Centre de presse

Communiqué de presse commun

De nouveaux pays adhèrent aux Engagements de Paris pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats

NEW YORK, 27 septembre 2010 – De nouveaux pays ont adhéré aujourd’hui aux « Engagements de Paris » pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats. Ils ajoutent ainsi leur nom à une liste de plus en plus longue de pays qui se sont engagés à protéger les enfants et empêcher leur recrutement et leur utilisation par des groupes ou des forces armés.

Adoptés en 2007, les Engagements de Paris sur les enfants associés à des groupes ou forces armés représentent une promesse librement consentie des États de collaborer pour mettre fin au recrutement des enfants, travailler à la libération de ceux qui sont détenus par des groupes armés et aider ces enfants à se réinsérer au sein de la société.

Lors de la réunion de haut niveau qui s’est tenue aujourd’hui au siège de l’ONU, laquelle constitue le troisième forum ministériel de suivi des Engagements de Paris, l’Arabie saoudite, le Cap-Vert, la Corée du Sud, le Gabon, la Géorgie, l’Islande, la Lettonie, la Nouvelle-Zélande, la Serbie, le Togo et l’Uruguay ont adhéré aux Engagements, ce qui fait passer le nombre de pays qui les appuient de 84 à 95.

« Les Engagements de Paris sont l’expression de la communauté internationale, qui est fermement résolue à empêcher le recrutement d’enfants soldats, » a déclaré M. Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères. Nous sommes heureux de recevoir de nouveaux engagements sur tous les continents, ce qui prouve qu’il existe un appui mondial en faveur de la réinsertion des anciens enfants soldats. »

En dépit d’efforts accrus de la part de la communauté internationale pour réduire le nombre d’enfants soldats, des milliers de jeunes sont encore recrutés tant par des forces gouvernementales que par des groupes rebelles armés dans des situations de conflit armé et d’insécurité.

« L’utilisation d’enfants dans les conflits n’est pas seulement moralement répréhensible, c’est un crime de guerre, » a déclaré Mme Radhika Coomaraswamy, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés. « Pour protéger la génération actuelle et celle de demain, nous devons travailler tous ensemble afin que les forces armées et les groupes rebelles ne puissent plus commettre impunément des violations aussi flagrantes. »

Le Forum ministériel s’est fixé trois grands objectifs : évaluer la mise en oeuvre des Engagements et des Principes de Paris, examiner les besoins financiers supplémentaires pour appuyer des programmes de prévention et de réinsertion qui ont fait leurs preuves et surveiller la bonne application du traité par les parties à des conflits armés, et enfin voir où en sont les adhésions des États Membres et encourager d’autres gouvernements à s’engager.

« Les Principes de Paris réitèrent notre volonté commune de protéger le droit le plus fondamental d’un enfant : celui d’être un enfant, » a déclaré Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. « Si nous n’arrivons pas à aider ces enfants à se réinsérer au sein de leur communauté et à les appuyer après leur retour, nous ne pouvons espérer briser le cycle de la violence. »

Les Engagements de Paris s’accompagnent des Principes de Paris, qui sont des principes directeurs conçus pour aider à la réinsertion durable au sein de leur communauté d’enfants anciennement associés à des forces ou groupes armés.

À propos du Comité de pilotage des Principes de Paris
Le Comité de pilotage des Principes de Paris est co-présidé par Save the Children et l’UNICEF. Ses membres sont, entre autres, Child Fund, la Coalition pour mettre fin à l'utilisation des enfants soldats, le Comité international de secours, le CICR, l’OIT, le Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, le PNUD, le DOMP.

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail : www.unicef.org/french

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

UNICEF
Rebecca Fordham, UNICEF Médias, New York,
tél. : + 1 212 326-7162,
courriel : rfordham@unicef.org

SRSG CAAC
Timothy La Rose, Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, New York,
tél. : + 1 917 346-3404,
courriel : larose@un.org

Mission française
Max-Olivier Gonnet, Mission française auprès des Nations Unies,
tél. : + 1 212 702 4976,
courriel : max-olivier.gonnet@diplomaties.gouv.fr


 

 

 

Recherche