Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF salue la résolution du Conseil de sécurité qui protège les écoles et les hôpitaux contre des attaques

© UNICEF/NYHQ2011-0543/Asselin
Le 27 avril, un obus de mortier non explosé git sur le sol d'une salle de classe du groupe scolaire Génie 2000 dans la ville d'Abidjan.

NEW YORK, 12 juillet 2011 – L’UNICEF se félicite de l’adoption unanime, par le Conseil de sécurité, de la résolution 1998, qui reconnaît les écoles et les hôpitaux comme des sanctuaires pour enfants. La résolution demande que toutes les parties qui se rendent coupables d’attaques contre de telles installations soient tenues de rendre des comptes.

« Ces attaques horribles ne constituent pas seulement une violation du droit international et humanitaire, mais aussi de notre humanité à tous, a déclaré M. Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. Aujourd’hui, le Conseil de sécurité a pris une mesure importante pour mettre fin à la culture d’impunité et protéger les enfants les plus vulnérables. »

La nouvelle résolution considère que les attaques contre des écoles ou des hôpitaux constituent une violation grave des droits de l’enfant. Elle demande aussi que les responsables de telles violences soient nommés dans le rapport annuel du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés.

Ce rapport annuel nomme déjà les parties qui commettent de graves violations, comme l’enrôlement et l’emploi d’enfants dans un conflit, les meurtres et
mutilations d’enfants, les viols et autres formes de violence sexuelle à l’encontre d’enfants.

Dans au moins 31 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, d’Europe et du Moyen-Orient, des écoles sont devenues la cible d’attaques brutales ou de menaces de la part tant des forces de sécurité de l’État que de groupes armés non étatiques.

Ces attaques ont des conséquences dévastatrices sur la vie des enfants et de leur communauté, ils affaiblissent les systèmes d’éducation et de santé et risquent d’aggraver les privations et les disparités.

La résolution engage les parties figurant sur la liste des auteurs de violations à élaborer des plans d’action pour cesser de telles attaques et à mettre fin au recrutement des enfants et autres violations graves.

La liste des auteurs de violations s’est allongée l’an dernier et aucune des parties coupables n’en a été retirée en 2010, même si certaines d’entre elles ont signé des plans d’action pour corriger ces violations.

Renforcer le cadre juridique pour lutter contre de telles violations ne suffit pas : il faut également s’attacher davantage à procurer aux enfants un environnement protecteur, avec des programmes et des services qui les aideront à surmonter ces expériences traumatisantes.

« Ces enfants extraordinairement résilients n’ont pas besoin de notre pitié; il leur faut la protection qu’offre la législation internationale et un appui pratique, sous forme de programmes conçus pour les aider à réaliser tout leur potentiel et à apporter une contribution positive à la société dans laquelle ils vivent ».

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 150 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail : www.unicef.org/french


Pour de plus amples informations :
Rebecca Fordham, UNICEF,
tél. : + 1 212 326 7162
courriel : rfordham@unicef.org


 

 

 

Recherche