Centre de presse

Communiqué de presse

D’après un sondage, la nutrition des enfants s'est améliorée en RPDC, mais les institutions de l'ONU s’inquiètent de pouvoir préserver ces gains

Pyongyang / Genève, le 20 février 2003 – D’après un nouveau sondage, les taux de malnutrition parmi les enfants en République populaire démocratique de Corée (RPDC) se sont considérablement améliorés ces quatre dernières années, mais les institutions de l’ONU qui ont annoncé ces résultats aujourd'hui ont déclaré que ces gains seront anéantis si l’appui international en vue d’une aide humanitaire au pays continue de faiblir.

L’évaluation - la plus importante de ce type à avoir été entreprise en RPDC - couvrant tant la nutrition infantile que maternelle, a été réalisée en octobre dernier par le Bureau central des statistiques et l’Institut de nutrition de l’enfant du gouvernement, en collaboration avec l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Les deux institutions de l’ONU ont déclaré que bien que la nouvelle évaluation ne soit pas strictement comparable à un sondage précédent qui avait été réalisé en 1998, des tendances positives peuvent être clairement discernées :

la proportion d’enfants ayant un poids insuffisant (poids comparé à l’âge) est passée de 61 pour cent en 1998 à 21 pour cent en 2002;
l’émaciation ou malnutrition aiguë (poids comparé à la taille) est passée de 16 pour cent à 9 pour cent;
le retard de croissance ou malnutrition chronique (taille comparée à l’âge) est passé de 62 pour cent à 42 pour cent.
Le Gouvernement de la RPDC attribue en partie l’amélioration à l’aide humanitaire importante fournie par la communauté internationale au cours des dernières années. Les taux de malnutrition exceptionnellement élevés enregistrés en 1998 reflètent également la situation de famine qui a prévalu en RPDC au milieu des années 1990.

« Les résultats sont très encourageants, et notre aide touche clairement les personnes auxquelles elle est destinée, avec un effet positif », a déclaré Kenzo Oshima, le Sous-Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires.

L’évaluation fournit également la première analyse objective des différentes vulnérabilités dans l’ensemble du pays. Les retards de croissance parmi les enfants dans la ville de Nampo sont par exemple de 25 pour cent, comparé à 48 pour cent dans la province de Hamgyong-Sud. Le taux d’émaciation à Pyongyang, la capitale, est inférieur à 4 pour cent, comparé à 12 pour cent au dans la province de Hamgyong-Sud. Le sondage a constaté des schémas semblables en matière de disponibilité alimentaire et d’incidence de diarrhée chez les enfants.

Selon l’UNICEF et le PAM, ces schémas confirment les observations qui ont été faites sur le terrain selon lesquelles les provinces du nord-est sont plus vulnérables que d’autres régions du pays.

Mères sous-alimentées

Les auteurs du sondage ont également conclu qu’un tiers des mères sont sous-alimentées et anémiques. « C’est certainement un facteur capital contribuant à la malnutrition des enfants », a déclaré Mme Carol Bellamy, Directrice exécutive de l’UNICEF. « Entre autres choses, le sondage prouve combien la santé et le statut nutritionnel de la mère sont importants pour ceux de son enfant ».

Bien que la malnutrition des enfants ait considérablement baissé, d’après le sondage, les deux institutions ont déclaré qu’elle continue de constituer une « grande source de préoccupation ».

D’après les critères de l’Organisation mondiale de la santé, les taux d’émaciation demeurent « élevés » et ceux de retards de la croissance « très élevés. En outre, la forte baisse accusée par les dons venant de l’extérieur, destinés aux aliments, à l’aide médicale et autre, compromettent les gains.

« La crise n’est pas réglée. Si l’ONU ne peut pas fournir davantage de médicaments et d’aliments - le plus rapidement possible - nous verrons les taux de malnutrition augmenter de nouveau, anéantissant les progrès qui ont été réalisés » a prévenu James T. Morris, le Directeur exécutif du PAM.

Le personnel de l’UNICEF et du PAM travaillant en RPDC a constitué les équipes qui ont procédé à la collecte de données en vue de l’évaluation. En outre, des experts du Centre for International Child Health basé au Royaume-Uni et le Thailand Health Foundation basé en Thaïlande ont fourni un appui pour la conception du projet, la formation du personnel et la vérification des données statistiques. Les deux organes indépendants ont déclaré qu’il s’agissait là d’une évaluation crédible et exacte.

Le sondage a couvert les enfants de moins de sept ans et leurs mères, à partir de 6 000 foyers choisis au hasard dans 10 des 12 provinces et municipalités du pays. L’enfant le plus jeune de chaque foyer a été pesé et mesuré et l’état nutritionnel de la mère a été évalué. En outre, des questions ont été posées sur les facteurs influençant la nutrition, comme la disponibilité alimentaire, la nourriture et les soins prodigués aux enfants ainsi que leur état de santé.

Plus de plus amples informations, veuillez contacter :

Richard Bridle, Représentant de l’UNICEF, RPDC:
e-mail: rbridle@unicef.org tel: (+8502) 381-7234


Charles Rycroft, UNICEF Média, Beijing:
e-mail: crycroft@unicef.org, tel: (+8610) 6532-3131


Emily Booker, UNICEF Média, Bangkok:
e-mail: ebooker@unicef.org, tel: (+622) 356-9406


Wivina Belmonte, UNICEF Média, Geneva:
e-mail: wbelmonte@unicef.org, tel: (+4122) 909-5509


Alfred Ironside, UNICEF Média, New York
e-mail: aironside@unicef.org, tel: (+212) 326-7261
Brian Grogan, OCHA New York, (+212) 963-1143

Trevor Rowe, WFP Spokesman, Rome: (+3906) 6513-2602


Gerald Bourke, WFP Beijing: (+8610) 6532-3731 ext. 209
Mobile: (+8613) 8010-54051


Edith Heines, Nutritionist, WFP Pyongyang: (+8502) 3817-219 ext 123; Home: (+8502) 3817-051


Judit Katona-Apte, Senior Programme Advisor, WFP Bangkok: (+662) 655-4115 ext. 2400; Mobile: (+661) 701-9206


 

 

 

Recherche