Centre de presse

Note d'actualité

L'UNICEF se félicite de la nouvelle stratégie de lutte contre le VIH du gouvernement sud-africain

PRÉTORIA, 3 décembre 2009 - l'UNICEF accueille avec satisfaction la décision importante et historique du gouvernement d'Afrique du Sud de largement ouvrir l'accès au traitement antirétroviral (ART) afin de l'étendre à l'ensemble des femmes  et des enfants du pays qui vivent avec le VIH/SIDA, mais également afin de prévenir de nouvelles infections chez les enfants. En adoptant les nouvelles directives sur le traitement du VIH,  produites par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), et qui prévoient de rendre  disponibles ces services dans chaque centre de santé, le pays montre son intérêt à normaliser  la prise en charge du VIH dans le cadre courant des services de soins de santé primaire, afin de sauver des vies et empêcher de nouvelles infections.

« Le gouvernement d'Afrique du Sud a montré une capacité de décision sans précédent, une vision et de la compassion pour ses enfants et leur bien-être futur. En donnant une priorité à la lutte ontre la pandémie de VIH, le pays empêchera de nouvelles infections par le VIH, contribuera à la réduction de la mortalité infantile et évitera que plus d'enfants ne deviennent orphelins à cause du SIDA, » a déclaré Aida Girma, Représentante de l'UNICEF en Afrique du Sud.

Les mesures annoncées par le Président Jacob Zuma à l'occasion des cérémonies nationales de la Journée mondiale contre le SIDA, se fondent sur le travail déjà en cours de réalisation dans le pays pour étendre l'accès à la Prévention de la transmission de la mère à l'enfant (PTME) à toutes les femmes vivant avec le VIH/SIDA, et augmenter les capacités de diagnostic précoce des enfant en bas âge et ainsi allonger la durée du traitement pédiatrique des enfants positifs au VIH.

Déjà, grâce aux efforts concertés, la couverture de la PTME était passée  de 15 à 73 pour cent en 2004, et le traitement pédiatrique a atteint 61 pour cent des 94 000 enfants estimés dans le besoin à la fin de 2008. Cependant, la majorité des enfants en bas âge  n'est pas dépistée avant l'âge de six semaines et plusieurs meurent sans avoir été diagnostiqués ni traités.

L'annonce faite d'élargir le traitement à tous les enfants en bas âge vivant avec le VIH/SIDA, indépendamment de leur nombre de CD, augmentera radicalement leur chance de survie grâce à l'amélioration du diagnostic précoce des enfants en bas âge. Selon l'UNICEF, sans traitement approprié la moitié des enfants vivant avec le VIH mourra d'une cause liée au VIH avant leur deuxième anniversaire. Les taux de survie sont en hausse de 75 pour cent pour les nouveau-nés séropositifs qui sont diagnostiqués et commencent le traitement dans leurs 12 premières semaines de vie.

En élargissant le traitement à l'ensemble des femmes enceintes séropositives avec un nombre de CD4 de 350 ou inférieur ou qui montrent des symptômes de maladie, les femmes seront moins susceptibles de transmettre le virus à leur enfant à naître, mais elles seront aussi en meilleure santé pour accoucher et vivront plus longtemps pour s'occuper de leurs enfants.

« Nous souhaitons apporter notre soutien au Gouvernement pour ce plan ambitieux et nous sommes prêt à y contribuer pour permettre que toutes les installations sanitaires soient équipées pour délivrer ces services essentiels, » a annoncé la Repésentante de l'UNICEF Aida Girma.

Nombre de femmes et d'enfants, en particulier chez les plus pauvres et les plus marginalisés, abandonnent le programme de soins en raison de l'éloignement  des centres ART. En étendant ces services à chaque clinique de santé, beaucoup de ces barrières pourront être surmontées.

L'UNICEF est persuadé que grâce à la disponibilité du traitement à plus grande échelle, en même temps qu'une campagne nationale de dépistage volontaire, plus aucun Sud-Africain à l'avenir n'aura peur de connaître son statut et cela contribuera à la naissance d'une  nouvelle génération débarassée du VIH.

« Pour y parvenir, cependant, la prévention parmi les jeunes est également importante, » a souligné Aida Girma. « Nous encourageons donc le gouvernement à augmenter proportionnellement ses efforts de prévention primaire. Cela reste la  meilleure façon de s'assurer que les mères et leurs enfants sont protégés du VIH en premier lieu. »

###

À propos de l'UNICEF :
L'UNICEF est à pied d'oeuvre dans plus de 150 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements.


Pour toute information complémentaire :

Yvonne Duncan, Chef, des Relations extérieures, UNICEF Afrique du Sud,
tél. : + 27-82-561-3970

Shantha Bloemen, UNICEF Johannesburg,
tél. : +27 79 4995 5938,
courriel : sbloemen@unicef.org


 

 

 

Recherche