Centre de presse

Communiqué de presse commun

2,4 milliards de personnes n’auront toujours pas de services d’assainissement amélioré en 2015

Le monde n’atteindra pas cette cible des OMD

GENEVE/New York, le 13 mai 2013 – Quelque 2,4 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, n’auront toujours pas accès à des services d’assainissement amélioré en 2015, d’après un rapport commun OMS/UNICEF rendu public aujourd’hui.

Selon ce rapport, intitulé Rapport 2013 sur les progrès en matière d’assainissement et d’alimentation en eau, la cible de l’Objectif no. 7 du Millénaire pour le développement sera manquée de huit pour cent. La cible consiste à diviser par deux le pourcentage de la population qui n’avait pas accès à des services d’assainissement en 1990. Cela concerne un demi-milliard d’individus. 

Alors que l’UNICEF et l’OMS ont pu annoncer l’an dernier que la cible OMD relative à l’eau potable avait été atteinte et même dépassée en 2010, les problèmes rencontrés pour améliorer l’assainissement et toucher ceux qui en ont besoin ont incité ces deux organismes à lancer un appel à l’action commun pour accélérer les progrès.

« Il est urgent de faire en sorte que toutes les pièces du puzzle - volonté politique, financement et leadership - soient en place pour qu’on puisse accélérer les progrès au plan mondial et atteindre la cible sur l’assainissement de l’Objectif du Millénaire pour le développement, a déclaré le Dr Maria Neira, Directrice de l’OMS pour la santé publique et l’environnement. Nous pouvons changer de direction et transformer la vie des millions de gens qui n’ont toujours pas accès à des services d’assainissement de base. Les avantages en seraient immenses pour la santé, et le bien-être et permettraient de combattre la pauvreté à sa source. »

Le rapport fait écho à l’urgent appel à l’action lancé par le Secrétaire général adjoint des Nations Unies Jan Eliasson, qui a demandé à la communauté internationale d’unir ses forces pour mettre fin à la défécation à l’air libre d’ici 2015. Il reste moins de trois ans pour atteindre cette cible OMD, aussi l’OMS et l’UNICEF en appellent-ils à un dernier effort pour atteindre la cible relative à l’assainissement.

« Il s’agit d’une crise non moins épouvantable qu’un gigantesque séisme ou un tsunami, affirme Sanjay Wijesekera, Directeur du programme WASH (eau, assainissement et hygiène) de l’UNICEF. Des centaines d’enfants meurent chaque jour; chaque jour, des milliers de parents pleurent leurs fils et leurs filles. Nous pouvons et devons agir face à cette colossale tragédie humaine. »

Le rapport cite les faits suivants, entre autres principales conclusions tirées des dernières données 2011 :

• Près de deux tiers de la population mondiale (64 %) avaient accès à des installations sanitaires améliorées, ce qui représente 1,9 milliard d’individus en plus depuis 1990.
• Quelque 2,5 milliards d’individus n’avaient pas accès à des installations sanitaires améliorées ; 761 millions d’entre eux utilisaient des installations communes ou publiques et 693 millions des installations qui ne répondaient pas aux normes d’hygiène minimum.
• En 2011, un milliard de personnes déféquaient encore à l’air libre et 90 pour cent des défécations à l’air libre ont lieu dans les zones rurales.
• Fin 2011, 89 pour cent de la population mondiale utilisait une source d’eau potable améliorée et 55 pour cent avaient de l’eau courante chez eux. Cela laisse quelque 768 millions d’individus sans source améliorée d’eau potable, dont 185 millions comptent sur les eaux de surface pour leurs besoins quotidiens.
• Il existe toujours des disparités frappantes entre ceux qui vivent en zone rurale et ceux qui habitent les villes. Les citadins comptent pour trois-quarts des individus qui ont accès à l’eau courante chez eux. Les communautés rurales abritent 83 pour cent de la population mondiale n’ayant pas accès à une source améliorée d’eau potable et 71 pour cent des personnes qui vivent sans assainissement.

Il est possible de faire des progrès plus rapides en matière d’assainissement, affirment les deux organisations. Le rapport résume une vision commune du secteur WASH (eau, assainissement et hygiène), incluant les communautés de chercheurs, de défenseurs des droits de l’homme et du suivi. Dans le monde de l’après-2015, affirment-ils :

• Personne ne devrait déféquer à l’air libre.
• Tout le monde devrait avoir l’eau potable, de services d’assainissement et d’hygiène à la maison.
• Toutes les écoles et tous les centres de santé devraient avoir l’eau potable, des services d’assainissement et d’hygiène.
• L’eau, l’assainissement et l’hygiène devraient être durables.
• Les inégalités
d’accès devraient être éliminées.

***

Télécharger le rapport complet et obtenir davantage d’informations sur le deux sites suivants :
http://www.wssinfo.org/
http://www.who.int/phe

À propos du Programme commun JMP
Le Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'eau et de l'assainissement est le mécanisme officiel du système des Nations Unies, chargé de suivre les progrès accomplis dans le monde pour atteindre les cibles des Objectifs du Millénaire pour le développement relatives à l'eau potable et l'assainissement. Les données qu’il produit permettent d’établir des liens entre l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires privées et la qualité de vie.

À propos de l’OMS
L’OMS est l’autorité directrice et coordonnatrice, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international au sein du système des Nations Unies. Elle est chargée de diriger l’action sanitaire mondiale, de définir les programmes de recherche en santé, de fixer des normes et des critères, de présenter des options politiques fondées sur des données probantes, de fournir un soutien technique aux pays et de suivre et d’apprécier les tendances en matière de santé. Pour en savoir plus sur l’OMS et ses activités, consulter le site suivant : www.who.int

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.

Les mesures collectives d'assainissement total (CATS) sont appuyées à présent par l’UNICEF dans 50 pays à travers le monde, dont certains d’importance cruciale en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Grâce à ces mesures, plus de 39 000 communautés (soit une population totale de 24 millions d’habitants) ont été déclarées sans défécation à l’air libre au cours des cinq dernières années.

Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail : www.unicef.org/french

Suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Rita Ann Wallace, Chargée de la Communication, UNICEF New York,
Tél. + 1 212 326 7586 / Mobile + 917 213 4034,
courriel : rwallace@unicef.org

Nada Osseiran, Chargée de la Communication, OMS Genève,
Tél. + 4122 7914475 / Mobile +4179 445 1624,
courriel : osseirann@who.int


 

 

 

Recherche