Centre de presse

Communiqué de presse

L'UNICEF appelle les gouvernements, les donateurs et le secteur privé à mettre fin au travail des enfants

NEW YORK, 12 juin 2010 - l'UNICEF appelle à une urgence renouvelée pour s'attaquer aux pires formes de travail des enfants dans le monde à l'occasion de la 11ème Journée mondiale contre le travail des enfants sur le thème « Droit au but : éliminons le travail des enfants ».

L’UNICEF estime que près de 150 millions d'enfants entre 5 et 14 ans dans le monde sont concernés par le travail des enfants. Celui-ci est à la fois la cause et la conséquence de la pauvreté et met en péril l'éducation des enfants et leur sécurité.

« Nous savons que les progrès des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour l'éducation, contre la pauvreté, pour l'égalité entre les sexes et contre le VIH et le SIDA sont systématiquement sapés par le travail des enfants, et qu'aucune politique ne pourra  à elle seule mettre fin unilatéralement au travail des enfants," a déclaré le docteur Susan Bissell, Chef de la Protection de l'enfance à  l'UNICEF. "La preuve a été faite qu'une réponse efficace et cohérente au travail des enfants, exige un mélange de mesures sur  l'emploi pour un travail décent, un système particulier de protection sociale des enfants et l'extension des services essentiels aux plus vulnérables. »

Globalement, les chiffres montrent une  tendance à la diminution du travail des enfants dans le monde, mais en Afrique Subsaharienne les acquis précédents, pourtant limités, ont depuis marqués le pas et la tendance s’est inversée selon les  données les plus récentes. Celles-ci indiquent que l'incidence actuelle de 1 enfant sur 4 impliqué dans le travail des enfants - la plus élevée dans le monde – s’est aggravée.

Mais même ces chiffres peuvent s'avérer trompeurs, alors que les données sur les enfants immigrés, les orphelins, les enfants victimes de trafic et, avant tout sur les filles, sont fréquemment absentes des séries de données et des enquêtes actuelles qui dépendent des données statiques du ménage. Nous devons développer de nouveaux systèmes de collecte de données pour s’assurer que ces enfants invisibles apparaissent désormais systématiquement.

Lors de la récente Conférence mondiale sur les pires formes de travail des enfants à la Haye, l'UNICEF s'est engagé à porter son attention sur le développement en cours de nouvelles méthodologies de traitement des données devant permettre de capter le travail invisible des filles et d’assurer au monde leur visibilité.

Une telle visibilité est essentielle, depuis que des informations récentes suggèrent que les crises alimentaires, du carburant et économique qui ont secoué l'ordre mondial, ont eu un impact irréversible sur la vie des enfants. Le travail des enfants - indispensable aux ménages de certains pays pour amortir les chocs économiques - a obligé beaucoup plus d'enfants à quitter plus tôt l'école pour le travail, et dans des secteurs plus dangereux que d'habitude.

Alors que les études montrent que l'éducation des filles est l'un des  meilleurs investissements qu'un pays puisse faire pour son développement, les filles continuent d’être les premières à devoir quitter l'école pour travailler pour la famille en période de privations. Il a pourtant été démontré que le maintien des filles à l'école augmente le revenu de la famille, réduit  la mortalité maternelle et infantile, et diminue le taux du mariage des enfants et celui de la fécondité.

L'UNICEF appelle les gouvernements et les donateurs à augmenter leurs investissements dans une éducation accessible à tous et de qualité, et à soutenir l'établissement de mesures de protection sociale qui couvrent tous les enfants. L'UNICEF appelle aussi le secteur privé à mettre son potentiel au service du changement social en s’assurant partout dans sa  chaîne d'approvisionnement du respect des droits de l'enfant.
###

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF est à pied d'oeuvre dans plus de 150 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail :
www.unicef.org/french

Pour plus d'informations :
Kate Donovan, UNICEF New York,
tél. : + 1 212 326-7452,
courriel : kdonovan@unicef.org


 

 

 

Recherche