Centre de presse

Communiqué de presse

À la veille de la saison des pluies, l'UNICEF distribue 150 000 moustiquaires à Bangui

Quelque 40 pour cent des enfants déplacés malades souffrent du paludisme

BANGUI, République centrafricaine/DAKAR, Sénégal, 14 mars 2014 – Alors que la saison des pluies doit commencer le mois prochain en République centrafricaine, l'UNICEF fournit 150 000 moustiquaires à 75 000 personnes qui ont fui leur foyers à cause du conflit et sont déplacées dans la capitale.

La saison des pluies amène avec elle le risque mortel du paludisme, particulièrement pour les populations vulnérables.

« De fortes pluies ont déjà commencé et les sites de déplacement sont un milieu idéal pour la reproduction des moustiques, » a déclaré M. Souleymane Diabaté, Représentant de l'UNICEF en République centrafricaine. « S’ils ne sont pas protégés contre les moustiques, les enfants déplacés courent un risque encore plus élevé d’être victimes du paludisme. »

L'UNICEF a conclu un partenariat avec la Croix-Rouge nationale pour effectuer la distribution de moustiquaires, tandis que le Ministère de la santé a supervisé les activités de la  campagne. À la fin de la campagne, 75 000 familles au total auront reçu deux moustiquaires, accompagnées de matériel éducatif sur le paludisme, l'importance de l'utilisation des moustiquaires, ainsi que la façon de les accrocher et de les entretenir. Plus de 120 000 moustiquaires ont déjà été distribuées dans les principaux sites de déplacés de la capitale depuis la mi-février. 

« Ces moustiquaires sauveront des vies, a déclaré M. Diabaté. Le paludisme est l’une des principales causes de décès des enfants ici. Maintenant, la violence empêche les familles de se rendre dans les établissements de santé pour s’y faire traiter, le personnel soignant a fui et les installations ont été pillées. Quelles chances ont ces enfants de bénéficier d'un traitement adéquat en temps voulu ? »

D’après les chiffres d’un groupe d’ONG et d’organismes des Nations Unies travaillant dans la région, depuis début décembre, le paludisme a été la cause de 40 % des maladies des enfants de moins de cinq ans dans les 40 principaux camps de déplacés à Bangui.

« Mon garçon a eu un début de vie difficile », affirme Ngombe, une mère déplacée dont le bébé a eu le paludisme. « Nous avons dû rester à l'hôpital pendant une semaine mais maintenant il va bien et nous espérons que la nouvelle moustiquaire le protégera à partir de maintenant », a-t-elle ajouté.  Ngombe a fui son habitation quand les affrontements ont commencé à Bangui en décembre dernier.

Avant la crise seulement 36 pour cent des enfants de la République centrafricaine dormaient sous une moustiquaire. La situation a empiré car beaucoup de personnes déplacées ont dû s’enfuir sans prendre leurs biens avec eux.

Les enfants vivant dans les sites de déplacés sont particulièrement exposés au paludisme car ils vivent dans des logements de fortune qui offrent peu ou pas de protection contre les moustiques. Lorsque les gens dorment sous une moustiquaire, on peut faire baisser de 20 % le nombre de décès dus au paludisme.

###

Note aux rédactions
Le Gouvernement du Japon et le Fonds central pour les interventions d'urgence ont financé la campagne de distribution des moustiquaires contre le paludisme.

Entre le 5 décembre 2013 et le 9 février 2014, un total de 44 500 enfants de moins de 5 ans ont bénéficié d’une consultation médicale dans 40 sites de déplacés à Bangui et 40 % d'entre eux souffraient du paludisme. Ces chiffres sur la prise en charge du paludisme ont été recueillis par le groupe thématique (cluster) Santé, composé des organismes humanitaires qui s’efforcent d’améliorer les services de santé en République centrafricaine. Le groupe,  coordonné par l'Organisation mondiale de la Santé, compte 59 membres, y compris des ONG et des organismes des Nations Unies.

Avec aujourd'hui plus de 150 membres de son personnel sur le terrain, l'UNICEF a considérablement et rapidement intensifié ses opérations humanitaires et sa présence en RCA au cours des dernières semaines pour être en mesure de répondre de manière adéquate à l'ampleur et à la gravité croissantes de cette crise. L’UNICEF a renforcé ses effectifs dans les bureaux de terrain à Bossangoa, Bambari et Kaga Bandoro, et coordonne les stratégies de sensibilisation du public à l'ouest et dans le centre du pays.

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour en savoir davantage sur l’UNICEF et ses activités : http://www.unicef.org/french

Suivez nous sur Twitter et Facebook

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Linda Tom, UNICEF Bangui
Mobile : +236 70550210
courriel : ltom@unicef.org

Kent Page, UNICEF New York
Mobile : +1 212 326 7605;
courriel : kpage@unicef.org

Laurent Duvillier, UNICEF WCARO
Mobile : +221 77 740 35 77
courriel : lduvillier@unicef.org

 


 

 

 

Recherche