Centre de presse

Déclaration

Déclaration du Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake à l’occasion de la Journée internationale des populations autochtones

NEW YORK, 9 août 2010 – L’UNICEF participe aujourd’hui à la célébration de l’éclatante diversité et richesse culturelle des populations autochtones du monde entier, ainsi que de leurs innombrables contributions. Cette année, la célébration se déroule à un moment décisif : les dirigeants mondiaux se préparent pour la réunion au sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, qui aura lieu le mois prochain à New York. Ces objectifs montrent que la communauté internationale reconnaît les besoins et droits humains de base de tous les peuples, ainsi que le devoir particulier qui nous incombe à tous de venir en aide à ceux qui en ont le plus grand besoin, et notamment les enfants.

Comme le montre très clairement le nouveau rapport du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU sur la situation des populations autochtones dans le monde, nos efforts n’ont pas suffi à réduire le risque que ces populations soient laissées pour compte lors de la poussée mondiale vers la réalisation des OMD. Le rapport montre que les inégalités sont flagrantes pour presque tous les indices de développement humain chez les populations autochtones. Ces inégalités sont particulièrement troublantes lorsqu’il s’agit des enfants.

En Amérique latine, par exemple, la mortalité infantile est bien plus élevée chez les enfants autochtones que chez les non autochtones. En ce qui concerne l’espérance de vie, un enfant aborigène né en Australie va vivre 20 ans de moins qu’un enfant non indigène. Au Guatemala, plus de 53 % des jeunes autochtones âgés de 15 à 19 ans n’ont pas fini l’école primaire, comparé à près de 32 % chez les jeunes non autochtones. Dans le monde entier, les enfants autochtones ont moins de chances d’aller à l’école et risquent davantage d’abandonner l’école que les autres enfants. Les filles autochtones courent encore plus de risques d’être exclues de l’école. Enfin, les enfants autochtones sont souvent confrontés à la discrimination et l’exclusion au cours de leur vie, ce qui creuse les inégalités et perpétue le cycle de pauvreté.

Le meilleur moyen de célébrer la Journée internationale des populations autochtones est de redoubler d’efforts pour garantir que tous les enfants aient les mêmes chances de réaliser leur potentiel ; nous devons aussi encourager toutes les sociétés à accepter la diversité qui contribue à la richesse de la famille à laquelle nous appartenons tous : la famille de l’humanité. C’est là l’unique façon d’obtenir des progrès durables vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, et de construire un avenir meilleur pour tous les peuples du monde.


Pour de plus amples informations : 
Patrick McCormick, UNICEF Media, New York,
tél. : + 1 212 326-7426,
courriel : pmccormick@unicef.org


 

 

 

Recherche