Centre de presse

Communiqué de presse

Accélérer l’accès aux services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant au Burundi pour sauver des vies

BUJUMBURA, 3 décembre 2011 – Des efforts ont été fournis ces dernières années au Burundi pour accélérer l’accès aux services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant et des succès encourageants ont été enregistrés. Cependant ces avancées restent insuffisantes et doivent absolument être intensifiées rapidement pour prévenir des décès évitables dans un pays où l’accès aux services de prévention de la transmission mère enfant du VIH  demeure l’une des plus faibles de la sous-région, rappelle l’UNICEF à l’occasion de la Journée mondiale du sida, célébrée le 3 décembre dans la province de Kirundo.

En relation avec le thème mondial cette année de « Zéro nouvelles infections, zéro décès dus au SIDA et Zéro discrimination », le Burundi a choisi de placer l’édition 2011 sous le thème « Aucun enfant ne devrait plus naître VIH + »  Bien que  les services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME) aient prouvé leur efficacité, à la fois pour prévenir la transmission du VIH des mères séropositives à leurs enfants, et sauver la vie de ces enfants ainsi que celle des mères, moins de 30 pour cent des mères enceintes séropositives accèdent à ces services actuellement au Burundi, selon les dernières estimations officielles. Par ailleurs, à peine plus d’un enfant sur cinq nés de mères séropositives a accès aux services de prise en charge du VIH pédiatrique dans le pays.

« Derrière ces chiffres, il faut surtout voir tous ces enfants et ces mères dont les vies pourraient être sauvées s’ils avaient accès à cette intervention relativement simple et bien maîtrisée », a dit Souleymane Diabaté, le Représentant a.i. de l’UNICEF au Burundi. « Il est possible d’arriver à sauver ces vies à condition que les services de PTME soient accessibles à tous, y compris dans les zones les plus isolées du pays, avec une implication de tous, particulièrement des pères encore trop absents du processus de PTME ».

Selon les données du Programme commun des Nations Unies sur le sida (ONUSIDA) de 2009, le taux de prévalence du VIH au Burundi est d’environ 3,3 pour cent, soit 180 000 personnes vivant avec le VIH, parmi lesquelles 28 000 enfants âgés de 0 à 14 ans. Quelques 15 000 personnes décèdent chaque année d’infections liées au VIH/SIDA dans le pays. En 2010 selon les estimations, plus de 22 pour cent des enfants nés de mères séropositives ont été infectés par le virus au Burundi, alors que cette proportion peut être réduite à moins de 2 pour cent grâce à la PTME.

Conscient de cette situation et de la nécessité d’accélérer les efforts en matière de PTME et de prise en charge du VIH pédiatrique, le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida a fait du VIH/SIDA l’une de ses priorités, notamment à travers l’actualisation de la politique nationale PTME et son plan de passage à l’échelle 2011-2015.  L’objectif de cette politique est en ligne avec celui de l’ONUSIDA, c’est-à-dire parvenir à zéro nouvelle infection parmi les enfants d’ici 2015, notamment en décentralisant les services PTME et en les intégrant aux services de de santé reproductive.

La politique du Gouvernement de soins de santé gratuits pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, mise en place en 2006, a déjà permis d’enregistrer une augmentation significative de l’accès à plus de 90 pour cent aux services de consultations prénatales, porte d’entrée des services PTME. Mais la capacité du système national de santé à fournir des services de PTME reste faible, les structures sanitaires étant confrontées à un manque d’équipements de base et de fournitures médicales. Environ 45 pour cent des 735 centres de santé du Burundi fournissent actuellement des services de PTME.

Depuis plusieurs années, l’UNICEF soutient le gouvernement du Burundi dans ses efforts, notamment sous forme d’appui technique et financier à l’élaboration des politiques et  plans de mise en oeuvre de la PTME et des soins pédiatriques ;  la coordination des interventions au niveau national ; le suivi et évaluation des activités ainsi que la fourniture de matériels et équipements médicaux aux centres de santé pour accélérer la mise à échelle de cette intervention.

D’autre part, l’UNICEF contribue également à la mise en oeuvre des interventions de PTME et de prise en charge pédiatrique du VIH à travers les Organisations non gouvernementales (ONG) locales.

Le Programme de Coopération 2010-2014 signé entre le Gouvernement du Burundi et l’UNICEF en 2010 vise, dans le domaine de la PTME et du VIH pédiatrique, à fournir des services de PTME à 60 pour cent des femmes enceintes et une prise en charge du VIH pédiatrique à 60 pour cent des enfants nés de mères séropositives d’ici 2014.

####

Pour de plus amples informations :
UNICEF Burundi, Anne-Isabelle Leclercq,
Spécialiste Communication,
tél. : +257 22 20 20 80 / +257 79 948 118
courriel : aileclercq@unicef.org


 

 

 

Recherche