Centre de presse

Déclaration

Déclaration de la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman à l’occasion de la Journée internationale de la femme

Donner la priorité aux adolescentes

NEW YORK, 8 mars 2010 – « La semaine dernière, au Guatemala, j'ai visité un centre de l'UNICEF qui abrite des filles, certaines âgées d’à peine 13 ans, que l’on a sauvées de maisons closes. Leurs souffrances sont simplement tout inimaginables – des situations horribles, des viols, la prostitution, la torture et l’innocence perdue.

Avec l'aide de l'UNICEF et de ses partenaires, nombre de ces jeunes filles ont désormais la possibilité de se rétablir et de se bâtir un meilleur avenir grâce à l’éducation et aux soins qu’on leur prodigue. Mais bien que ces filles aient été sauvées, beaucoup d'autres, malheureusement, restent prisonnières d’un monde clandestin de violences.

Des histoires comme celles-ci ne sont pas rares dans de nombreuses autres régions du monde et elles servent à rappeler le travail qu’il reste à faire pour mieux protéger ces jeunes filles et ces femmes.

Des millions d’adolescentes vivent dans la pauvreté, victimes de la discrimination et de l'inégalité entre les sexes, soumises à la violence, aux sévices et à l'exploitation. Il en résulte non seulement la souffrance des filles elles-mêmes, mais aussi la poursuite d’un engrenage incessant d’oppression et de violences.

Si l’on a progressé vers l'égalité des droits et l'accès, sur un pied d’égalité des femmes et des filles à des domaines comme la santé et l'éducation de base, les adolescentes sont trop souvent tenues à l’écart de ces avancées. Les investissements dans l'éducation et la santé revêtent une importance capitale mais il faut également promulguer des lois et des sanctions beaucoup plus sévères et poursuivre en justice les auteurs de ces violences.

L'éducation est l’une des clefs d’une vie meilleure pour les filles, leurs familles et leurs communautés. Des études d'experts estiment que chaque année supplémentaire qu’une fille passe dans l'enseignement secondaire se traduira par une augmentation de revenu de plus de 15 pour cent. Des filles mieux instruites ont de meilleures perspectives d'emploi et de santé et, une fois adultes, elles transmettront ces avantages à leurs enfants. 

Il existe un lien étroit entre le niveau d'éducation qu'un pays offre à ses filles et la vigueur de son économie. Mais surtout, l'éducation donne aux femmes les moyens de se prendre en charge et leur donne l'occasion de mieux se faire entendre dans la société.

Alors que nous célébrons la Journée internationale de la femme ce 8 mars, la communauté internationale, de concert avec les gouvernements du monde entier, doit travailler plus énergiquement pour que chaque fille ait droit à une enfance qui lui donne l'occasion de réaliser son plein potentiel. »

Pour de plus amples informations :
Christopher de Bono, Médias UNICEF, New York,
tél. : + 1 212 303 7984,
courriel : cdebono@unicef.org


 

 

 

Recherche