Centre de presse

Communiqué de presse

Le cinquième Forum mondial des partenaires se focalise sur le traitement, la protection et l’appui aux enfants affectés par le VIH et le SIDA

C’est le moment de traduire les engagements en actions concrêtes

New York, le 3 juin 2011  – Les initiatives mondiales visant à améliorer la vie des enfants touchés par le VIH et le SIDA sont en hausse, mais elles restent insuffisantes pour répondre aux besoins de millions d’entre eux. Fin 2010, quelque 16,6 millions d’enfants – dont 14,9 millions en Afrique subsaharienne –avaient perdu au moins un de leurs deux parents des suites du SIDA.

Cette année, le Forum mondial des partenaires sur les enfants touchés par le SIDA, coparrainé par l’UNICEF, le Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR) et l’ONUSIDA sur le thème ‘Taking Evidence to Impact’ (« Depuis les preuves jusqu’à l’impact »), réunit 100 représentants de haut niveau d’États, de la société civile, de donateurs, d’organisations internationales et d’instituts de recherche afin de promouvoir des approches concrètes visant à améliorer la vie des enfants affectés par le SIDA.

Le Forum, qui commence aujourd’hui et durera deux jours, examinera :

  • les leçons apprises au niveau national pour aider les enfants affectés par le VIH et leur famille ;
  • les mécanismes qui protègent les enfants affectés par le SIDA de la marginalisation et de la discrimination et améliorent leur accès à des services sociaux d’importance cruciale ;
  • les moyens de surmonter les obstacles et d’améliorer l’accès aux services de prévention, de traitement et de soins du VIH ;
  • la façon d’accroître l’impact de nos investissements et d’arriver à de meilleurs résultats pour ceux qui en ont le plus besoin.

Beaucoup d’enfants affectés par le VIH continuent d’affronter d‘énormes défis, notamment la prise en charge de parents malades, le traumatisme résultant de la perte de leurs parents, la détresse économique qu’entraînent la diminution des revenus du ménage et les coûts élevés des soins de santé, ainsi que le risque de relations sexuelles précoces ou d’abus sexuels, ce qui les expose à leur tour – en particulier les filles – aux risques d’une infection au VIH.

« Ces enfants, qui ont déjà connu une première tragédie avec la perte d’un parent ou d’un être cher suite au SIDA, sont désormais victimes de la stigmatisation, de la discrimination et de l’exclusion de l’école ou des services sociaux, a déclaré M. Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. Pour les aider à réaliser leur plein potentiel, nous devons investir de toute urgence dans des programmes nationaux de protection sociale qui luttent contre la pauvreté et la stigmatisation et répondent aux besoins spéciaux des familles affectées par le VIH ».

Une analyse de l’équité en la matière montre aussi que les ménages les plus pauvres résistent souvent moins bien aux impacts du VIH et que le virus est lui-même un facteur d’appauvrissement.

Dans les environnements où l’épidémie est encore relativement concentrée, les parents des enfants touchés par le VIH sont souvent victimes d’une profonde stigmatisation. D’autres facteurs, comme un handicap, le déplacement, l’appartenance ethnique ou des lois répressives, aggravent la vulnérabilité de ces enfants. L’accès aux services sociaux et une législation progressiste visant à réduire l’exclusion sont essentiels pour améliorer la vie des enfants et des communautés affectés par le VIH et le SIDA.

« Le gouvernement des États-Unis est le plus important donateur aux programmes ciblant les orphelins et enfants vulnérables et notre engagement ne faiblit pas, a affirmé l’Ambassadeur américain Eric Goosby, coordonnateur de US Global Aids. Si nous ne réussissons pas à répondre aux besoins de ces jeunes, cela aura un impact durable tant sur les individus que sur la société. À l’avenir, nous avons pour responsabilité commune de faire des investissements judicieux qui, en fin de compte, garantiront un avenir meilleur aux enfants affectés par le VIH/SIDA ».

Pour améliorer les ripostes au VIH, il est indispensable de faire participer les familles et les communautés. Des centres de développement de la petite enfance et des comités locaux de protection de l’enfance peuvent servir de points d’entrée ou de coordination pour diriger les jeunes vulnérables et leurs familles vers les services sociaux ou de santé appropriés.

Les initiatives visant à la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant sont tout aussi importantes. Elles peuvent servir de points d’entrée pour les soins et l’appui à toute la famille, notamment en impliquant davantage les couples dans le dépistage et le suivi psychosocial ou en proposant un traitement contre le VIH, ainsi que des soins et un appui. La liaison avec le dépistage et le traitement du VIH peut aussi se faire au sein des services de santé pour enfants.

« Chaque mère, chaque père et chaque enfant devraient avoir accès à des services de santé complets comprenant la prévention et le traitement du VIH, a déclaré M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA. « Les parents devraient avoir la possibilité de protéger leurs enfants de ce virus et avoir accès à des antirétroviraux indispensables pour eux-mêmes ».

Comme le VIH et le SIDA feront sentir leurs effets pendant des générations encore, il est essentiel de mettre sur pied des systèmes de santé et de protection sociale plus vigoureux et plus durables dans le cadre d’une riposte nationale intégrée. Pour mieux ancrer cette riposte, il est souvent nécessaire d’améliorer les ressources humaines afin de diriger les ménages et les familles les plus vulnérables vers les services nécessaires lorsqu’ils sont touchés par le SIDA.

Tout indique que, là où l’épidémie est généralisée, la protection sociale, les transferts de fonds, les programmes d’amélioration des moyens de subsistance – comme la microfinance, les services d’épargne et de prêt et la fourniture d’intrants agricoles – peuvent avoir un impact substantiel sur les ménages pauvres affectés par le SIDA.

Les recommandations faites par le Forum mondial des partenaires sont relayées par une équipe spéciale interinstitutions sur les enfants affectés par le SIDA et elles seront reprises lors des débats lors de la réunion de haut niveau qui se tiendra à New York les 8 et 9 juin 2011.

###

À l’attention des organismes audio-visuels :
Des extraits vidéo et des images haute résolution seront mis à disposition gratuite à l’adresse suivante : www.thenewsmarket.com/unicef

À propos du Forum mondial des partenaires (GPF)
Le Forum mondial des partenaires, créé en 2003, s’est fixé comme but d’accélérer la réalisation des engagements pris à l’échelle mondiale en faveur des enfants touchés par le VIH, qui figurent dans la Déclaration d’engagement sur le VIH/SIDA de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2001 et les Objectifs du Millénaire pour le développement. En octobre 2005, l'UNICEF, l’ONUSIDA et d'autres partenaires ont lancé la campagne UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS, CONTRE LE SIDA (http://www.uniteforchildren.org/) qui réclame une intervention plus vigoureuse pour réaliser ces objectifs.

À propos du PEPFAR :
Le Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR) est une initiative du gouvernement des États-Unis visant à sauver la vie de ceux qui souffrent du VIH/SIDA dans le monde. Cet engagement historique est le plus important jamais pris par une nation pour combattre une seule maladie à l’échelle internationale. Les investissements réalisés par le PEPFAR aident aussi à atténuer les souffrances causées par toute une gamme d’autres maladies à l’échelle mondiale. La force motrice du PEPFAR se trouve dans le partage des responsabilités entre le donateur, les nations partenaires et d’autres afin de faire des investissements judicieux destinés à sauver des vies. Pour en savoir plus, consulter le site suivant : http://www.pepfar.gov.

À propos de l’ONUSIDA :
Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) est un partenariat novateur de l’Organisation des Nations Unies, qui inspire la communauté internationale et la guide vers la réalisation de l’accès universel à la prévention, aux traitements, aux soins et au soutien contre le VIH. Pour en savoir plus : http://www.unaids.org

À propos de l’UNICEF :
L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 150 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail : http://www.unicef.org

Pour de plus amples informations :

UNICEF
Roshan Khadivi, UNICEF New York;
tél. : + 1 917 478 2574,
courriel : rkhadivi@unicef.org

Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR)
Maureen Thaivalappil, PEPFAR Washington D.C.;
tél. : +1 202 663 2708,
courriel : thaivalappilME@state.gov

UNAIDS
Sophie Barton-Knott, UNAIDS Geneva;
tél. : + 41 22 791 1697,
courriel : bartonknotts@unaids.org


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche