Centre de presse

Communiqué de presse commun

L’Unicef et le PAM appellent à une mobilisation urgente de la communauté internationale pour lutter contre la malnutrition des enfants du Niger

Niamey, Niger, 24 juin 2010 – La situation nutritionnelle des enfants au Niger s’est considérablement aggravée au cours des 12 derniers mois, selon les résultats de l’enquête annuelle sur la nutrition de l’enfant rendue publique ce jeudi. Le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) exhortent l’ensemble de la communauté internationale à mobiliser tous les moyens nécessaires pour leur permettre de protéger et de soigner les enfants en souffrance.

Le taux de malnutrition aiguë globale au Niger a atteint 16,7 pour cent chez les enfants de moins de cinq ans, un niveau bien au-dessus du seuil d’urgence de 15 pour cent et du taux de 12,3 pour cent estimé en 2009. Dans certaines régions, telles que Diffa et Maradi, ce taux atteint respectivement 22,1 pour cent et 19,7 pour cent, contre 17 pour cent et 13,1 pour cent en 2009. De même, le taux de malnutrition aiguë sévère, qui augmente sérieusement les risques de mortalité des enfants, est passé d’une moyenne de 2,1 pour cent à 3,2 pour cent en 2010.

« Le seuil d’urgence est largement dépassé, les enfants traversent une situation extrêmement difficile et nous sommes très inquiets. Nous devons renforcer immédiatement nos interventions afin de limiter les maladies et les pertes en vies humaines, » a affirmé Guido Cornale, Représentant de l’Unicef au Niger. « Une accélération des actions de prévention et de prise en charge des enfants malnutris est en cours, le soutien des donateurs est crucial à ce stade. »

Dans le cadre de la crise nutritionnelle et alimentaire qui affecte le Niger en 2010, l’Unicef et le PAM sont engagés dans de larges opérations de prévention et de prise en charge des enfants souffrants de malnutrition aiguë globale. Au vu des résultats publiés par l’Institut national de la statistique (INS), les deux agences des Nations unies se mobilisent pour étendre leurs actions au-delà des plans d’urgence en cours.

L’accent sera mis sur la protection des enfants et femmes enceintes et allaitantes contre la malnutrition, mais aussi sur la prise en charge des enfants souffrant de la malnutrition aiguë, sévère et modérée. Ces actions seront facilitées par l’autorisation donnée par l’Etat nigérien d’introduire de nouveaux produits tels que les suppléments nutritionnels à base lipidique connus sous le nom commercial de Plumpy’ Doz@ et de Supplementary’ Plumpy@.

« La priorité immédiate du PAM est d’utiliser toutes les ressources disponibles afin d’assurer une meilleure alimentation des bénéficiaires d’ici à décembre 2010, » a expliqué Richard Verbeeck, Représentant du PAM au Niger. « La qualité et l’ampleur de nos opérations dépendront de l’engagement des donateurs à atténuer la souffrance des populations du Niger. »

Deux fois plus d’enfants souffrants de malnutrition modérée seront pris en charge dans les structures sanitaires de l’État, appuyées par le PAM et l’Unicef. Parallèlement, l’Unicef et ses partenaires renforcent leurs interventions en faveur des enfants atteints de malnutrition aiguë sévère, dont la vie est menacée. Plus de 107,000 enfants ont déjà été soignés entre janvier et juin 2010, avec une nette augmentation des admissions depuis un mois : plus de 1000 enfants sont enregistrés chaque jour dans les centres thérapeutiques depuis la mi-mai.

Une campagne de communication à grande échelle sera lancée par l’Unicef dans les prochaines semaines pour promouvoir l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois, la seule protection du nourrisson et du jeune enfant contre la malnutrition.

L’insuffisance et la mauvaise répartition des pluies de la campagne agricole 2009 au Niger ont entraîné d’importants déficits céréaliers et fourragers. Selon les résultats de l’Enquête nationale sur la vulnérabilité des ménages en milieu rural et urbain, menée en avril 2010 par le gouvernement et ses partenaires, l’insécurité alimentaire affecte désormais 47,7 pour cent de la population, soit plus de sept millions de personnes. Dans certains départements, plus des deux tiers de la population souffrent d’insécurité alimentaire sévère.

Pour plus d’information, veuillez contacter :
Anne Boher, Communication Unicef Niger,
tél : +227 96 96 21 59,
courriel : aboher@unicef.org

Alice Golay, Communication PAM Niger,
tél : +227 90 41 66 14,
courriel : alice.golay@wfp.org


 

 

 

Recherche