Centre de presse

Communiqué de presse

Plus de 76 000 personnes déplacées de la République centrafricaine au Tchad affrontent la crise

Ce nombre devrait atteindre les 150 000

N'Djamena/Dakar, le 4 mars 2014 – La crise humanitaire en République centrafricaine continue de se propager aux pays voisins et l’UNICEF avertit que plus de 76 000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ayant fui la violence en République centrafricaine pour le Tchad, ont besoin de toute urgence d’une assistance supplémentaire.

« Dans les sites de déplacement le long de la frontière, j'ai vu des personnes déplacées, pour la plupart des mères et des enfants, qui ont tout laissé derrière elles en République centrafricaine lorsqu’elles ont fui pour ne pas se faire tuer », a déclaré Manuel Fontaine, Directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l’Ouest et du Centre, qui est en visite au Tchad.

« Chaque semaine, nos équipes sur le terrain observent encore des personnes traversant la frontière vers le Tchad. Beaucoup d'entre elles, en particulier les enfants, ont été exposées à d’horribles formes de violence. »

Au cours des deux derniers mois, l'UNICEF a déployé du personnel médical supplémentaire et intensifié la distribution de fournitures vitales et d'abris dans les « centres de transit » où les personnes déplacées arrivent, en collaboration avec le Gouvernement et d'autres partenaires, y compris le HCR, l'OIM, le PAM et des organisations non gouvernementales.

Au total, quelque 30 000 personnes déplacées ont reçu des kits d'eau et d'hygiène de base, des kits médicaux et ont maintenant accès à des dizaines de forages et 300 latrines d'urgence construits par l'UNICEF. Dans le sud du Tchad, avec l'appui de l'UNICEF, plus de 12 500 enfants ont été vaccinés dans le cadre de campagnes de vaccination de masse.

Jusqu’à présent, 1 062 enfants ont été enregistrés comme étant non accompagnés ou séparés de  leurs familles. Près de la moitié d'entre eux ont été réunis avec leur famille.  De concert avec les autorités et l'OIM, l'UNICEF s'emploie à assurer des soins immédiats, un soutien psychosocial et la protection de ces enfants déplacés qui ont souvent vécu une expérience très traumatisante en République centrafricaine.

« Mettre fin à la crise en République centrafricaine est la priorité pour placer tout le monde en sécurité, a souligné M. Fontaine. Les besoins humanitaires énormes vont augmenter au Tchad dans les prochaines semaines. La saison des pluies approche rapidement, et de nombreux sites de déplacement sont situés dans des zones sujettes à des inondations récurrentes et des maladies d'origine hydrique. A la veille de la saison des pluies, on doit éviter une détérioration de la situation humanitaire. Nous devons nous préparer non seulement pour les nouvelles arrivées, mais aussi pour le choléra, la rougeole, le paludisme, la poliomyélite, les épidémies de méningite et les inondations. »

Le nombre de personnes traversant la frontière de la RCA au Tchad a plus que doublé en un mois.

Cependant, le manque de financement compromet les capacités de l'UNICEF et des autres organisations à fournir une assistance et un soutien aux efforts d’urgence déployés par les autorités gouvernementales et les organismes humanitaires. L’UNICEF n’a levé que 2 des 14 millions de dollars É.-U nécessaires pour répondre aux besoins immédiats.

La communauté humanitaire au Tchad estime que 33 millions de dollars sont nécessaires pour fournir une assistance d'urgence à environ 150 000 personnes déplacées au cours des six prochains mois.
Outre le Tchad, d'autres pays voisins comme le Cameroun, la République démocratique du Congo (RDC) et, dans une moindre mesure, la République du Congo, sont également de plus en plus affectés par les effets de la crise humanitaire en République centrafricaine.

###

Notes aux rédactions :
On estime également qu’en 2014, plus de 500 000 enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë dans la région sahélienne du Tchad, dont environ 126 000 enfants souffriront de malnutrition aiguë sévère.

Le manque de pluies en 2013 a considérablement affecté la production agricole, e particulier dans la région du Sahel. Cela signifie que la « saison de la faim » – d’avril à septembre – commencera tôt et que 2,3 millions de personnes, d’après les estimations, vivront dans l’insécurité alimentaire.

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient.

Pour en savoir davantage sur l’UNICEF et ses activités : http://www.unicef.org/french

Suivez nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Lalaina Fatratra Andriamasinoro, UNICEF N’Djamena
tél. : +235 66 36 00 42
courriel : lfandriamasinoro@unicef.org

Laurent Duvillier, UNICEF Dakar
tél. : +221 77 637 66 04
courriel : lduvillier@unicef.org,

Kate Donovan, UNICEF New York
tél. : 1-212-326-7452; mobile : 1-917-378-2128
courriel : kdonovan@unicef.org


 

 

 

Recherche