Centre de presse

Communiqué de presse

Pour ramener massivement les enfants du Burundi à l'école primaire, plus de 4000 enseignants vont être formés dans le cadre de la campagne « Back to school 2012-2013 »

BUJUMBURA, 6 août 2012 – Dans le cadre de la Campagne « Back to School 2012-2013 », plus de 4000 enseignants de 572 écoles primaires de différentes provinces du Burundi vont suivre du 6 au 18 août une formation sur le module « École amie des enfants ». Cette formation a pour but d’améliorer la qualité de l’éducation primaire au Burundi et de donner ainsi aux enfants toutes les chances de retourner massivement à l’école et d’y rester, afin d’achever leur cycle scolaire du primaire dans les meilleures conditions d’apprentissage possibles.

L’approche « École Amie des Enfants » encourage les enseignants, les élus, les communautés, les parents et les enfants à participer à la gestion des écoles pour définir une meilleure qualité de l’environnement et des conditions d’apprentissage de l’enfant. Elle fait suite à la formation de 75 formateurs locaux du Ministère de l’enseignement de base, du secondaire, de l’enseignement des métiers, de la formation professionnelle et de l’alphabétisation (MEBSEMFPA), organisée simultanément dans les provinces de Gitega et Kirundo en juillet 2012.

La formation des 4000 enseignants dans le cadre de la campagne « Back to School 2012 », organisée chaque année en partenariat avec le MEBSEMFPA, se déroulera dans 9 provinces du pays et vise à promouvoir l’égalité entre les sexes et l’équité d’accès, de maintien et de réussite scolaire des enfants au Burundi. La formation porte sur un module intégré incluant l’éducation en situation d’urgence et la réduction du risque de catastrophe dans les écoles, la prise en charge psychosociale des enseignants et enfants présentant des signes de traumatisme, de même que  la prévention du VIH/SIDA en milieu scolaire.

Avec l’abolition des frais de scolarité dans le primaire décrétée par le gouvernement du Burundi en 2005, le taux net de scolarisation a connu une progression significative, passant de 59 pour cent en 2005 à 96,1 pour cent en 2011 (97,6 pour cent pour les garçons et 94,8 pour cent pour les filles). Mais le manque d’enseignants qualifiés, d’infrastructures scolaires, de matériel didactique ainsi que les effectifs pléthoriques des salles de classe ont conduit à la mise en place d’un système de double vacation, qui a eu des conséquences directes sur la qualité de l’éducation dispensée. « Le développement du capital humain passe par la qualité du contenu de la formation de l’enfant, adulte et citoyen de demain », a rappelé Monsieur Anatole Niyonkuru, Secrétaire permanent au MEBSEMFPA.

Les chiffres plaident en faveur d’une amélioration de la qualité de l’enseignement : près de 4 enfants sur 10 ont redoublé en 2011 et près d’un enfant sur 10 a abandonné ses études en cours d’année. Actuellement, seul un enfant sur deux  achève son cycle d’études primaires au Burundi, et à peine plus de 15 pour cent d’entre eux accèdent à l’enseignement secondaire, en majorité des garçons.

Les raisons socio-économiques les plus souvent citées comme contribuant à cette situation sont la pauvreté des parents (exclusion des enfants issus des couches les plus vulnérables), les violences dans et sur le chemin de l’école, les grossesses et mariages précoces, et le travail des enfants.

« Les efforts fournis par le gouvernement pour améliorer l’accès à l’éducation primaire des enfants du Burundi ont permis à un nombre considérable d’enfants, y compris parmi les plus vulnérables, d’accéder à l’école. Il faut maintenant aller plus loin et soutenir le gouvernement dans ses efforts d’améliorer la qualité de cette éducation et l’environnement d’apprentissage pour permettre à tous les enfants, y compris les filles et les enfants les plus vulnérables et marginalisés, d’achever leurs études dans les meilleures conditions possibles. C’est un défi mais il est réalisable, avec le concours de tous », a déclaré Johannes Wedenig, représentant de l’UNICEF au Burundi.

Moins de 5 pour cent des enfants âgés de 3 à 6 ans accèdent actuellement à l’enseignement préscolaire au Burundi, bien que celui-ci soit reconnu comme fondamental pour augmenter les chances de réussite scolaire des enfants dans le primaire. Dans le domaine de l’Éducation, l’un des principaux objectifs du Programme de coopération 2010-2014, signé entre le Gouvernement du Burundi et l’UNICEF en 2010, est donc d’atteindre 90 pour cent d’enfants achevant leur cycle primaire, et l’UNICEF appuie les efforts dans ce sens du gouvernement et de ses partenaires à travers de multiples interventions, y compris le soutien à l’enseignement préscolaire.

Outre le renforcement des capacités des acteurs, les activités menées dans le cadre de la campagne « Back to School 2012-2013 » incluent également la mobilisation sociale des communautés et l’amélioration des conditions d’apprentissage pour les plus vulnérables, grâce à la distribution à la rentrée de septembre de 520 000 kits scolaires aux élèves et de 240 kits didactiques aux enseignants de 39 écoles les plus démunies des provinces ciblées. Dotée d’un budget de 1,3 million de dollars É.-U., la campagne se poursuivra jusqu’en décembre à travers des actions de suivi et d’évaluation.

####

À propos de l’UNICEF :
L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail, suivez-nous sur Twitter et Facebook

Pour de plus amples informations :
Anne-Isabelle Leclercq,  Spécialiste Communication
UNICEF Burundi,
tél. : +257 22 20 20 80 / +257 79 948 118
courriel : aileclercq@unicef.org

Félicité Hatungimana, Assistante principale Communication,
UNICEF Burundi
tél. : +257 22 20 20 82 / + 257 79 943 252
courriel : fhatungimana@unicef.org


 

 

 

Recherche