics à long terme.

« En offrant de l'eau salubre et des services d'assainissement aux gens les plus démunis de la planète, nous pouvons diminuer la pauvreté et les souffrances et assurer l'éducation de tous les enfants », a dit Mme Bellamy.

Mme Bellamy participera au troisième Forum mondial de l'eau, qui réunira des dirigeants politiques, des experts techniques et des enfants, à l'occasion d'une série de conférences organisées au Japon du 16 au 23 mars. La Journée mondiale de l'eau est célébrée le 22 mars.

Au cours de la conférence, l'UNICEF veillera à ce que les enfants puissent proposer des solutions dans ce domaine. Le Fonds coparraine également le Forum mondial de l'eau pour les enfants, les 20 et 21 mars à Shiga (Japon). Une centaine d'enfants des pays industrialisés et en développement débattront du rôle qu'ils peuvent mener en tant que moteur du changement pour les problèmes d'eau et d'assainissement. Des délégués de ce forum présenteront leurs conclusions aux responsables qui participeront à la Conférence ministérielle les 22 et 23 mars. Les Pays-Bas et le Réseau des ONG du Japon financent le Forum mondial de l'eau pour les enfants.

Le troisième Forum mondial de l'eau permettra de se rapprocher des objectifs recherchés. Les dirigeants de la communauté internationale avaient décidé, lors du Sommet mondial pour le développement durable (2002) de diminuer de moitié, d'ici à 2015, le nombre de personnes qui n'ont pas accès à des services d'assainissement de base.

« Nous savons tous que l'eau douce est une ressource rare en de nombreuses régions, a fait valoir Mme Bellamy, et qu'elle est souvent un produit qui fait l'objet de revendications politiques. Voilà pourquoi il est essentiel que nous considérions ces ressources en tenant compte de nos enfants - non seulement pour la santé de nos propres enfants, mais également pour les générations futures. »

L'unicef & l'eau et l'assainissement

Après 35 ans d'activités menées dans le cadre de divers projets d'eau et d'assainissement, l'UNICEF a forgé de nombreux partenariats et il bénéficie de la confiance du public. Dans les années 60, l'UNICEF s'est illustré lors des crises provoquées par les sécheresses, notamment par des forages rapides et la création de puits équipés de pompes à main. Dans les années 70, l'UNICEF a mis en place des programmes d'eau plus ambitieux, à l'échelle nationale, avec l'installation de forages et de systèmes d'adduction d'eau par gravité, des projets de protection des sources et des puits et l'amélioration des sources d'eau traditionnelles en régions rurales. Au cours des années 80, l'UNICEF a privilégié l'assainissement, l'éducation en matière d'hygiène, une participation plus soutenue de la communauté et un plus grand rôle pour les femmes dans les projets d'eau et d'assainissement. Dans les années 90 enfin, l'UNICEF est allé au-delà de la simple prestation de services, en axant désormais ses travaux sur l'utilisation de l'eau, les programmes opérationnels, l'entretien et la durabilité.

Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Elizabeth Kramer, UNICEF Media, New York, ekramer@unicef.org, (212) 326-7566
Vanessa Tobin, Division des programmes,vtobin@unicef.org, (212) 326 7371


 

 

 

Recherche