Centre de presse

Déclaration conjointe

Déclaration sur la situation humanitaire au Darfour

 La décision du  gouvernement soudanais de suspendre les activités de 16 Organisations non gouvernementales (ONG) aura des répercutions désatreuses pour les citoyens du Darfour. L'aide dans le Nord Soudan, la plus grande urgence humanitaire dans le monde qui coûte  chaque année plus de deux milliards de dollars,  subira des dommages irrémédiables.

Les agences de l'ONU opérant au Soudan [l'UNICEF, le HCR, l'UNJLC, le PAM, l'OMS] et OCHA, sont extrêmement préoccupées par la situation. Les ONG suspendues représentent plus de la moitié des capacités de l'ensemble de l'aide humanitaire au Darfour. Si l'aide pour la survie que fournissaient ces ONG n'est pas reprise rapidement, cela aura très vite un impact durable et profond sur le bien-être de millions de citoyens soudanais. Il n'est en aucun cas possible, dans un délais raisonnable, de remplacer les capacités et l'expertise développées sur le long terme par ces ONG.   La décision d'expulser ces seize organisations, nos principaux partenaires opérationels, enlève environ 6500 agents qualifiés  en mesure de réaliser des activités humanitaires critiques au Darfour, soit 40 pour cent de la main-d'oeuvre humanitaire. les organisations suspendues fournissent une aide essentielle à la survie de 4.7 millions de personnes pour le seul Darfour et à plusieurs autres millions de personnes dans d'autres régions du Nord Soudan.

Alors qu'environ 85 ONG internationales opèrent au Darfur, l'interdiction de ces organisations risque de mettre un coup d'arrêt à une grande partie des opérations humanitaires.   Nous sommes aussi alarmés que le Gouvernement ait confisqué des actifs appartenant à ces organisations, comprenant des ordinateurs, des véhicules et des équipements de communication, alors que ceux-ci  sont cruciaux pour les opérations humanitaires.

Malgré l'engagement réaffirmé des agences de L'ONU de tout mettre en oeuvre pendant les prochains jours pour répondre aux besoins les plus urgents et les plus essentiels occasionnés par cette suspension, ni cet engagement ni les capacités restantes sur le terrain ne seront suffisantes pour répondre aux besoins humanitaires à long terme. Aussi, nous lançons un appel au Gouvernement du Soudan pour qu'il reconsidère instamment cette décision et rétablisse nos capacités à aider ses citoyens les plus vulnérables.  
Cette déclaration a été approuvée par les agences de L'ONU suivantes :
Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF)
Le Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies (UNHCR)
Le Centre logistique commun des Nations Unies (UNJLC)
Le Programme alimentaire mondial (PAM)
Organisation mondiale de la santé (OMS)
et le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA)

Pour plus d'information, merci de contacter :

Stéphanie Bunker, Tél. : +1 917-367-5126 (bureau) +1 917-892-1679 (cellulaire),
courriel : bunker@un.org

Nicholas Reader, Tél. : +1 212-963-4961 (bureau) +1 646-752-3117 (cellulaire)
courriel : reader@un.org


 

 

 

Vidéo (en anglais)

6 mars 2009 : le Directeur des opérations d'urgence de l'UNICEF Louis-Georges Arsenault s'entretient des préoccupations  de l'UNICEF face à la situation de l'aide humanitaire au Soudan.  VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche