Centre de presse

Communiqué de presse

L’eau insalubre et le manque d’installations sanitaires et d’hygiène tuent de nombreux enfants chaque jour, rappelle l’UNICEF

NEW YORK, 22 mars 2013 - À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, l’UNICEF tient à rappeler aux gouvernements, à la société civile et aux simples citoyens le sort tragique d’enfants que masquent souvent les statistiques.

À l’échelle mondiale, on estime que 2 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de maladies diarrhéiques et qu’environ 1 800 de ces décès sont liés à l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

« Parfois, nous accordons tellement d’attention aux chiffres que nous ne voyons plus les tragédies humaines que dissimulent les statistiques », explique Sanjay Wijesekera, responsable mondial du programme d’eau, d’assainissement et d’hygiène de l’UNICEF.

« S’il y avait chaque jour 90 accidents de cars scolaires remplis d’élèves d’école maternelle, sans aucun rescapé, la communauté internationale s’alarmerait. C’est pourtant exactement ce qui arrive tous les jours à cause du manque d’eau, d’assainissement et d’hygiène adéquats. »
 
Près de 90 % des décès d’enfants dus aux maladies diarrhéiques sont directement liés à l’eau contaminée, au manque d’assainissement ou à une hygiène inadéquate. Malgré l’accroissement de la population mondiale, le nombre de ces décès a considérablement diminué au cours des dix dernières années, passant de 1,2 million par an en 2000 à environ 760 000 en 2011. L’UNICEF estime que ce chiffre est encore trop élevé.

D’après les données de l’UNICEF sur la mortalité des enfants, environ la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans se produisent dans seulement cinq pays : l’Inde, le Nigéria, la République démocratique du Congo (RDC), le Pakistan et la Chine. Plus du tiers de tous les décès d’enfants de moins de cinq ans sont concentrés dans deux pays : l’Inde (24 %) et le Nigéria (11 %). Ces pays comptent également un nombre élevé d’habitants n’ayant pas accès à des sources d’eau et installations sanitaires améliorées.

Sur les 783 millions de personnes n’ayant pas accès à des sources améliorées d’eau potable dans le monde, 119 millions vivent en Chine, 97 millions en Inde, 66 millions au Nigéria, 36 millions en RDC et 15 millions au Pakistan.

En ce qui concerne l’assainissement, les chiffres sont encore plus désolants. On compte 814 millions de personnes n’ayant pas accès à des installations sanitaires améliorées en Inde, 477 millions en Chine, 109 millions au Nigéria, 91 millions au Pakistan et 50 millions en RDC. L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement dans ces pays contribuerait pour beaucoup à la réduction de la mortalité des enfants.

« Ces chiffres peuvent paraître abstraits mais ils représentent de vraies vies, de vrais enfants », ajoute Sanjay Wijesekera. « Chaque enfant est important. Chaque enfant a droit à la santé, a le droit de survivre et d’avoir un avenir qui soit aussi satisfaisant que nous le pouvons. »

« Si, dans les milieux du développement, nous ne gardons pas constamment à l’esprit les visages de ces petits enfants, nous oublions complètement notre objectif premier. »

Sanjay Wijesekera ajoute que les progrès déjà accomplis depuis 1990 montrent qu’avec la volonté politique et les investissements nécessaires et en mettant l’accent sur l’équité et les populations les plus difficiles à atteindre, tous les enfants devraient pouvoir accéder à de l’eau potable et des installations sanitaires améliorées, peut-être en l’espace d’une génération. 

# # #

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est à pied d’œuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son action :
www.unicef.org/french

En juin 2012, les Gouvernements de l’Éthiopie, de l’Inde et des États-Unis ont lancé avec l’UNICEF un plan d’action mondial visant à éliminer les décès évitables d’enfants de moins de cinq ans. Depuis, plus de la moitié des gouvernements des pays du monde se sont mobilisés autour du slogan « S’engager en faveur de la survie de l’enfant : une promesse renouvelée » et ont réaffirmé leur volonté de garantir la survie de l’enfant.

Vous pouvez nous suivre sur Twitter et Facebook

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Rita Ann Wallace, UNICEF New York, Tel: + 1 212-326-7586; Mobile: + 1 917-213-4034;
courriel : rwallace@unicef.org


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche