Centre de presse

Communiqué de presse commun

Objectifs du Millénaire pour le développement : la cible relative à l’eau a été atteinte

Mais retard persistant dans le domaine de l’assainissement

NEW YORK/GENÈVE, 6 mars 2012 – La communauté internationale a atteint, bien avant l’échéance de 2015, la cible des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui consistait à réduire de moitié le pourcentage de la population n’ayant pas accès à un approvisionnement en eau potable, d’après un rapport publié aujourd’hui par l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Entre 1990 et 2010, le nombre de personnes ayant accès à des sources améliorées d’eau potable, par exemple un approvisionnement par canalisation ou des puits protégés, a augmenté de plus de deux milliards.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré : « Nous constatons aujourd’hui qu’un grand progrès a été réalisé pour la population mondiale. C’est l’une des premières cibles des OMD à être atteinte. L’action réussie menée pour généraliser l’accès à l’eau potable donne raison à tous ceux qui considèrent les OMD non comme un rêve mais comme un outil vital visant à améliorer les conditions de vie de millions de personnes parmi les plus pauvres ».

D’après ce rapport, intitulé Progrès en matière d’eau potable et d’assainissement 2012 et publié par le Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'eau et de l'assainissement, à la fin de l’année 2010, 89 pour cent de la population mondiale, soit 6,1 milliards de personnes, avaient accès à des sources améliorées d’eau potable. Ce chiffre est supérieur d’un point à la cible des OMD, fixée à 88 pour cent. D’après les estimations du rapport, en 2015, 92 pour cent de la population mondiale aura accès à de l’eau potable améliorée.

« Il s’agit d’une bonne nouvelle en particulier pour les enfants », a déclaré le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake. « Tous les jours, plus de 3000 enfants meurent de maladies diarrhéiques. La réalisation de cet objectif contribuera à sauver beaucoup de jeunes vies ».

M. Anthony Lake a ajouté que l’on ne pouvait pas pour autant crier victoire car au moins 11 pour cent de la population mondiale – soit 783 millions de personnes – n’ont toujours pas accès à de l’eau potable, et des milliards demeurent privées d’installations sanitaires.

« Les chiffres sont stupéfiants », a-t-il dit. « Mais les progrès annoncés aujourd’hui montrent qu’il est possible de réaliser les OMD avec la volonté, les efforts et les fonds nécessaires ».

Le rapport signale cependant que la cible des OMD relative à l’assainissement est encore loin d’être atteinte et ne le sera vraisemblablement pas en 2015. Seuls 63 pour cent des habitants de la planète ont aujourd’hui accès à des services d’assainissement améliorés, chiffre qui, d’après les projections, ne devrait atteindre que 67 pour cent en 2015, soit un niveau bien inférieur à l’objectif des 75 pour cent. À l’heure actuelle, 2,5 milliards de personnes manquent encore de services d’assainissement améliorés.

L’UNICEF et l’OMS avertissent également que puisqu’il n’est pas possible d’évaluer la qualité de l’eau à l’échelle mondiale, les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif relatif à l’eau potable sont mesurés par la collecte de données portant sur l’utilisation de sources améliorées d’eau potable. D’importants efforts doivent être déployés pour garantir que les sources d’eau améliorées sont et demeurent salubres.

« Offrir un accès durable à des sources améliorées d’eau potable est l’une des choses les plus importantes que nous puissions faire pour réduire les maladies », a déclaré la Directrice générale de l’OMS, le Dr Margaret Chan. « Mais ce succès n’est qu’un début. Nous devons continuer à veiller à ce que l’accès à ces sources reste sûr. Sinon, ces progrès auront été vains ».

Le rapport fait état des immenses défis qu’il reste à relever. Les moyennes mondiales masquent d’importantes disparités entre régions et entre pays, ainsi qu’à l’intérieur même des pays.

Seuls 61 pour cent des habitants de l’Afrique subsaharienne ont accès à des sources d’eau améliorées, contre 90 pour cent ou plus en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Afrique du Nord et dans une grande partie de l’Asie. Plus de 40 pour cent des habitants de la planète n’ayant pas accès à l’eau potable vivent en Afrique subsaharienne.

Le rapport confirme que lorsque l’approvisionnement en eau est difficile, c’est aux femmes et aux filles qu’incombe de manière disproportionnée la corvée du transport de l’eau. Dans de nombreux pays, ce sont les habitants les plus riches qui ont bénéficié des plus grands progrès en matière d’accès à l’eau et l’assainissement, tandis que les plus pauvres accusent toujours un retard important.

Le rapport présente les dernières données disponibles à l’échelle mondiale sur les régions rurales, soulignant à cet égard la nécessité d’accorder une plus grande attention à l’eau et l’assainissement. Dans les régions rurales des pays les moins avancés, 97 personnes sur 100 n’ont pas accès à un approvisionnement en eau par canalisation et 14 pour cent de la population boit de l’eau de surface, provenant par exemple des rivières, étangs ou lacs.

Sur les 1,1 milliard de personnes qui pratiquent la défécation à l’air libre, la grande majorité (949 millions) vit en milieu rural. Cela concerne même les régions où le taux d’accès à des sources d’eau améliorées est élevé. Par exemple, 17 pour cent des habitants des régions rurales de l’Amérique latine et des Caraïbes et 9 pour cent de ceux d’Afrique du Nord pratiquent encore la défécation à l’air libre. Même parmi les pays dits BRIC, qui connaissent une croissance économique rapide, ces chiffres restent élevés :
626 millions en Inde, 14 millions en Chine et 7,2 millions au Brésil.

« Nous avons atteint un objectif important mais nous ne pouvons nous arrêter à ce stade », a déclaré le Secrétaire général. « La prochaine étape doit consister à cibler ceux qui sont le plus difficile à atteindre, les plus pauvres et les plus défavorisés. L’Assemblée générale a reconnu que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement était un droit fondamental. Cela signifie que nous devons veiller à ce que chacun y ait accès ».

À propos du Programme commun
Le Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement assure le suivi des progrès accomplis dans la réalisation de l'OMD qui consiste à réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population n’ayant pas accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base. Le Programme commun publie tous les deux ans un rapport actualisé sur l’amélioration de la situation à cet égard, les données sur l’utilisation de sources d’eau potable et d’installations sanitaires améliorées étant fondées sur des indicateurs indirects.

À propos de l'OMS
Organisme de tutelle et de coordination de la santé au sein du système des Nations Unies, l'Organisation mondiale de la Santé est chargée de jouer un rôle directeur dans les affaires sanitaires à l'échelle mondiale, de déterminer les priorités de la recherche, de fixer les normes et les critères de santé publique, de définir des possibilités d’action fondées sur des bases factuelles, d'apporter son assistance technique aux pays et de suivre et d'évaluer les tendances sanitaires. L’OMS a dès sa création reconnu l’importance de l’eau et de l’assainissement.

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF intervient dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour de plus amples informations sur l'UNICEF et son action, suivez-nous sur Twitter et Facebook

Le rapport et des données par pays seront publiés sur le site Web du Programme commun http://www.wssinfo.org et sur le site de l’OMS www.who.int/water_sanitation_health ainsi que sur les pages Web de l’UNICEF consacrées aux statistiques : http://www.childinfo.org et http://www.unicef.org

Une déclaration de l’Organisation mondiale de la santé sera accessible sous forme de vidéo, en anglais, espagnol et français, à  www.who.int/phe

À l’attention des journalistes de l’audiovisuel : des images non montées (B-roll) sur l’eau et l’assainissement seront disponibles sur le site www.thenewsmarket.com/unicef

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Mme Nada Osseiran, Chargée de communication, OMS Genève,
tél. : + 4122 7914475 / mobile : +4179 445 1624,
courriel : osseirann@who.int

M. Gregory Hartl, Coordinateur des relations avec les médias, OMS Genève,
tél. : +4122 791 4458 / mobile : +4179 203 67 15,
courriel : hartlg@who.int

Mme Rita Ann Wallace, Attachée de presse, UNICEF New York,
tél. : + 1 212 326 7586 / mobile : + 917-213-4034,
courriel : rwallace@unicef.org

M. Patrick McCormick, Attaché de presse – Médias et urgences, UNICEF 
tél. : + 41 22 909 5713 / mobile + 41 79  303 0541,
courriel : pmccormick@unicef.org.


 

 

 

Recherche