Centre de presse

Discours

Discours prononcé par Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF, lors d'une réunion de haut niveau sur la nutrition

New York, 20 septembre 2011

L'urgence dans la Corne de l'Afrique s'est transformée en catastrophe : plus de 300 000 enfants souffrent de malnutrition sévère aiguë et courent un danger immédiat. leurs souffrances peuvent bien disparaitre de la Une de nos journaux et de nos écrans de télévision... Leurs souffrances peuvent être hors champ des caméras... Chacun cependant pourrait bientôt être mort. 

300 000.

Et je citerai un autre chiffre s'agissant de la souffrance dans le monde : 20 millions. 

C'est le nombre d'enfants affligés par la malnutrition sévère aiguë dans le monde - près de soixante-dix fois le nombre d'enfants atteints de malnutrition sévère dans la Corne de l'Afrique. Imaginez si tous ses enfants étaient rassemblés dans une seule région. Ce serait vécu comme l'une des pires catastrophes d'enfant jamais survenue. Et souvenez-vous, chacun d'entre eux est un enfant dont la vie est en danger et dont les parents pourraient, très bientôt, pleurer la perte.

Il y a 20 millions de raisons pour lesquelles nous devons placer la nutrition en tête de nos sujets de préoccupations dans le monde.

20 millions.

Un chiffre encore... représente une autre urgence silencieuse. Selon comment vous effectuez le calcul, il y a dans le monde entre 170 millions et 180 millions d'enfants rachitiques.

180 millions.

Le retard de croissance est le résultat irréversibe d'une carence nutritionnelle chronique pendant le premier millier de jours de la vie de l'enfant. Et les dégâts que cela cause au développement de l'enfant sont permanents. Cet enfant n'apprendra jamais, ni ne gagnera, autant qu'il aurait pu le faire s'il avait été correctement nourri au début de leur vie. Quelle perte pour cet enfant. Quelle perte pour la société.

Vingt et un pays seulement représentent plus de 80 pour cent de la charge mondiale en matière de rachitisme. Dans six pays, 50 pour cent ou plus de l'ensemble des enfants de moins de cinq ans souffrent  de ce terrible état, que l'on pourrait pourtant prévenir. La sous-nutrition n'est pas exclusive des pays ayant les revenus les plus bas ou les communautés les plus pauvres.  Cela peut également se produire chez des enfants issus de familles ne souffrant pas d'insécurité alimentaire et de pays en situation de sécurité alimentaire.

Depuis bien trop longtemps, cette urgence silencieuse n'a reçu qu'une bien trop faible attention. Même si, en 2008, le Consensus de Copenhague déclarait que le fait de donner des micronutriments aux jeunes enfants constituait le meilleur investissement pour faire avancer le bien-être mondial. 

Mais grâce au Mouvement SUN (Scaling up Nutrition) et le leadership de nombre de gouvernements représentés ici aujourd'hui, la communauté mondiale a commencé à reconnaitre que la nutrition est, et doit être, plus qu'une simple note de bas de page dans le débat sur la sécurité alimentaire.

La sécurité nutritionnelle devrait être un élément essentiel de tout plan de développement national, aussi essentiel que l'eau potable et aussi indispensable que l'éducation.

L'UNICEF est déterminé à aller au bout de cette mission. Nous continuerons…

À concevoir avec les gouvernements des programmes qui améliorent la nutrition de la mère et de l'enfant…

À fournir des biens indispensables comme la vitamine A, le zinc et les suppléments de fer, et les aliments thérapeutiques prêts à l'emploi.…

À former plus de travailleurs des communautés à mieux nourrir leurs enfants et à veiller à leur santé…

À collaborer avec tous nos partenaires pour contrôler ces efforts et s'appuyer sur ce qui marche…  

Pour l'UNICEF et tous ceux du Mouvement SUN, Ceci est non seulement la seule chose à faire, c'est la chose pratique à faire.

En une seule année, le nombre de pays qui ont commencé à mettre en oeuvre des stratégies nationales pour réduire le rachitisme a augmenté radicalement. Nous devons maintenant poursuivre sur cet élan. Nous devons regrouper nos efforts et nous associer à ceux qui s'occupent de l'alimentation, de la santé et des communautés de développement… Pour les 300 000 enfants de la Corne de l'Afrique… pour les 20 millions d'enfants, dans le monde, qui souffrent de malnutrition sévère aiguë… et pour les quelque 180 millions  d'enfants qui souffrent de rachitisme.

On peut prévenir la sous-nutrition. Et, donc, l'inaction est inconcevable.

Je vous remercie.

####


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche