Centre de presse

Déclaration

Déclaration de l’UNICEF sur la crise à Gaza

Déclaration de Mme Sigrid Kaag, Directeur Régional, le Moyen-Orient et Afrique du Nord

AMMAN, 5 JANVIER 2009 – Les enfants et les femmes sont les premières victimes de la crise humanitaire provoquée par la violence actuelle à Gaza. Les enfants représentent plus de la moitié des quelque 1,5 million d’habitants de Gaza, et ce sont eux qui sont le plus éprouvés par le conflit. Comme ils sont la catégorie la plus vulnérable de la population, les enfants sont les premiers à souffrir de détresse psychologique; ce sont eux qui ont le plus besoin d’aide médicale et eux qui, au sein de la population civile, risquent le plus de se faire blesser lors des conflits.

Au 3 janvier 2009, on avait répertorié la mort de 70 enfants palestiniens. Au moins 650 autres avaient été blessés, sur un bilan total de 550 morts et 2 800 blessés, d’après les données du Ministère palestinien de la santé. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination de l'assistance humanitaire (UNOCHA) estime que 25 % des victimes à Gaza sont des civils. On signale 4 décès de civils chez les Israéliens et plus de 20 blessés. Une école a également été touchée dans le sud d’Israël.

Gaza est prisonnier depuis 18 mois d’un blocus qui a eu pour conséquence la destruction des moyens d’existence de la population et une détérioration considérable de l’infrastructure et des services de base.

Ceci est inacceptable.  

On ne connaît pas encore le nombre total d’enfants de Gaza affectés par la perte d’un parent, ou la destruction de leur habitation, un déplacement forcé, le manque d’équipement et de soins médicaux ou l’interruption de leur éducation. Mais il est considérable.

Les enfants de Gaza sont actuellement privés non seulement de leurs droits humains essentiels mais aussi de leurs droits fondamentaux spécifiques aux enfants, droits que les signataires de la Convention relative aux droits de l’enfant sont tenus de respecter. Ces droits comprennent le droit d’être protégé contre toutes les formes de violence physique ou mentale et contre les traumatismes, le droit à l’éducation, au développement et le droit d’accéder à des services de santé.

L’intensité de la violence actuelle empêche toute intervention destinée à leur porter secours.

L’UNICEF demande à nouveau que l’on mette fin à la violence, que l’on autorise le déploiement complet de l’aide et des secours humanitaires et il exhorte toutes les parties au conflit à respecter le droit humanitaire international de sorte que les enfants soient protégés et reçoivent les fournitures et l’aide humanitaires qui leur sont indispensables.
Les enfants ne devraient jamais être les victimes silencieuses et les voix ignorées d’un conflit. Il faut mettre un terme à leurs longues souffrances

Pour de plus amples informations merci de contacter :

Abdel-Rahman Ghandour
Chef régional de la communication
UNICEF Région du Moyen-orient et de l’Afrique du Nord
Téléphone : +9626 550 2407
Mobile : +96279 700 4567
E-mail : arghandour@unicef.org

Charbel Raji
Spécialiste régional des médias et de la communication
UNICEF Région du Moyen-orient et de l’Afrique du Nord
Email: craji@unicef.org
Téléphone :  +962-6-5502474
Mobile : +962-79-7315788

Samir Badran
Chargé de la communication
UNICEF Jordanie
Téléphone : +9626-5502-430
Mobile : +96279-6926180
E-mail: sbadran@unicef.org

Zeina Habib
Spécialiste de la communication
UNICEF Région du Moyen-orient et de l’Afrique du Nord
Mobile : +971 506562753


 


 

 

 

Recherche