Centre de presse

Communiqué de presse

À l’occasion de la Journée mondiale du paludisme, l’UNICEF souligne les succès obtenus tout en demandant que l’on redouble d’efforts

WASHINGTON, D.C. - 24 avril 2009 – Des progrès ont été accomplis dans la lutte contre le paludisme, en Afrique en particulier, là où la prévalence de la maladie est la plus élevée, mais il faut redoubler d’efforts contre ce fléau mondial, a déclaré l’UNICEF lors de la publication d’un nouveau rapport commun à la veille de la Journée mondiale du paludisme. 

Regarder le  rapport : Malaria and Children:  Progress in Intervention Coverage {pdf en anglais}

« Pour la première fois dans l’histoire, nous sommes sur le point de faire du paludisme une cause rare de décès et d’invalidité », a dit la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman. « Le rapport montre que les pays d’endémie africains ont reçu au cours de la période 2004-2008 suffisamment de moustiquaires pour couvrir plus de 40 pour cent de leurs populations à risque. »

Les données présentées dans le rapport « Malaria and Children, Progress in Intervention Coverage » (Paludisme et enfants : progrès dans la couverture des interventions), une initiative commune du partenariat Faire reculer le paludisme et du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, montrent d’importants signes de progrès dans la lutte contre le paludisme dans toute l’Afrique, et témoignent en particulier de l’augmentation du nombre de moustiquaires traitées à l’insecticide qui ont été distribuées. Depuis 2004, le nombre de ces moustiquaires produites dans le monde a plus que triplé, passant de 30 millions à 100 millions en 2008.

« Chaque année, cependant, cette maladie tue un million de personnes selon les estimations, pour la plupart des enfants d’Afrique, » a rappelé Mme Veneman « et le paludisme affecte également environ 50 millions de femmes enceintes chaque année, contribuant à l’anémie maternelle, à la naissance de bébés souffrant d’insuffisance pondérale, et même aux décès maternels. »

Cette année, le thème de la Journée mondiale du paludisme, célébrée le 25 avril, est « Le compte à rebours est lancé ». Il reste en effet à peine 600 jours avant le 31 décembre 2010, date limite fixée par le Secrétaire général à laquelle tous les pays d’endémie devraient assurer une couverture universelle au moyen d’interventions antipaludiques essentielles.

« En faisant passer à vaste échelle les interventions efficaces, on a fait reculer le nombre de cas de paludisme, et de décès, dans les établissements de santé de nombreux pays, y compris l’Érythrée, le Rwanda, la Zambie et Madagascar, a affirmé Mme Veneman, et cela a permis d’alléger le fardeau d’hôpitaux et de cliniques surchargés et aussi de diminuer le nombre de personnes incapables d’aller au travail ou à l’école à cause de la maladie. »

La lutte contre le paludisme est maintenant une des grandes priorités du développement au niveau mondial et elle revêt une importance capitale pour les Objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique. Une meilleure prise de conscience du paludisme au niveau mondial a permis de faire augmenter de manière considérable les ressources disponibles ces dernières années, grâce en particulier au Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, à l’Initiative du Président des États-Unis contre le paludisme, la Banque mondiale et d’autres.

« Le rapport montre que le financement actuel permet maintenant d’acheter suffisamment de moustiquaires pour bien placer l’Afrique sur la voie de la couverture universelle d’ici à 2010 », a dit Mme Veneman.

###

Contexte

L’UNICEF a acheté 20 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide en 2008, ce qui en fait le premier acheteur et distributeur de moustiquaires du monde. Ce nombre est 20 fois supérieur à ce qu’il était en 2000. Plus de 90 pour cent de ces moustiquaires ont été traitées avec un insecticide longue durée, qui ne demande pas de retraitement. Elles sont distribuées aux femmes enceintes et aux jeunes enfants dans le cadre des programmes intégrés qui comprennent les soins prénatals et la vaccination.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s’épanouir, de leur plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l’UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l’accès à de l’eau potable et à des moyens d’assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l’exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L’UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d’entreprises, de fondations et de gouvernements.


Pour de plus amples informations :

Brian Hansford, UNICEF Media NY, tél. : +1 212 326 7269,
courriel : bhansford@unicef.org
Kate Donovan,  UNICEF Media NY, tél. : +1 212 326 7452,
courriel :  Kdonovan@unicef.org


 

 

 

Rapport conjoint

« Malaria and Children: Progress in Intervention Coverage »
(Paludisme et enfants : progrès dans la couverture des interventions)
{ pdf en anglais }

Recherche