Centre de presse

Déclaration

Le Directeur Régional de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Sigrid Kaag à propos de la situation dans le Nord du Yémen

AMMAN, 8 septembre 2009 – « Cela fait quatre semaines exactement que le dernier conflit a commencé à Saada. Les agences humanitaires n'ont toujours pas accès à la plupart des populations déplacées et à celles encore plus nombreuses qui sont prises au piège dans la zone de conflit. Le nombre des blessés reste inconnu mais nous supposons qu'il est élevé.

« Les enfants en particulier supportent le poids de ce conflit. Beaucoup doivent maintenant vivre dans des camps, des écoles ou dans des familles d'accueil, et souvent ce n'est pas la première fois.

« On estime que les enfants représentent la majorité de la population déplacée. Dans de telles conditions leur accès aux services de base comme l'eau potable et un assainissement adéquat, l'alimentation et des services médicaux est extrêmement limité. Ils ont besoin d'un abri. Ils ont besoin de nouriture. Ils ont besoin d'eau potable pour boire.

« Environ 55 000 de ces enfants déplacés sont en âge scolaire  doivent retourner à l'école primaire très bientôt.

« A Chaque jour qui passe, le risque pour la vie et le bien être de ces enfants augmente.

« Ceux qui n'ont pu fuir, vivent probablement une épreuve encore plus grande. 

« Il faut que celà cesse.

« Toutes les parties au conflit à Saada doivent respecter la loi humanitaire internationale et permettre aux agences humanitaires de se rendre sur place immédiatement, en sécurité et sans condition pour porter secours aux civils innocents affectés par les combats.

« Nous avons vu à plusieurs reprises dans des endroits comme le Darfur et Gaza que le fait de restreindre l'accès des humanitaires aux civils a pour eux des conséquences affreuses, surtout pour les enfants.

« Toutes les parties à ce conflit ont l'obligation de protéger les enfants de la maladie et de la violence et de les préserver du mal.

« Les enfants du Yémen ont besoin d'une aide de toute urgence.

« Nous ne pouvons pas les laisser tomber. »

Pour plus d'information :
Abdel-Rahman Ghandour, bureau régional de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord,
Tél. : + 962 6 550 2407,
Courriel : arghandour@unicef.org


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche