Centre de presse

Note d'actualité

UNICEF : au Mali, l’instabilité aggrave les risques sanitaires que courent les enfants et les mères

BAMAKO, 22 mai 2012 – Les responsables de l’UNICEF avertissent que la crise dans le nord du Mali a considérablement aggravé les risques de maladies comme le choléra, la rougeole et la poliomyélite et pourrait augmenter le nombre de décès de mères et d’enfants.

Le Chef de la santé pour l’UNICEF-Bamako, M. George Fom Ameh,  affirme que les risques de propagation de maladies évitables par la vaccination telles que la poliomyélite et la rougeole ont augmenté.

Une campagne contre la polio qui aurait dû se dérouler la semaine dernière dans le nord du pays n’a pu avoir lieu et, comme les gens franchissent les frontières, la maladie risque d'être importée de pays voisins où l’on a recensé des cas de polio.

Plus de la moitié des établissements de santé ont été vandalisés et le nombre de professionnels de la santé à baissé, passant à un taux de 18 à 27 pour cent inférieur aux niveaux précédents, d’après les estimations. On s’inquiète également du manque de soignants qualifiés pour les femmes pendant la grossesse et l'accouchement, ce qui augmente le risque de décès des mères et des nouveau-nés.

Nicolas Osbert, responsable des programmes d’eau, santé, assainissement et hygiène (WASH) à l’UNICEF-Bamako, affirme qu’une augmentation du nombre de cas de choléra est également probable.

En 2011, on a enregistré plus de 1300 cas de choléra, qui ont provoqué la mort de 55 personnes dans cinq régions du pays : Gao et Tombouctou dans le nord ; Ségou et Mopti, dans le centre, et Kayes dans l'ouest. C’est dans le nord que l’on a recensé le plus grand nombre de cas, et de loin, 1000. Le choléra est endémique dans le pays et, comme la pénurie de carburant affecte l’approvisionnement en eau des municipalités du nord, l’UNICEF se prépare à une augmentation du nombre de cas.

En 2011, l’Afrique de l’Ouest et centrale a souffert d'une des plus importantes épidémies de choléra de ces dernières années : on a relevé 105 248 cas dans 17 pays et 2898 décès.

Des mesures de prévention du choléra seront nécessaires pour environ 500 000 personnes au Mali dans les zones à risque. Il s'agit notamment de l'augmentation du niveau de chlore dans les réseaux d'eau, de l'éducation des communautés, et de la distribution de fournitures WASH (eau, santé, assainissement et hygiène).

L'UNICEF a déjà distribué des kits WASH - qui comprennent du savon et des articles  de traitement des eaux à usage domestique – à 10 000 personnes dans les régions de Gao, Tombouctou, Ségou et Mopti et prépositionnera des fournitures supplémentaires avant le début de la saison des pluies en juillet. L'UNICEF prévoit également une campagne d'éducation sur le choléra et va demander des ressources supplémentaires pour faire face à ce problème crucial.

Dans le sud du pays, où vivent 87 pour cent des enfants à risque de malnutrition aiguë sévère, l'UNICEF fournit des produits alimentaires thérapeutiques prêts à l’emploi. L'UNICEF continue de soutenir le Ministère de la santé pour l’approvisionnement des populations du sud du pays en médicaments et services de santé.

L'UNICEF a lancé un appel à hauteur de 33 millions de dollars É.-U. pour son intervention d'urgence au Mali au cours des six prochains mois. À ce jour, il a reçu un peu plus de la moitié de ce montant. Il faudra également 4 millions de dollars de plus pour lutter contre le choléra.

###

À propos de l’UNICEF
L'UNICEF intervient dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements.

Suivez l'UNICEF au Mali sur Facebook et Twitter

Pour de plus amples informations :

Rita Ann Wallace, UNICEF New York,
tél. : + 1 917-213-4034,
courriel : rwallace@unicef.org.
Suivez sur Twitter : @ritabwunicef

Katarina Johansson Mekoulou, UNICEF Bamako,
tél. : + 223 20 70 91 06 (bureau) ou : + 223 75 99 36 29,
courriel : kjohansson@unicef.org
Suivez sur Twitter : @KJMekoulou

Rachel Warden, UNICEF Bamako,
tél. : + 223 20 70 91 06 (bureau) ou : + 223 79 45 44 00,
courriel : rwarden@unicef.org


 

 

 

Recherche