Centre de presse

Communiqué de presse

Trois ans de conflit en Syrie ont dévasté la vie de millions d’enfants

« Risque d'une génération perdue », selon cinq grandes agences d’aide.

© UNICEF/NYHQ2014-0304/Haidar
Le 14 Mars, Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF, parle avec des enfants dans le camp informel pour réfugiés syriens de Faida dans la vallée de la Bekaa au Liban.

Beyrouth, le 15 mars 2014 -- Alors que le conflit syrien achève une année supplémentaire de violence, cinq grandes organisations d’aide humanitaire déclarent que le conflit syrien a dévasté la vie de millions d’enfants et de jeunes, et qu’une génération entière risque d’être perdue.

Les responsables de l’UNICEF, du HCR, de Mercy Corps, de Save the Children et de World Vision ont fait une visite de terrain conjointe pour attirer l’attention sur l’impact dévastateur du conflit sur 5,5 millions d’enfants vivant en Syrie ou réfugiés dans les pays limitrophes. Ils ont mis en lumière le cycle ininterrompu de violence, les déplacements, la dégradation de la santé, l’interruption de la scolarité et les graves conséquences psycho-sociales sur des millions d’enfants et d’adolescents.

« Depuis trois ans, des millions d’enfants innocents vivent une enfance qu’aucun d’entre eux ne devrait endurer. Les enfants syriens ne peuvent pas, ne doivent pas, affronter une autre année de cette horreur –de cette violence et de cette cruauté qui a déchiré leur vie », a déclaré Anthony Lake, directeur exécutif de l’UNICEF.

Les cinq organisations ont lancé un appel commun pour la fin des combats, pour la mise en œuvre urgente de la résolution du Conseil de sécurité pour l’accès sans restriction des organisations d’aide humanitaire impartiale dans les différentes régions de la Syrie, pour d’avantage d’investissements dans l’aide matérielle et psycho-sociale aux enfants, pour plus de soutien dans le secteur de l’éducation et de l’apprentissage, ainsi que pour l’intensification des efforts afin de réduire les conséquences économiques de la crise syrienne sur les pays d’accueil, notamment le Liban, la Jordanie, l’Iraq, l’Egypte et la Turquie.

1,2 million d’enfants syriens sont aujourd’hui réfugiés, dont près de la moitié au Liban. 37000 enfants sont nés réfugiés depuis le début du conflit.

« A l’échelle mondiale, les Syriens représentent la plus importante population de personnes forcées de se déplacer. Et il y a plus d’enfants déracinés venant de Syrie que de tout autre pays », selon Antonio Guterres, le Haut Commissaire pour les Réfugiés. « Ils ont besoin d’être protégés, soignés et d’avoir accès à l’éducation ».

Le conflit a détruit les infrastructures vitales, essentielles pour la santé des enfants. 60% des centres de santé en Syrie ont été détruits, comme un tiers des installations de traitement de l’eau, tandis que les taux de vaccination se sont effondrés, provoquant une résurgence de maladies mortelles comme la polio.

Justin Forsyth, le chef de Save the Children, a déclaré : « La situation des enfants et de leurs familles en Syrie est inimaginable. Des médecins nous ont rapporté que des enfants malades ne peuvent se faire soigner en raison de l’effondrement du système de soins. Nous savons aussi que des enfants ont été torturés, affamés et ciblés dans des attaques armées. Plus de 2,5 millions de personnes ont fui dans les pays voisins. Rien qu’au Liban, il y a près d’un million de réfugiés enregistrés. 200 000 d’entre eux sont des enfants de moins de 4 ans. Des centaines de milliers d’enfants grandissent sans avoir connu rien d’autre que l’horreur de cette guerre, le chaos et l’incertitude. Cela doit cesser ».

A long terme, l’effondrement du système éducatif est une menace supplémentaire sur la stabilité et la prospérité de la Syrie. 3 millions d’enfants ne vont plus à l’école régulièrement et un cinquième des écoles syriennes ont été détruites, endommagées ou utilisées à des fins militaires.

« Tous les jours, les enfants disent à nos équipes sur le terrain qu’ils en ont assez », selon Conny Lenneberg, le directeur régional de World Vision. « Ils veulent désespérément que la situation change. Ils sont ceux qui portent le poids le plus lourd de ce conflit. Quand ils sont privés d’école pendant trop longtemps, ils savent qu’ils n’y retourneront pas. Ils ont le sentiment d’être oubliés. Le temps est venu de pousser plus fortement pour une fin pacifique du conflit et d’assurer au plus vite aux enfants affectés, attention et protection ».

Les adolescents, âgés de 13 à 18 ans, sont particulièrement affectés par le conflit. Selon les cinq agences, ils sont piégés entre espoir et désespoir.  Encourager leur potentiel et leurs aptitudes dès aujourd’hui est essentiel pour leur permettre de contribuer positivement à l’avenir de la Syrie quand ils rentreront dans leur pays.

« Compte tenu de l’échelle à laquelle les enfants et les adolescents réfugiés au Liban et en Jordanie, sans parler de la Syrie, ont subi stress et trauma, nous courons le risque d’avoir une génération entière d’enfants prédisposés à agir violemment parce qu’ils auront le sentiment qu’ils n’ont plus rien à perdre », a déclaré Andrea Koppel, Vice-Président de Mercy Corps.

Début 2014, les cinq agences ont lancé la campagne « No Lost Generation » destinée à lever 1 milliard d’euros pour l’amélioration de l’éducation et la protection psycho-sociale des enfants affectés par le conflit.

« Si le monde pouvait revenir deux années –ou plus- en arrière, connaissant les conséquences dévastatrices du conflit, il aurait sans doute fait plus pour y mettre un terme à ce moment là », a déclaré Anthony Lake. « Imaginez ce que cela sera dans un an, si le coût humain continue d’augmenter. C’est le moment de dire « Assez ».

###

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir davantage sur l’UNICEF et ses activités : http://www.unicef.org/french

Suivez nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, merci de contacter :

UNICEF: Soha Boustani
tél. : +961 3 236 167
courriel : sboustani@unicef.org

UNHCR: Dana Sleiman
tél. : +961 3 827 323
courriel : sleiman@unhcr.org

Mercy Corps: Cassandra Nelson
tél. : +44 778 6628175
courriel : cnelson@field.mercycorps.org

Save the Children: Marion McKeone
tél. : +961 78818795
courriel : marion.mckeone@savethechildren.org

World Vision: Patricia Mouamar
tél. : +961 3 002 267
courriel : Patricia_Mouamar@wvi.org


 

 

 

Recherche