Centre de presse

Press release

Les agences de l’ONU et leurs partenaires lancent l’appel le plus important de leur histoire pour les Syriens

GENÈVE, 7 juin 2013 – « Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ordinaires sont en train de payer le prix du conflit brutal qui se déroule en Syrie, » ont dit la Coordonnatrice des secours d’urgence, Valerie Amos, et le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, alors qu’ils ont aujourd’hui lancé un appel de 3,1 milliards de dollars É.-U. supplémentaires pour répondre cette année aux besoins humanitaires en Syrie et à ceux des réfugiés dans le région environnante. Les besoins totaux pour l’ensemble de l’année 2013 s’élèvent à 4,4 milliards de dollars É.-U. 
 
De plus, les Gouvernements libanais et jordaniens sont à la recherche de 830 millions de dollars É.-U. afin d’appuyer les efforts menés pour offrir différentes prestations - dont celles concernant l’éducation et la santé - aux réfugiés qui se trouvent à présent dans leurs pays.  
 
Les Nations Unies estiment que 6,8 millions de personnes ont, en Syrie, un besoin urgent d’aide humanitaire, 4,25 millions d’entre elles étant déplacées, dans le pays, de leurs foyers et près de la moitié d’entre elles étant des enfants. Au moins 1,6 millions de réfugiés syriens sont actuellement accueillis par plusieurs pays voisins dont la Jordanie, le Liban, la Turquie, l’Égypte et l’Irak.
 
« Après plus de deux années d’un conflit brutal, près d’un tiers des Syriens ont besoin d’une aide humanitaire urgente et de protection mais les besoins progressent à une vitesse plus grande que celle à laquelle nous pouvons y faire face, » a dit Valerie Amos. « Aujourd’hui, nous avons lancé le plus grand appel humanitaire de notre histoire et nous demandons à nos donateurs de continuer à se manifester avec générosité. »
 
« En tant que civilisation, la Syrie est en train de s’effondrer, la moitié de ses habitants ayant besoin, comme conséquence d’un conflit sauvage, d’une aide urgente, » a dit le Haut Commissaire aux réfugiés, António Guterres. « Les fonds que nous demandons représentent une question de survie pour la population syrienne qui souffre et ils sont indispensables aux pays voisins qui accueillent les réfugiés. » 
 
En décembre 2012, 1,5 milliard de dollars É.-U. avait été demandé pour aider 4 millions de personnes à l’intérieur de la Syrie et 1,1 million de réfugiés jusqu’au milieu de l’année 2013. Le HCR estime à présent qu’il pourrait y avoir jusqu’à 3,65 millions de réfugiés syriens d’ici la fin de l’année.
 
Au cours des mois derniers, l’ONU, le Croissant-Rouge et diverses organisations humanitaires internationales et locales ont, en Syrie, alimenté 2,4 millions de personnes par jour, en ont vacciné plus d’un million contre la rougeole et la polio, ont rendu l’eau potable pour plus de 9 millions de personnes et pourvu près de 920 000 personnes en matériel de secours de base. Mais ceci n’est pas suffisant.
 
Les organisations humanitaires visent aujourd’hui à élargir leurs opérations et à alimenter 4 millions de Syriens et 420 000 réfugiés palestiniens ; à vacciner 1,7 million d’enfants ; à assurer des soins de santé pour 7 millions de personnes et à procurer de l’eau potable à 10 millions d’entre elles. En particulier, trouver des moyens d’acheminer l’aide humanitaire aux 2,9 millions de personnes vivant de l’autre côté des lignes de combat représente la plus grande des priorités. 
 
Aujourd’hui, le Plan régional d’intervention (PRI) couvre seulement l’aide et la protection qui sont indispensables aux réfugiés, ce qui ne fait que témoigner davantage de l’ampleur de la crise.  Les agences humanitaires impliquées ont pour objectif d’aider les plus vulnérables, y compris les membres des communautés accueillant des réfugiés avec des programmes essentiels portant sur l’alimentation, l’hébergement et une aide monétaire. 

 
Les gouvernements de la région sont également mis à rude épreuve, les services publics se trouvant à la limite de leurs capacités. La générosité des pays d’accueil a entraîné de lourdes charges. Le conflit syrien représente une menace pour l’ensemble de la région avec des implications dramatiques pour la sécurité régionale. Il existe une montée des tensions entre les réfugiés et les communautés d’accueil et les incidents transfrontaliers deviennent de plus en plus habituels.   
 
Cet appel combine deux plans d’intervention révisés : 1,4 milliard de dollars É.-U. pour les opérations humanitaires se déroulant à l’intérieur de la Syrie et près de 3 milliards de dollars É.-U. pour aider les populations réfugiées de la région. De plus, les gouvernements libanais et jordaniens cherchent respectivement à obtenir 449 millions et 380 millions de dollars É.-U. pour aider près d’un demi-million de réfugiés dans chaque pays. 

###

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Marixie Mercado, UNICEF Genève, tél. : + 4179 756 7703, mmercado@unicef.org
Simon Ingram, Bureau régional de l’UNICEF, tél. : + 962 79 590 4740, singram@unicef.org
Kent Page, UNICEF New York, tél. : + 1 212 326-7605, kpage@unicef.org


 


 

 

 

Recherche