Centre de presse

Déclaration

Déclaration du Représentant de l’UNICEF au Soudan, Nils Kastberg, appelant les Gouvernements du Nord et Sud Soudan à permettre immédiatement l'accès à l’aide humanitaire

Khartoum, 13 juin 2011 : - « Il faut plus de courage pour dialoguer que pour se battre et il est encourageant de voir que le président Omar Hassan al Bashir et le Premier vice-président Salva Kiir Mayardit s’engagent dans cette voie.

« Au cours des dernières semaines, au fil des développements à Abyei, Kadugli et dans d’autres régions du Sud-Kordofan, ainsi qu’au Darfour (et a présent dans l’État du Nil Bleu), on a constaté  un manque de respect total pour les principes humanitaires de la part de l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), des Forces armées du Soudan (SAF), et d’autres groupes armés dans leurs zones d’opération. 

« Le moment est venu, pour le  président Bashir et le vice-président Kiir, d’envoyer un message clair et sans équivoque – un message qui parvienne à tous les soldats du champ de bataille, jusqu’au dernier –  rappelant que  le déni d’accès à l’aide humanitaire constitue une violation grave des droits de l’homme.

« Quand le combat l’emporte sur le dialogue, ce sont les mères  et les enfants qui payent le plus lourd tribut.  Empêcher l’intervention de ceux qui veulent leur porter secours contrevient à notre humanité commune.

« Dans les différentes zones de conflit un urgent appel s’élève pour que le sens de l’humanité l’emporte, que les enfants puissent s’éveiller au son de l’eau qui coule plutôt qu’à celui des bombardements  et s’endormir paisiblement l’estomac plein au lieu de se recroqueviller sous les balles des AK 47.

« Nous ne pouvons rester silencieux face à ces évènements. Au nom des femmes et enfants soudanais, tous ceux qui souhaitent les atteindre de manière impartiale doivent bénéficier d’une liberté de mouvement totale et d’un accès sans entrave.
 
« L’UNICEF et ses divers partenaires disposent des ressources et du personnel sur le terrain pour acheminer des secours d’urgence aux dizaines de milliers de personnes déplacées par les combats. Tout ce qui leur manque pour intervenir, c’est l’autorisation des forces militaires qui bloquent l’accès.

« Alors que le Président et le Premier vice-président s’engagent au dialogue, il leur incombe d’agir de manière à lever tous les  obstacles qui bloquent l’aide humanitaire et à faire en sorte que ces instructions soient suivies par toutes les troupes placées sous leur commandement. Cette initiative constituerait un signe de réel courage ».

Pour plus d’informations, contactez :
Simon Ingram, Chef de la communication, UNICEF Soudan,
tél. : + 249 156 553 670 x 306  / mobile : +249 912 177 573,
courriel : singram@unicef.org


 

 

 

Recherche