Centre de presse

Note d'actualité

Comment atteindre 111 millions d'enfants en quatre jours

La campagne contre la polio en Afrique de l’Ouest et du Centre entre dans sa phase décisive

Brazzaville/Dakar, 21 mars  2012 – Les ministères de la santé, les agences onusiennes et les communautés s'unissent avec des dizaines de milliers de vaccinateurs bénévoles pendant quatre jours pour mener, de porte-à-porte et de case en case, une campagne de vaccination contre la polio dans 20 pays africains à partir du 23 mars.

A travers l’Afrique de l'Ouest et du Centre, plus de 111,1 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans devraient être vaccinés dans le cadre de cette campagne. Nigéria, le seul pays africain dans lequel la polio est une maladie endémique, vise à distribuer deux gouttes du vaccin oral à 57,7 millions d'enfants. Dix-neuf autres pays qui sont à risque d’une réinfection intensifient leurs efforts pour atteindre près de 53,3 millions d'enfants.

Ce gigantesque exercice, qui représente un énorme effort porté par la volonté des gouvernements et des partenaires, s'appuie sur des centaines de milliers de travailleurs de la santé et de bénévoles qui administreront les gouttes à tous les enfants de moins de cinq ans, quel que soit leur statut antérieur de vaccination.

Alors que le Nigéria effectuera son passage à partir du 31 mars au 3 avril pour des raisons opérationnelles, la campagne sera menée du 23 au 26 mars au Tchad, en République démocratique du Congo (RDC), en République centrafricaine, au Niger, au Cameroun, au Bénin, au Burkina Faso, au Cap-Vert, en Côte d'Ivoire, en Gambie, au Ghana, en Guinée, en Guinée Bissau, au Liberia, au Mali, en Mauritanie, au Sénégal, en Sierra Leone et au Togo.

« La prochaine campagne en Afrique de l'Ouest et du Centre aura pour objectif de couvrir tous les enfants, vaccinés ou non, afin de stimuler leurs niveaux de protection et de priver le virus du terreau fertile dont il dépend pour sa survie », explique le Directeur Régional de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique, Dr Luis Sambo. « Cet exercice devrait nous rapprocher de notre objectif qui consiste à interrompre la transmission du polio virus  sauvage dans notre région en 2012 ».

Le risque d'importation du virus de la polio en Afrique occidentale persiste étant donné la nature endémique de la transmission au Nigéria; l'immunité sous-optimale de la population à travers la sous-région, les mouvements transfrontaliers intensifs et la résurgence de poliovirus de type 3 en 2011 en Côte d'Ivoire, en Guinée, au Mali et au Niger.

Démontrant ainsi son engagement de haut niveau et sa volonté politique, le Président du Nigéria a inauguré le 1er mars un comité de pilotage au niveau présidentiel pour faire face à l'urgence contre la polio et a promis de consacrer aux activités d'éradication de la polio 30 millions de dollars américains par an pendant  les deux prochaines années.

« Soit nous réussissons à éradiquer la polio aujourd'hui soit cette initiative va fléchir demain et la polio va exploser. Nous verrons alors à nouveau des millions d'enfants paralysés par cette maladie », a déclaré David Gressly, Directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l’Ouest et du Centre.

« Depuis le début de la lutte contre la polio, nous avons évité que plus de 5 millions d'enfants souffrent de paralysie à travers le monde. Maintenant, les pays d’Afrique de l'Ouest et du Centre mobilisent plus de vaccinateurs et des volontaires que jamais auparavant. Bâtir une Afrique sans polio est à notre portée. Nous ne pouvons pas rater cette occasion historique. Est-ce que ce dernier coup de force va être facile ? Non. Pouvons-nous y parvenir ? Oui. Ensemble, nous devons frapper à toutes les portes pour atteindre chaque dernier enfant / le dernier enfant partout où il ou elle se trouve. Nous ne voulons plus jamais voir des enfants paralysés par cette maladie », a ajouté David Gressly.

M. Ambroise Tshimbalanga Kasongo, Président du Comité africain PolioPlus du Rotary International, a déclaré que le Rotary a engagé des fonds pour aider à rendre ces activités essentielles possibles, et il a appelé les autres donateurs à maintenir le cap en comblant les 405 millions de dollars américains de déficit de financement actuel pour 2012.

« Cette année, les progrès en Inde ont démontré ce qui est possible lorsque nous nous concentrons sur la tâche à accomplir », a-t-il dit. « En Afrique, la fin de la polio est en vue, mais nous avons encore du pain sur la planche. L'échec n'est pas une option ».

Pour réduire les risques et les conséquences de l'importation du poliovirus, la couverture de vaccination par voie orale doit être maintenue à plus de 90 pour cent de couverture pendant un certain nombre d'années. Toutefois, une évaluation réalisée par l'OMS en février 2012 montre les lacunes de vaccination de routine dans la plupart des pays ouest-africains, dont cinq seulement ont atteint ou maintenu plus de 90 pour cent de couverture depuis 2008. C'est pourquoi ces campagnes de vaccination à venir sont si importantes pour renforcer plus encore les niveaux d'immunité de la population.

L’Initiative globale pour l’éradication de la polio (GPEI, en anglais) est menée par les gouvernements nationaux, l'OMS, le Rotary International, les Centres américains pour le contrôle des maladies (CDC, en anglais) et l'UNICEF, avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF, en anglais).

Depuis 1988 (l'année où le GPEI a été lancée), l'incidence de la polio a été réduite de plus de 99 pour cent. À l'époque, plus de 350 000 enfants étaient paralysés chaque année dans plus de 125 pays endémiques. En 2011, 650 cas ont été signalés dans le monde entier. Seuls trois pays demeurent endémiques : l'Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan.

####

À propos de l'OMS
L'OMS est l'autorité directrice et coordinatrice internationale sur la santé au sein du système des Nations Unies. Avec des gens travaillant dans plus de 147 pays, l'OMS est chargée de fournir le leadership en matière de santé mondiale, de définir l'ordre du jour de la recherche en santé, de fixer des normes et standards, de présenter des options de politiques fondées sur des preuves, de fournir un appui technique aux pays et de suivre et évaluer les tendances dans le domaine de la santé. En plus de médecins, spécialistes de la santé publique, des scientifiques et des épidémiologistes, le personnel de l'OMS comprend des personnes formées à la gestion administrative, financière et des systèmes d'information, ainsi que des experts dans les domaines de la statistique de la santé, de l'économie et des secours d'urgence, qui travaillent ensemble pour assurer une meilleure la santé pour tous. Pour plus d'informations, merci de visiter : www.who.int 

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF travaille dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de la petite enfance à l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition infantiles, l'eau et l'assainissement, l'éducation de base de qualité pour tous les garçons et les filles, et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation et le sida. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son action, suivez-nous sur  Twitter et Facebook

Contacts avec les médias
Pour de  plus amples informations, veuillez contacter :

Samuel Ajibola, Bureau régional de l’OMS pour l'Afrique,
tél. : +47-241-39378 
courriel : ajibolas@afro.who.int

Laurent  Duvillier, Bureau régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l’Ouest et du Centre,
tél. mobile : + 221 77 637 66 04; 
courriel : lduvillier@unicef.org


 

 

 

Recherche