Centre de presse

Note d'actualité

L’UNICEF et ses partenaires répondent à la flambée des cas de paludisme au Tchad

Le nombre de décès dus à la malaria a quasiment doublé comparé à l’année dernière à la même période

AM-TIMAN (Tchad), le 26 septembre 2013 – Face à la recrudescence des cas suspects de paludisme dans certaines régions du Tchad, l’UNICEF en collaboration avec l’OMS a enclenché la mise en œuvre d’une réponse intégrée, en appui aux efforts déjà menés par le Gouvernement, dans les zones où la flambée des cas suspects est plus élevée.

A la date du 22 septembre, plus de 618.000 cas suspects de paludisme avec 1.678 décès ont été rapportés au niveau national, contre environ 431.000 cas suspects avec 870 décès à la même période en 2012. Pour répondre à cette situation, l’UNICEF a fourni depuis la fin du mois d’août des médicaments et tests de diagnostic rapide permettant la prise en charge d’environ 140.000 cas de paludisme au niveau des centres de santé. Une commande d’urgence additionnelle du Gouvernement d’environ 215.000 traitements est à l’heure actuelle en cours avec l’appui de l’UNICEF.

En guise de prévention au niveau national, plus de 126.000 moustiquaires ont été fournies cette semaine par l’UNICEF et acheminées au niveau des districts sanitaires et des centres de santé dans les zones les plus affectées. Dans d’autres régions, les stocks de contingence de moustiquaires destinés aux situations d’urgence ont été distribués et mis à la disposition des districts sanitaires. L’UNICEF  a également remis 200.000 moustiquaires additionnelles au Gouvernement pour la tenue d’une campagne de distribution de masse - qui sera très bientôt menée dans la région de Batha, dans le centre du Tchad.

Toutes ces moustiquaires ont été fournies par l’UNICEF grâce à la contribution du Gouvernement du Japon, de la Fondation des Nations Unies (UN Foundation) et du département du Royaume Uni pour le Développement International (DFID).

"Dans la plupart des cas, ce sont les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes qui sont les plus exposés et vulnérables au paludisme au Tchad," a déclaré Bruno Maes, Représentant de l’UNICEF au Tchad. "Les centres de santé servent de point de distribution des moustiquaires dans le but d’atteindre ces personnes les plus vulnérables, et en vue de s’assurer que les personnes atteintes du paludisme reçoivent les soins appropriés"

Grâce à l’appui du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, l’UNICEF vient par ailleurs de mobiliser 43 infirmiers et 5 médecins qui ont pour mission d’appuyer les responsables de la santé au niveau des districts en vue de renforcer les interventions de lutte contre le paludisme, en termes de prévention, de traitement, de suivi et de gestion. Ils couvriront 43 districts sanitaires du Tchad situés dans les zones à forte endémicité. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la contribution de l’UNICEF, aux côtés du Gouvernement, à la revitalisation du système de santé au Tchad.

Au cours des trois dernières semaines, ce sont les districts sanitaires de Kélo dans la région de la Tandjilé (dans le Sud) et d’Am-Timan dans la région du Salamat (dans le Centre) qui ont rapporté le plus grand nombre de cas de paludisme et une grande proportion de cas compliqués. L’UNICEF – en ligne avec le plan de riposte du Gouvernement – a décidé dans ce cadre de mettre en œuvre des interventions intégrées dans ces deux districts.

En plus de la distribution de moustiquaires et des médicaments pour le traitement, le paquet d’interventions apporté par l’UNICEF intègre le dépistage et la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère chez les enfants de moins de cinq ans, le renforcement des services de la consultation prénatale (vaccination, traitement préventif intermittent saisonnier du paludisme, déparasitage et supplémentation en fer et acide  folique),  et la distribution de savon.

Le paludisme demeure un problème majeur de santé publique au Tchad. Selon L’Enquete sur les Indicateurs du Paludisme (MIS) 2010, la prévalence du paludisme dans la population générale  au Tchad  est de 29,8%.  Cette prévalence varie selon les tranches d’âge; elle est de 35,8% chez les enfants de moins de 5 ans, de 39,3% entre 5 à 14 ans  et de 15,2% chez les plus de 15 ans.

Note aux éditeurs

Au mois d’Aout 2013, le Fonds de Soutien aux Activités en matière de Population et de lutte contre le Sida (FOSAP) a signé un accord de financement avec l’UNICEF pour l’organisation d’une campagne de distribution de 5,3 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée d’action (MILD) dans 13 régions du Tchad, en appui à la campagne d’universalisation de l’utilisation de MILD qui sera mené par le Gouvernement en 2013 et 2014. Cet accord de financement s’inscrit dans le cadre du Mécanisme Transitoire de Financement et du Nouveau Modèle de Financement du Fonds Mondial (GTFAM). L’UNICEF a été retenu comme sous récipiendaire de ce financement pour la mise en œuvre de ce programme. Au total, le Tchad a bénéficié dans le cadre de ce mécanisme d’une subvention d’un montant de plus de 25 millions d’euros du Fonds Mondial.

À propos de l'UNICEF

L'UNICEF intervient dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son action, veuillez consulter : www.unicef.org/french et www.unicef.org/chad

Vous pouvez aussi suivre UNICEF Tchad sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez conctater :

Lalaina Fatratra Andriamasinoro, Chef de la Communication, UNICEF Tchad 
tél. : + 235 66.36.00.42,
courriel : lfandriamasinoro@unicef.org

NGATA Salomon, Communication Officer
tél. :+ 235 66.53.72.99,
courriel : ysngata@unicef.org 


 

 

 

Recherche