Centre de presse

Note d'actualité

La jeunesse africaine cherche de nouveaux moyens pour exprimer son opinion

Une nouvelle campagne en ligne a été lancée pour recueillir les opinions, idées et solutions de la jeunesse

ADDIS ABEBA, ÉTHIOPIE/JOHANNESBOURG, 16 juin 2009 – En moyenne, quelque 30 pour cent des jeunes de 15 à 17 ans ont peur d’exprimer leurs opinions, d’après une nouvelle analyse de données obtenues grâce à des enquêtes qualitatives auprès de la jeunesse de 28 pays africains. 

Les enquêtes menées par Gallup World Poll se fondaient sur près de 40 000 observations de jeunes de tout le continent. De nombreux jeunes sont incapables de participer activement à leur société et un faible pourcentage exprime ses opinions auprès de responsables officiels.

Soucieux de permettre à une plus grande partie des jeunes Africains de participer de manière significative, l’UNICEF et ses partenaires élargissent et renforcent la plateforme actuelle Speak Africa pour connecter entre eux davantage de jeunes militants et d’organisations de la jeunesse et les inciter à se mobiliser. SpeakAfrica est une plateforme de communication à l’échelle du continent qui aide les enfants et les jeunes à se mettre en rapport entre eux, à travailler ensemble et à participer activement à la solution des problèmes critiques qui les touchent et affectent le continent entier. Aujourd’hui, le site Internet speakafrica.org, relancé après une rénovation, offre de nouvelles caractéristiques excitantes, notamment des capacités multilingues.

« Sa jeunesse est l’un des plus grands atouts du continent africain. Ce sont les jeunes qui ont l’énergie, la créativité et le dynamisme nécessaires pour transformer le continent, » a déclaré Richard Morgan, Directeur des politiques et de la planification à l’UNICEF. « Cependant, s’ils n’ont pas l’occasion d’exprimer leurs idées ou de participer de manière significative au processus de prise de décision, nous ne respectons pas leurs droits et ne sommes pas en mesure de profiter pleinement de leurs dons précieux. »

L’Article 11 de la Charte de la jeunesse africaine stipule clairement que la jeunesse du continent a le droit de participer, dans n’importe quelle sphère de la société et à n’importe quel niveau de la prise de décision. Ces droits sont aussi universellement consacrés dans la Convention relative aux droits de l’enfant, un instrument que tous les pays africains sauf un ont ratifiée.

L’analyse des données, soutenue par l’UNICEF, éclaire les perceptions et opinions des jeunes. Les questions couvraient six thèmes liés à leur participation, leur sécurité et sûreté, leur bien-être, leurs inquiétudes immédiates et leurs perceptions de leur vie dans leur communauté.

En moyenne, 55 pour cent des jeunes de 15 à 17 ans approuvaient les autorités de leur pays. L’Afrique australe bénéficiait du taux d’approbation le plus élevé, et l’Afrique avait le plus bas. Fait positif, 65 pour cent des jeunes de 15 à 17 ans en moyenne étaient satisfaits de la liberté qu’ils avaient de choisir ce qu’ils voulaient faire de leur vie. Le sondage a révélé la diversité des expériences vécues par les jeunes du continent, les opinions et perceptions variant considérablement d’un pays et d’une région à une autre.

La plateforme Speak Africa organisera des débats sur les questions cruciales qui affectent le continent. À quelques semaines du 13e Sommet de l’Union africaine, en juillet, qui aura pour thème « Investir dans l’agriculture pour la croissance économique et la sécurité alimentaire », les jeunes pourront accéder aux débats en ligne et offrir leurs suggestions pour pérenniser la croissance agricole et la sécurité alimentaire sur le continent.

Pour recueillir l’opinion d’autant de jeunes Africains que possible, des numéros de téléphone mobile ont été créés dans une sélection de pays où les jeunes peuvent participer à des sondages avec messages textos. L’initiative, menée en partenariat avec la Praekelt Foundation, se déroulera en Afrique du Sud, Égypte, au Ghana, à Madagascar, au Nigéria, Sénégal et en Ouganda. En outre la jeunesse d’Afrique du Sud et d’Égypte pourra enregistrer ses messages sur boîte vocale. Les textos des jeunes du continent entier apparaîtront sur http://www.speakafrica.org, et d’autres jeunes pourront y répondre et surveiller le débat. Speak Africa organisera également un certain nombre de débats sur Internet avec des jeunes, des responsables connus de l’agriculture et des spécialistes du développement.

Outre ces technologies utilisées par les jeunes pour s’exprimer, une série d’activités a été menée pour solliciter les opinions de la jeunesse. Le programme Connecting Classrooms (Connecter les classes) mis en place dans des pays tels que le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Ouganda et l’Éthiopie, par exemple, permettra aux jeunes de ces pays de collaborer à la solution des problèmes qui les touchent en se servant d’une plateforme en ligne et d’une base de données mise en commun. 

Pour prendre connaissance des résultats complets du sondage Gallup, ou bien pour participer au débat en ligne, visitez http://www.speakafrica.org

Pour de plus amples informations :
Shantha Bloemen, UNICEF Johannesbourg, tél. : + 27 495 5938,
courriel :  sbloemen@unicef.org
Kerida McDonald, UNICEF Éthiopie, tél. : +251 11 544 4400, ext 34400,
courriel : kmcdonald@unicef.org


 

 

 

Vidéo (en anglais)

Un reportage de Shantha Bloemen de l'UNICEF sur les efforts entrepris pour promouvoir la protection de l'enfant dans les villages isolés du Congo.
 VIDÉO haut bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche